Quand les surdiplômés déclarent la guerre aux «jobs à la con »

Quand les surdiplômés déclarent la guerre aux «jobs à la con »

De nombreux diplômés de l'enseignement supérieur se reconvertissent au travail manuel.

Dans son ouvrage La Révolte des premiers de la classe paru ce mois-ci aux éditions Arkhê, le journaliste Jean-Laurent Cassely décrypte le phénomène des «néo-artisans», ces jeunes cadres brusquement reconvertis au travail manuel par quête de sens et peur du déclassement social.

Faut-il faire un CAP cuisine après Sciences po et HEC? Il y a quelques années encore, la question aurait paru franchement déplacée. Mais face à l'émergence d'un véritable phénomène - celui de ces diplômés de l'enseignement supérieur reconvertis au travail manuel - elle a perdu beaucoup de son incongruité, jusqu'à devenir presque banale. Chacun a désormais en tête ces profils de banquiers devenus fromagers, de consultants reconvertis aux joies de l'ébénisterie ou de chefs de projets abandonnant leurs boîtes pour ouvrir un «foodtruck». La presse raffole de ce type de profils, qu'elle a coutume de désigner sous le terme de «néo-artisans». Derrière cette appellation «sexy» , les profils ne varient guère. On y trouve majoritairement de jeunes cadres ultra-spécialisés - souvent diplômés des grandes écoles - qui, après avoir été consultants, managers ou professionnels du marketing et de la communication ont fait le choix d'abandonner leurs métiers et le confort matériel qui leur était associé pour tenter des reconversions radicales.

» Le «bore-out», quand s'ennuyer au travail devient une maladie

Alors, doit-on voir dans cet épiphénomène l'ultime manifestation de «l'hipsterisation» des centres urbains, comme le proclament un peu trop vite bon nombre de médias? Pas forcément, nous répond Jean-Laurent Cassely, qui leur consacre un passionnant ouvrage, La Révolte des premiers de la classe*. D'abord, parce que le phénomène ne cesse de prendre de l'ampleur. Selon les chiffres de l'APEC, 14% des jeunes diplômés de niveau bac+5 ou plus auraient entrepris une réorientation professionnelle dans les deux ans suivant l'obtention de leur diplôme. Environ 7000 d'entre eux choisiraient chaque année de se tourner vers les métiers de l'artisanat.

Pour Jean-Laurent Cassely, cette véritable «anomalie sociologique» trouve son origine dans «l'appauvrissement des tâches des métiers à dominante intellectuelle». Se basant sur de nombreux témoignages recueillis auprès de ces «néo-artisans», le journaliste constate ainsi un décalage croissant entre les attentes de ces jeunes ex-cadres et la réalité du travail qui leur était demandé dans leurs anciens jobs. Un décalage souvent brandi comme le motif principal de leur reconversion. «Beaucoup se voyaient comme avant-garde de la mondialisation, et non comme de bons petits soldats de la suite Microsoft office», résume ainsi le journaliste.

La Révolte des Premiers de la classe, Métiers à la con, quête de sens et reconversions urbaines, Jean-Laurent Cassely, Arkhê éditions.

Résistance à la déréalisation du travail

La thèse n'est pas nouvelle. Grand inspirateur de tous ces «néo-artisans», le philosophe - et mécanicien! - Matthew B.Crawford, dans son manifeste au succès planétaire, Éloge du carburateur, appelait dès 2009 au rejet massif de la vie de bureau. La modernité - qui, dans son esprit, recoupe la globalisation de l'économie - aurait considérablement éloigné le travail du travailleur, jusqu'à rendre celui-ci totalement étranger au processus de production dont il est pourtant partie prenante.

Après avoir touché les ouvriers de l'industrie manufacturière, au milieu du XXe siècle, cette logique se prolongerait désormais dans l'économie «post-industrielle», faisant des intellectuels - ces «ouvriers du savoir», les victimes d'une nouvelle forme de taylorisme globalisé dont l'extrême rationalisation aurait abouti à la déréalisation totale du travail. Les open-spaces seraient ainsi les nouveaux espaces d'une division forcenée du travail caractérisée par l'accumulation toujours croissante des «process» et des normes, l'hyper spécialisation des tâches et leur dématérialisation toujours plus poussée via la digitalisation croissante de l'économie.

En abandonnant power points et indicateurs de performance pour devenir bouchers, pâtissiers, ou mécaniciens, ces anciens «manipulateurs d'abstraction», pour reprendre une terminologie sociologique - tenteraient ainsi de rendre de nouveau visible, matérielle, presque palpable leur contribution au réel. De retrouver la «concrétude» de leur participation à la société. A l'éclatement des processus de production, ils répondraient donc par la reconquête de la totalité de la chaîne de production. Aux diffractions spatio-temporelles de la mondialisation, par le développement d'une forme de «localisme» ravivant dans les hypercentres le fantasme de la «petite rue commerçante».

» L'appel au secours des commerces de centre-ville

Vers une redéfinition des codes de l'élite?

La thèse, pour séduisante qu'elle soit, a cependant ses limites. Comme le note avec humour Jean-Laurent Cassely, on aurait tort de voir dans ces «néo-artisans» de farouches alter-mondialistes résolus à renverser le dogme existant. Bien au contraire. Comme il le démontre brillamment, leurs projets de reconversion s'intègrent parfaitement à l'économie de marché. «Par leur capacité à aborder différents secteurs de l'artisanat sous l'angle abstrait de leur ancienne formation, ils reclassent des secteurs autrefois dévalorisés», nous explique-t-il. S'ils redessinent notre conception de l'organisation du travail, ces «néo-artisans» entretiennent également la logique de gentrification des centres urbains, répondant à la demande d'une clientèle dont ils maîtrisent parfaitement les codes, puisqu'ils en sont issus et qu'ils les côtoient dans les hypercentres urbains désormais réservés aux catégories aisées de la population française.

» Classement: les centres-villes les plus dynamiques

Une chose, en revanche, est certaine: cette nouvelle bourgeoisie de «proximité» redéfinit en profondeur les codes traditionnellement associés à l'élitisme. Si, jusqu'à très récemment, le prestige social augmentait à mesure que le travailleur s'éloignait de l'interaction physique, ces «pionniers» annoncent la survalorisation à venir du «manuel» face à la nostalgie d'un réel qui échappe de plus en plus aux cadres de l'économie dite «cognitive» . Naît ainsi le paradoxe fascinant d'une élite qui, par peur d'un déclassement annoncé comme inévitable et par quête désespérée de sens, se réapproprie des pratiques jusqu'alors intrinsèquement liées à la condition ouvrière.

Le 30 Mai 2017

SOURCE WEB Par Le Figaro

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Réalisme

Réalisme

Pour des dizaines de milliers de jeunes qui obtiendront le Bac cet été, la même question lancinante va revenir: que faire? Mal informés et pas du tout prép...