Après Al Hoceïma, le projet «Marrakech, cité du renouveau» risque de faire tomber des têtes

Après Al Hoceïma, le projet «Marrakech, cité du renouveau» risque de faire tomber des têtes

La prochaine visite royale destinée à s’enquérir de l’avancement des projets structurants lancés dans le cadre du programme «Marrakech, cité du renouveau permanent», pourrait faire tomber des têtes.

À quelques jours de la visite royale, c’est le branle-bas de combat dans la ville. Le retard enregistré dans la réalisation des projets lancés dans la ville ocre, dans le cadre du programme «Marrakech, cité du renouveau permanent», pourrait faire l’objet d’une enquête afin de déterminer les responsabilités des différents intervenants et partenaires dans cette kyrielle de projets structurants urbains, environnementaux et culturels.

À ce propos, le quotidien Al Akhbar affirme, dans son édition de ce jeudi 26 octobre, que «les responsables de la ville ocre travaillent jour et nuit pour rattraper les retards» avant la visite royale, prévue dans quelques jours. Cependant, fait remarquer le journal, certains projets programmés dans le cadre de ce chantier, qui devait être complètement réalisé avant fin 2017, n'existent toujours que sur papier, tandis que d’autres en sont à peine au stade du montage financier. Le financement de certains autres projets n’a pas encore été défini. Autant dire que le programme ne pourra être réalisé dans les délais annoncés après la signature de la convention devant le roi, en 2014.

Ces retards, explique le journal, qui se référe à des sources proches du dossier, s'expliquent notamment par l'absence d’études de faisabilité et de montages financiers précis. En outre, l'ensemble du chantier n'a été octroyé qu'à une seule entreprise, ce qui va à l'encontre du principe de concurrence.

À ce rythme, conclut le quotidien, le projet, qui devait être achevé et inauguré dans deux mois, ne sera pas concrétisé avant deux ans.

Le 25 Octobre 2017

Source Web Par Le 360

Les tags en relation

 

Les articles en relation