Vidéos. La fabuleuse histoire de l’Observatoire astronomique de l’Oukaimeden

Vidéos. La fabuleuse histoire de l’Observatoire astronomique de l’Oukaimeden

Le 22 février, la NASA rendait publique une découverte majeure: celle de 7 exoplanètes susceptibles d’abriter la vie. En quoi le Maroc a-t-il contribué à cette découverte? Le360 s'est rendu à l'Observatoire astronomique de l'Oukaimeden qui abrite un trésor pour les scientifiques du monde.

L’annonce a été relayée avec enthousiasme dans tous les médias du monde. Depuis le 22 février, tout le monde parle de l’annonce faite par la NASA concernant la découverte de 7 exoplanètes gravitant autour d’une étoile naine.

Une équipe marocaine de chercheurs à l’Observatoire astronomique universitaire de l’Oukaimeden, relevant du Laboratoire de physique des hautes énergies et d’astrophysique de l'université Cadi Ayyad, a participé aux travaux ayant contribué à cette révélation sans précédent. Ce, grâce au télescope TRAPPIST-Nord, installé l’an dernier.

Afin de mieux comprendre le rôle du Maroc dans cette découverte, nous sommes allés à la rencontre de Zouhair Benkhaldoun, astrophysicien, universitaire et président de l’Observatoire.  Ecoutons-le.

A quoi ressemble l’Observatoire astronomique de l’Oukaimeden et quelle est son histoire? L’idée de la construction de ce centre a germé en 1985. Zouhair Benkhaldoun, universitaire à Sophia Antipolis (à Nice), rentre au pays pour développer l’astronomie au Maroc. Avec plusieurs autres chercheurs, il fonde un laboratoire d'astrophysique à Rabat au Centre national de recherche scientifique et technique. Quelques années plus tard et après avoir longuement bataillé, il parvient à faire construire l’observatoire, en collaboration avec l’université de Cadi Ayyad.

Situé à 78 km au sud de Marrakech dans une région qui s'élève à plus de 2.700 mètres d'altitude, l’Observatoire de l’Oukaimeden regroupe une vingtaine de chercheurs et est aujourd’hui classé parmi les dix meilleurs observatoires spécialisés dans la recherche des petits corps du système solaire. Oui, l'un des dix meilleurs observatoires, au monde, du système solaire se trouve à l’Oukaimeden.

Côté équipement, le site abrite cinq coupoles contenant respectivement un télescope pour mesurer les spectres des étoiles variables entièrement financé par Cadi Ayyad (2007), le télescope MOSS qui a contribué à la découverte de 4 comètes et de 4 astéroides (2011), le télescope KASI installé en collaboration avec la Corée du Sud (2014), un autre télescope pour observer la lune en collaboration avec l’université du roi Abdulaziz (2014), et enfin, le fameux télescope TRAPPIST-Nord (2016) qui a contribué à la découverte scientifique majeure de sept exoplanètes.

Jumeau de TRAPPIST-Sud, situé au Chili, le télescope TRAPPIST-Nord a été installé l'année dernière dans le cadre d'un partenariat scientifique entre l'université de Liège en Belgique et l'université Cadi Ayyad de Marrakech.

Côté financement, l’Observatoire de l’Oukaimeden bénéficie d’une aide étatique annuelle d’environ 300.000 dirhams, à laquelle s’ajoutent d’autres subsides obtenus grâce à des partenariats et accords scientifiques avec divers pays.

Visite guidée au sein de cet Observatoire qui a rendu le nom de l’Oukaimeden familier à de très nombreux scientifiques dans le monde.

Le 02 Mars 2017

SOURCE WEB Par Le 360

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Le climat change, l’université agit

Le climat change, l’université agit

Conférence de la Pré-COP22 de l’Uni Cadi Ayyad L’Université Cadi Ayyad (UCA) a organisé, lundi à Marrakech, sa conférence Pré-COP22 sous le thème...