MAROC PME, LE PROGRAMME IMTIAZ, LE PLAN D’ACCE?LE?RATION DE L’INDUSTRIE & Notre RE?GION SOUSS MASSA

MAROC PME, LE PROGRAMME IMTIAZ, LE PLAN D’ACCE?LE?RATION DE L’INDUSTRIE  & Notre RE?GION SOUSS MASSA

En attendant les mesures incitatives que les conseils des 12 Re?gions mettront en place pour rendre leurs Re?gions attractives pour les investisseurs et compe?titives entre elles, parlons des mesures de?ja? existantes et dont le Souss Massa est loin de tirer profit. Manque de cre?ativite?s, absence de lobbying, manque de leadership, autant de raisons qui justifient notre retard et manque a? gagner sur tant de programmes nationaux ou? notre Re?gion est tout simplement absente et qui incitent a? la remise en question de la de?marche de nos acteurs e?conomiques et nos institutions, toutes cate?gories confondues.

Il est ne?cessaire de traiter le sujet du fonds IMTIAZ pour l’inte?re?t primordial qu’il a pour notre Re?gion. Il s’agit d’une prime a? l’investissement accorde?e par l’E?tat et qui atteint pour son e?dition 2016 un maximum de 20 millions de Dhs repre?sentant 20% du montant global de l’investissement. IMTIAZ accompagne essentiellement les projets industriels d’ou? sa synchronisation avec le Plan d’Acce?le?ration Industrielle qui re?sulte de la logique.

L’e?dition 2015 a permis de soutenir 102 nouveaux investissements, pour un montant engage? de 2 milliards de Dhs, une projection de chiffre d’affaires de 7 milliards de Dhs a? l’horizon 2020 et 20 000 emplois. IMTIAZ est un levier d’encouragement a? l’investissement dans le secteur industriel qui est cre?ateur de valeur ajoute?e et surtout d’emplois.

La pe?che et l’agriculture ne sont pas e?ligibles a? soumissionner au programme IMTIAZ. Elles ont l’une et l’autre leurs leviers respectifs

a? travers les Plans Halieutis et Maroc Vert. Il n’en reste pas moins que ces deux plans soutiennent

ces secteurs dans leur version primaire de production et beaucoup moins au niveau de la valorisation, ce qui pose proble?me notamment pour l’industrie agoalimentaire. L’immobilier aussi n’est pas retenu comme secteur a? valeur ajoute?e pour ses particularite?s connues.

LE HIC : IMTIAZ ne compte pas l’agroalimentaire parmi ses secteurs prioritaires.

Parlons donc des choses qui fa?chent et qui impliquent la dynamique de notre Re?gion. Nous constatons avec regrets que l’e?dition 2016 du programme IMTIAZ ne met pas le secteur de l’agroalimentaire parmi ses secteurs prioritaires, ce qui pe?nalise fortement la re?gion Souss Massa qui nous inte?resse. Voila? un secteur pour lequel nous nous plaignons chaque jour du manque de valeur ajoute?e et que personne n’a de?fendu pour figurer parmi les priorite?s du programme IMTIAZ. Certes, nous pouvons tous aller demander une de?rogation mais il est opportun de se demander comment cela est-il possible ? A? me?diter.

Une conserverie ou une station de conditionnement peut employer aujourd’hui plus que 1000 personnes sur une pe?riode avoisinant les 9 a? 10 mois de l’anne?e. Nous parlons là d’Entreprises exportatrices, ge?ne?ratrices de devises et dont il est impossible d’ignorer l’existence. Elles doivent faire partie des structures a? soutenir et pas accessoirement. Ce constat est un e?chec pour la Re?gion Souss Massa qui doit se remettre en question et imposer sa pre?sence sur des programmes nationaux de cette ampleur. La Re?gion doit bouger pour changer cette situation.

Certes, nos industriels re?gionaux doivent sortir des sentiers battus et faire preuve d’innovation et de cre?ativite? et exprimer la volonte? de cre?er plus de valeur ajoute?e pour leurs produits afin d’aller dans le me?me sens que la vision globale du royaume mais ce n’est pas une raison de pe?naliser un secteur aussi primordial pour la re?gion et tout le pays..

L’ECOSYSTEME – LE SE?SAME !

Dans la vision du plan d’acce?le?ration de l’industrie, l’e?cosyste?me est propose? comme condition non ne?gociable de la nouvelle approche de?finie comme suit : « regroupement de leaders industriels et de PME dans une zone industrielle de?die?e visant a? constituer de ve?ritables filie?res technologiques, autour de programmes cible?s de coope?ration aboutissant a? des contrats de fourniture long-terme et des transferts technologiques. »

Le ticket gagnant consiste aujourd’hui a? attirer des mastodontes de leurs secteurs, leur assurer un environnement d’investissement attractif et construire autour l’écosystème favorable avec tous les me?tiers annexes et sous-traitants dont ils ont besoin pour re?aliser leurs objectifs dans des conditions avantageuses. Le gros investisseur grossit plus et autour de lui les petits poissons deviendront de gros poissons. Voici le secret.

Quid de l’AGROPOLE et de l’HALIOPOLIS?

