Une recherche montre que les hommes archaïques du nord de la Chine ne venaient peut-être pas d'Afrique

Une recherche montre que les hommes archaïques du nord de la Chine ne venaient peut-être pas d'Afrique

De nouvelles preuves ont montré que les hominidés dans le nord de la Chine pourraient être issus d'un métissage entre la population indigène et les Européens, contestant la vue selon laquelle l'humanité aurait une origine africaine.

Des fossiles crâniens humains datant d'il y a 105.000 à 125.000 ans, découverts à Xuchang dans la province chinoise du Henan (centre), partagent des particularités avec des hominidés chinois, le premier homme moderne et l'homme de Néandertal, nommé ainsi en référence à la région de Néandertal en Allemagne, a-t-on appris jeudi d'un rapport du magazine "Science".

La recherche portant sur deux crânes, Xuchang 1 (en 26 fragments) et Xuchang 2 (en 16 fragments), découverts respectivement en 2007 et 2014, montre un os occipital et une structure labyrinthique de l'oreille interne similaires à l'homme de Néandertal, a indiqué Li Zhanyang, premier auteur du rapport et chercheur à l'Institut provincial du Hunan sur le patrimoine culturel et l'archéologie.

Le crâne de Xuchang dispose également de particularités primitives de l'Homo erectus pekinensis, ou l'homme pékinois, dont une voûte crânienne basse, un neurocrâne plat et un mastoïde court avec une inclinaison à l'intérieur.

"Les hommes de Xuchang ont vécu entre l'homme pékinois (il y a environ 200.000 et 700.000 ans) et les premiers hommes modernes dans le nord de la Chine (il y a environ 40.000 ans), prouvant la continuité de l'évolution humaine dans le nord de la Chine", a indiqué M. Li.

Xuchang 1 possède des particularités des premiers hommes modernes et était très probablement un ancêtre des Chinois du nord. La ville de Xuchang, située dans le nord de la rivière Huaihe, se trouve géographiquement dans le nord de la Chine.

L'origine africaine de notre espèce est un consensus ferme, mais il y a deux points de vue divergents dans la paléoanthropologie sur l'origine des hommes modernes existants, ou Homo sapiens, à savoir les points de vue africain et multirégional.

Les hommes de Néandertal ont prospéré en Europe, en Afrique du Nord et dans l'est de l'Asie il y a 30.000 à 130.000 ans, selon M. Li.

"Il s'agit de la première fois que des fossiles portant des caractéristiques de l'homme de Néandertal ont été trouvés dans l'est de l'Asie", a précisé M. Li, qui a dirigé une excavation pendant douze ans à Xuchang.

Le crâne de Xuchang influencera la recherche sur l'origine des hommes modernes, a indiqué Erik Trinkaus, co-auteur du rapport et professeur à l'Université de Washington à St-Louis.

Il y a deux ans, M. Li a formé un équipe internationale travaillant sur les fossiles de Xuchang avec des scientifiques de l'Académie des Sciences de Chine, l'Université de Pékin, l'Ecole normale supérieure de l'Est de la Chine et l'Université de Washington à St- Louis.

Les chercheurs ont utilisé le scanner CT et la technologie en trois dimensions pour faire des comparaisons avec d'autres fossiles humains découverts dans d'autres parties du monde.

"L'homme de Xuchang est une nouvelle espèce", a indiqué M. Li. Cependant, une analyse ADN reste à faire de manière satisfaisante.

"Ses particularités sont probablement le résultat du métissage entre les espèces humaines orientales et occidentales", a indiqué Wu Xiujie, co-auteur du rapport et chercheur à l'Institut de paléontologie vertébrée et de paléoanthropologie de l'Académie des Sciences de Chine.

M. Li pense que les hominidés chinois ont migré vers des régions européennes plus chaudes durant une période glaciaire et ont été métissés avec les hommes de Néandertal se trouvant sur place. Durant la dernière ère interglaciaire (il y a 74.000 à 128.000 ans), période à laquelle le climat se réchauffait, les ancêtres de l'homme de Xuchang sont retournés dans le nord de la Chine. La migration s'est probablement produite beaucoup de fois en raison du changement climatique.

Le 03 Mars 2017

SOURCE WEB Par French.Xinhuanet

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Tempête chinoise sur Sonasid

Tempête chinoise sur Sonasid

La surcapacité mondiale pèse sur les résultats Une perte de 62 millions de DH en 2015 La surcapacité sidérurgique chinoise impacte de plein fouet les...