Céréaliculture. Faut-il s’inquiéter de la vague de chaleur?

Céréaliculture. Faut-il s’inquiéter de la vague de chaleur?

Le Maroc connaît des températures particulièrement élevées en ce début de mois, alors que les spécialistes s’accordent à dire que les pluies de mars et d'avril sont déterminants pour le niveau de rendements finaux. La campagne est-elle compromise?

Ce jeudi 9 mars, les températures se situent entre 24 et 29°C sur les côtes atlantiques et 30 à 35°C dans les plaines du Souss et vont jusqu’à 41°C dans le sud du Royaume.

Ces chaleurs ne vont pas persister, rassure la Météorologie nationale. Un retour progressif vers les normales de saison est prévu à partir de samedi 11 mars.

"Il s’agit d'un changement normal, marquant le passage au printemps", nous explique une source autorisée à la Météorologie nationale.

Qu’en est-il de l’impact sur les cultures, plus particulièrement sur les céréales ? Doit-on s’inquiéter ?

"Il faut faire une distinction entre les régions à sols lourds comme le Gharb, Saiss et la partie nord de Chaouia qui sont à forte capacité de rétention d’eau; et d’autres comme Doukala, Abda et le sud où les sols sont légers avec une nature sableuse et donc une faible capacité de rétention d’eau. Dans le premier cas, l’impact ne sera pas majeur vu que les sols sont bien approvisionnés. Les sols légers quant à eux du fait qu’ils ne peuvent stocker l’eau, exigent des précipitations régulières, sans être forcément conséquentes", nous explique Abdelmoumen Guennouni, ingénieur agronome.

Ces chaleurs coïncident avec le début d’épiaison (formation de l’épi). C’est dire que la période est cruciale pour la formation de l’épi et que les plantes sont sensibles aux aléas climatiques et de l'apport en eau.

"Nous sommes au stade le plus critique dans le remplissage des grains. S’il n’y a pas de pluies durant mars et avril, la campagne céréalière pourrait être compromise encore une fois. L’année a mal démarré, a pu par la suite rattraper le retard accusé mais malheureusement la campagne semble trébucher à un moment crucial", s’alarme un spécialiste de l’agriculture.

Tout se jouera dans les quelques jours qui viennent.  Samedi, les températures commenceront à baisser.

Le 09 Mars 2017

SOURCE WEB Par Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation