Politique : And the winner is…Saad Eddine !

Politique : And the winner is…Saad Eddine !

C’est un « coup politique » magistral qui vient de se produire avec la nomination par le Roi Mohammed VI, ce vendredi, d’un successeur à M. Abdelilah Benkirane, en vue de former un gouvernement.

Un coup magistral parce que la personne désignée, M. Saad Eddine El Othmani, tout en étant le numéro 2 du Parti de la Justice et du Développement, est certainement l’antithèse la plus réussie de son prédécesseur !

Abdelilah Benkirane est un tribun populiste et parfois trivial, amateur de grosses blagues et de plaisanteries souvent teintés de machisme.

Il parle beaucoup, avec volubilité, emphase et constitue l’image la plus évidente du tribun plébéien.

Saad Eddine El Othmani est un intellectuel fin et racé, discret, parfois effacé même, parfaitement bilingue, docteur en psychiatrie.

Versé en théologie, il parle posément, et sans cette éloquence à la Benkirane qui ravit les foules.

Longtemps adjoint du fondateur, feu le Dr Khatib, à qui il succéda à la tête du PJD en 2004, M. Saad Eddine El Othmani a été, sans conteste, « la première victime » de la fulgurante ascension de M. Abdelilah Benkirane qui prit sa place à la tête du parti islamiste en 2008.

Ministre des AE et de la Coopération dans le gouvernement Benkirane 1, le Secrétaire général du parti profita du remaniement ministériel rendu nécessaire par le départ du Parti de l’Istiqlal de sa coalition, pour l’évincer et le cantonner à la présidence du Conseil National, loin des lumières de l’actualité politique officielle…

La nomination royale du Dr El Othmani résonne donc comme une revanche et un retour au devant de la scène pour ce psychiatre qui doit certainement bien connaître la personnalité et le psychisme de son concurrent aujourd’hui évincé.

Mais, en dehors de la question de la différence fondamentale de caractère, de comportement et d’image, projetée par la personne du nouveau chef de gouvernement pressenti, la donne est désormais tout autre pour le PJD.

En effet, tel un coup de maître sur un échiquier, le Roi Mohammed VI a pris les devants et anticipé toute réaction, positive ou négative, du parti islamiste.

Alors qu’on a senti depuis le 15 mars dernier, un ressentiment et parfois même de la colère, vite réprimés, certes, sur ordre de Benkirane, dans les rangs du PJD, la nomination de ce jour coupe l’herbe sous les pieds des islamistes avant même qu’ils aient eu le temps de remettre leurs chaussures au sortir de la prière du vendredi à la mosquée !

Certes, le communiqué publié à l’issue de la longue réunion de son Bureau politique jeudi 16 mars, avait pris acte de la décision royale d’évincer Abdelilah Benkirane, soulignant au passage les mérites de l’actuel Secrétaire général, accusant les autres formations d’avoir délibérément entravé la recherche d’une structure gouvernementale acceptable et, surtout, reportant au samedi 18 mars, l’appréciation officielle de cette situation inédite, à l’occasion de la tenue d’un `Conseil national extraordinaire.

Le 17 Mars 2017

SOURCE WEB Par lnt.ma

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Gouvernement El Othmani : Au boulot !

Gouvernement El Othmani : Au boulot !

C’est le mercredi 5 avril, à quelques jours de l’ouverture de la session parlementaire de printemps, que la crise politico-institutionnelle la plus longue ...