Sahara: les principaux points du premier rapport Guterres

Sahara: les principaux points du premier rapport Guterres

A l’instar de chaque année au mois d’avril, le rapport du secrétaire général des Nations Unies concernant la situation au Sahara commence à circuler, avant même sa publication officielle. La première copie a été distribuée lundi après-midi aux 15 membres du Conseil de sécurité.

Ce rapport prépare le vote, fin avril, de la résolution concernant le renouvellement du mandat de la Minurso. Ce mandat prend fin le 30 avril 2017.

On attendait le débat de cette année avec intérêt: il s’agira du premier du mandat de Guterres, une personnalité diplomatique réputée bien connaître la région et le dossier. De même que l’on va scruter attentivement la position américaine au Conseil de sécurité, la première du mandat Trump.

USA et Guterres sont donc deux paramètres nouveaux cette année.

Ce  rapport est intéressant et comporte des points positifs pour le Maroc.

Guterres préconise une “nouvelle dynamique et un nouvel esprit“ dans les négociations qu’il se propose de relancer.

L’objectif de cette relance est de “parvenir à une solution politique mutuellement acceptable qui comprend la résolution du différend sur le statut final du Sahara occidental, y compris par un accord sur la nature et la forme de l'exercice de l'autodétermination“. Cette position est conforme à plusieurs résolutions précédentes du Conseil de sécurité.

Selon l’AFP qui cite un responsable de l’ONU, la nomination de l’ex-président allemand Horst Kohler en tant que son nouvel envoyé personnel pour mener les négociations, est encore en discussion.

L'incapacité à réaliser des progrès dans la résolution du litige découle du fait que “chaque partie a une vision différente et la lecture de l'histoire et des documents qui entourent ce conflit“, écrit-il dans le draft de son rapport.

António Guterres a proposé au Conseil de sécurité de prolonger le mandat de la Minurso pour une année supplémentaire, jusqu'au 30 avril 2018.

Dans ses observations et recommandations, Guterres souligne que “le conflit sur le statut futur du Sahara occidental doit se terminer le plus tôt possible pour permettre à la région de faire face aux menaces de sécurité, aux défis économiques et aux souffrances humaines de manière coordonnée et coopérative“.

Il recommande “une cinquième phase de négociations directes entre les parties pour parvenir à une solution politique mutuellement acceptable, qui prévoit l'autodétermination du peuple du Sahara occidental“. “ Les parties doivent montrer la volonté politique et travailler dans une atmosphère propice au dialogue, à une phase de négociation plus intensive et substantielle“, écrit-il.

Guterres ajoute: “J'ai l'intention de proposer que le processus de négociation soit relancé avec une nouvelle dynamique et un nouvel esprit qui reflètent les orientations du Conseil dans le but de parvenir à une solution politique mutuellement acceptable qui comprend la résolution du différend sur le statut ultime du Sahara Occidental, notamment par un accord sur la nature et la forme de l'exercice de l'autodétermination. Pour que les progrès soient réalisés, les négociations doivent être ouvertes aux propositions des deux parties et aux idées de l'Algérie et de la Mauritanie, en tant que pays voisins“.

Cette phrase sur la nature et la forme de l’exercice de l’autodétermination est importante. Le référendum n’est pas la seule forme proposée. On peut donc penser que l’autonomie proposée par le Maroc s’inscrit dans ce cadre. L’autonomie est juridiquement reconnue comme une forme d’autodétermination.

“Si le cadre actuel des négociations consiste à obtenir des résultats sur la base des orientations existantes du Conseil, des décisions difficiles seront nécessaires pour les parties, leurs partisans et le Conseil lui-même“, ajoute le secrétaire général.

Guterres “salue la réponse positive du Maroc à [son] appel aux deux parties pour se retirer du no man’s land de Guergarat et reste profondément préoccupé par la présence continue d’éléments armés du Front Polisario et les défis que cela pose“. De ce fait, il “ demande au Conseil de sécurité d'exhorter le Front Polisario à se retirer complètement et inconditionnellement de la bande tampon de Guerguerat“.

Le texte rappelle également que l’on attend toujours l’enregistrement des réfugiés installés dans 5 camps à proximité de Tindouf. MAis il n'insiste pas suffisamment sur ce point crucial. L'Algérie refuse toujours le recensement.

Guterres conclut sur les droits humains: “Je demande instamment aux parties de respecter et de promouvoir les droits de l'homme, y compris en éliminant les lacunes et en renforçant la coopération avec le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme et les mécanismes des Nations Unies pour les droits de l'homme, en facilitant davantage les visites de suivi du HCDH. Un suivi soutenu de la situation des droits de l'homme dans tout le Sahara occidental et dans les camps de réfugiés est nécessaire pour assurer la protection de tous les Sahraouis“.Le rapport intégral, version du 10 avril, peut être intégralement consulté ou téléchargé ici.

Le 11 Avril 2017

SOURCE WEB Par Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation

ONU: la claque de Madrid au Polisario

ONU: la claque de Madrid au Polisario

L’affaire du Sahara ne sera pas à l’ordre du jour du Conseil de sécurité de l’ONU. Ainsi en a décidé l’Espagne, pays membre non permanent du Consei...