Nous sommes, dans ce cadre, oblige?s de nous interroger sur l’Haliopolis et l’Agropole d’Agadir. Deux ECOSYSTEMES pre?curseurs par leur concept et qui ont du mal a? voir le jour depuis des anne?es qu’on ne compte plus. Que se passe-t-il ? Beaucoup de promesses sans lendemain. Pourquoi personne ne se pose la question ?

Comment faire ?

En clair, pour rejoindre les Re?gions leaders de notre Royaume, le Souss Massa doit disposer de ses ECOSYSTEMES comme levier de de?veloppement e?conomique en mesure de la propulser sur le podium des Re?gions a? la te?te du peloton.

Qui doit travailler sur cela ?

D’abord, le Conseil Re?gional, avec ses nouvelles attributions, devrait e?tre le chef de file pour s’imposer a? la table de ces grandes visions nationales que nous de?couvrons toujours comme si nous n’e?tions pas concerne?s. Nos parlementaires devraient s’inte?resser a? l’avenir de notre Re?gion, prendre les choses au se?rieux et s’informer sur les visions et grands projets auxquels ils doivent prendre part pour de?fendre notre place et imposer notre pre?sence. Les corporations professionnelles prive?es ou publiques doivent aussi assumer leur responsabilite? et e?tre une force de proposition aupre?s des parlementaires qu’ils doivent alimenter en dossiers et aider a? porter les projets au be?ne?fice du Souss Massa. Il est grand temps que tous les efforts soient fe?de?re?s, qu’on laisse de co?te? nos diffe?rends et que l’on rame tous dans le me?me sens.

IMTIAZ est mis a? jour tous les ans. Nous devons et pouvons œuvrer a? y inte?grer et a? prioriser l’industrie agroalimentaire..

Il n’est donc pas trop tard et il y a moyen de de?fendre les secteurs majeurs de notre Re?gion pour les inte?grer dans le programme IMTIAZ de l’anne?e prochaine. Pour cela, il faut que nos acteurs e?conomiques et nos institutions travaillent main dans la main a? re?aliser cet objectif qui n’est pas impossible vu sa cohe?rence ave?re?e.

Au risque de se re?pe?ter, nous appelons a? ce que tous ces parame?tres majeurs soient inte?gre?s a? l’e?tude mene?e en ce moment me?me pour le Plan de De?veloppement Re?gional du Souss Massa. Une question primordiale car il y va des perspectives d’avenir de notre Re?gion sur au moins deux de?cennies.

Ricardo et la loi des avantages comparatifs

Les the?ories classiques du commerce international apparaissent tout d’abord comme une ge?ne?ralisation du principe de la division du travail au niveau international. Chez Adam Smith, les e?changes internationaux s’expliquent par les diffe?rences dans les cou?ts de production entre les diffe?rentes e?conomies. Un pays va se spe?cialiser dans la production pour laquelle il pre?sente les cou?ts de production absolus les plus faibles, comparativement aux autres pays, et e?changer avec ces derniers les biens qu’il aura produits. Cette the?orie laisse en suspens le comportement d’un pays ne disposant d’aucun avantage absolu. Pessimiste quant a? la poursuite de la croissance a? long terme, David Ricardo va concevoir le libre-e?change comme un moyen de retarder la convergence de l’e?conomie vers son e?tat stationnaire. De?veloppant une analyse plus riche que celle de Smith, il va de?montrer que chaque pays a inte?re?t a? s’ouvrir au commerce international, me?me s’il ne dispose d’aucun avantage absolu. Dans le septie?me chapitre de ses Principes de l’e?conomie politique et de l’impo?t (1817), il va ainsi introduire la notion d’avantage comparatif et de?montrer sa pertinence a? travers l’exemple fictif du commerce de l’Angleterre et du Portugal dans les secteurs viticole et textile. Aujourd’hui, avec la re?gionalisation avance?e, les re?gions sont rentre?es dans une re?elle compe?tition et je pense que ce qui est the?oriquement valable pour un pays l’est pour une re?gion d’ou? l’inte?re?t de tirer profit de nos avantages.

Et si nous arre?tions d’e?tre de simples spectateurs de notre re?alite? e?conomique.

Nous avons tous parcouru les titres de la presse spe?cialise?e de Juillet 2016 relayant la pre?sentation du Plan d’Acce?le?ration de l’Industrie de notre pays. De grandes rencontres qui ressemblent, pour notre Re?gion, a? des rendez-vous the?oriques auxquels il faut absolument assister pour faire partie des gens bien, se montrer sur les photos, voire me?me faire un post sur son Facebook ou un tweet pour les plus branche?s. Et pourtant. Il s’agit bien la? de grands rendez-vous primordiaux pour l’avenir de notre pays et par dela? de notre re?gion. Je me demande comment se sentent nos chers repre?sentants qui assistent a? ces grands meetings et qu’aucun paragraphe n’est alloue? a? notre Re?gion, quand un pan de l’e?conomie du Maroc repre?sente? par notre Re?gion n’est pas pris en conside?ration et que les programmes sont taille?s avec finesse sans qu’une place ne soit attribue?e a? notre Re?gion. La question est pose?e. (Par TOB.)

Le 14 Février 2017

SOURCE WEB Par  Agadir Première Business 

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Industrialisation et émergence

Industrialisation et émergence

Pour un système technologique performant et vers des mesures ciblées et efficaces «Le Maroc ne peut se suffire de l’agriculture et du tourisme pour dyna...