Le Conseil de sécurité vote à l'unanimité la nouvelle résolution sur le Sahara

Le Conseil de sécurité vote à l'unanimité la nouvelle résolution sur le Sahara

 

Le Conseil de sécurité a voté la nouvelle résolution sur le Sahara prorogeant le mandat de la Minurso jusqu'au 30 avril 2018. La résolution adoptée par 15 voix est moins contraignante pour le Polisario du fait de son retrait de Guerguerat. Alger et le Polisario ont fait profil bas.

Le Conseil de sécurité a adopté, vendredi 28 avril, une résolution présentée par les Etats-Unis et prolongeant jusqu'au 30 avril 2018 le mandat de la Minurso.

Le texte de la résolution élaboré et présenté par l'ambassadrice représentante permanente des Etats-Unis auprès de l'ONU, Nikki Haley, a recueilli la totalité des voix au Conseil de sécurité. Les 15 membres ont voté pour.

Le texte de la résolution a été amendé du fait d'une manoeuvre initiée à la dernière minute par le Polisario qui a battu en retraite de Guerguerat pour éviter une injonction contraignante.

Il n’y a pas eu de communiqué officiel du Polisario annonçant son retrait de Guerguerat, mais l’agence de presse officielle algérienne (APS) nous informe que «Le Front Polisario a décidé vendredi le redéploiement des éléments de ses forces armées dans la zone tampon d’El Guerguerat, en réponse à l’appel de plusieurs pays amis.» Et d’ajouter que «la partie sahraouie a informé le Conseil de sécurité de sa décision dans une lettre adressée à sa présidente, l’américaine Nikki Haley». Notez bien que l’APS parle de “redéploiement“ et non pas de retrait de la zone de Guerguerat. Le Maroc a réagi par une lettre au Conseil de sécurité en faisant valoir qu’un «redéploiement» ne constitue pas un retrait. Le royaume a émis le souhait que la Minurso ne soit pas dupe de cette manœuvre qui tient de la mascarade et qu’en aucun cas, il ne reconnaîtrait les vérifications de ce «redéploiement» effectuées sur le terrain par la Minurso. Cette  réaction marocaine a poussé vraisemblablement le Conseil de sécurité à demander une précision sémantique. Et le Polisario n'a pas tardé à la fournir, comme en atteste le porte-parle de l'ONU, Stéphane Dujarric, qui salue le "retrait" du Polisario de Guerguerat. Donc, il s'agit bien d'un retrait et non pas d'un redéploiement comme essaient Alger et le Polisario de le faire croire pour rendre moins douloureuse leur défaite.

Ce retrait obligé et décidé à la dernière minute est une défaite d’abord pour l’Algérie qui mobilise tous ses moyens diplomatiques, financiers et médiatiques en faveur du Polisario, dont toutes les chancelleries au monde n’ont qu’un seul dossier prioritaire (le Sahara) et qui paie au prix fort les soutiens du Polisario. Alger a poussé le Polisario à rester dans la zone tampon de Guerguerat pour obstruer le seul lien terrestre entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne. Alger ne veut pas que la percée économique du Maroc en Afrique se développe davantage grâce à l’activité commerciale dans cette zone. Le Polisario bat en retraite, humilié, la tête basse. Et il aura à faire face à son opinion publique à laquelle il a vendu pendant des mois une "victoire éclatante" sur le Maroc.

La résolution du Conseil de sécurité sème la panique dans les rangs du Polisario

Le point très positif de cette résolution, votée à l'unanimité, c'est qu'elle remet en selle le plan d'autonomie marocain comme une solution sérieuse et crédible "permettant aux populations du Sahara de vivre dans la dignité", comme l'a rappelé la représentante permanente des Etats-Unis auprès de l'ONU.

Le 29 Avril 2017

SOURCE WEB Par Le 360

Les tags en relation

 

Les articles en relation