Le Maroc menacé par une faillite de ses ressources en eau

Le Maroc menacé par une faillite de ses ressources en eau

Menacé par la sécheresse, le royaume est en passe de rejoindre la liste des pays les plus vulnérables en matière de ressources en eau.

Le Maroc est menacé par une véritable catastrophe naturelle, révèle une étude du Centre d’études et de recherches relevant de l’OCP. Selon cette étude, la solution serait de lier la consommation de l’eau au produit à l’origine de l’activité économique. Il s’agirait, en somme, de déterminer la rentabilité du produit avant de recourir aux ressources hydriques. L’étude insiste, également, sur l'importance d'un maximum de rentabilité pour chaque m3 d’eau, et ce de son extraction à son utilisation, en passant par la phase de production, rapporte le quotidien Akhbar Al Yaoum dans son édition de ce mercredi 18 octobre.

Le journal annonce d'ailleurs que la rareté de l'eau a provoqué, dans la ville de Zagora, un mouvement populaire et des manifestations. Le souverain a ainsi donné ses instructions au chef du gouvernement afin de faire face à la problématique de l’eau potable dont souffrent, désormais, plusieurs régions du royaume. Saâd-Eddine El Othmani a, en effet, été appelé à présider une commission spéciale pour étudier le problème et trouver des solutions.

A ce propos, Saâd-Eddine El Othmani a déclaré, lors d'un récent conseil du gouvernement, que tous les secteurs concernés par la problématique de l’eau avaient été mobilisés.

L’étude effectuée par Global Nexus affirme que le Maroc est en passe de rejoindre les pays les plus vulnérables en matière de ressources en eau. Les températures devraient connaître une nette augmentation, tandis que les précipitations devraient régresser de 10 à 20%, selon les régions du royaume.

Le 17 Octobre 2017

Source Web Par Le 360

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Masen: Alerte sur l’endettement

Masen: Alerte sur l’endettement

Six ans après sa création, des résultats encore dans le rouge Noor 1 devrait faire rentrer les premiers dividendes cette année L’endettement frôle ...