Compensation : Aveu d’échec

Compensation : Aveu d’échec

Le constat est sans appel : les dépenses de compensation profitent plus aux riches qu’aux pauvres. C’est ce qui ressort de l’Enquête nationale sur la consommation et les dépenses des ménages menée par le HCP. Selon le département de Lahlimi, 30% des subventions budgétaires destinées au soutien des produits alimentaires et de butane ont profité aux 20% des ménages ayant le niveau de vie le plus élevé, contre 13% aux 20% les plus défavorisés, soit un écart de plus du double en faveur des premiers. Cette distorsion atteint même le triple (3,4 fois) dans le cas du sucre. Elle est de 2,4 fois dans le cas de la farine nationale de blé tendre et de 1,9 fois dans le cas du gaz butane. Même son de cloche dans le domaine de la couverture médicale. La couverture RAMED, censée couvrir la population pauvre et vulnérable non couverte par un système d’assurance maladie, n’échappe pas à cette distorsion, dénonce le HCP. Seuls 26,1% de ses bénéficiaires proviennent du quintile ayant le niveau de vie le plus faible tandis que 7,6% appartiennent au quintile le plus aisé.

Le 18 Mai 2017

SOURCE WEB Par L’économiste

Les tags en relation

 

Les articles en relation