Deux fois plus de forêts qu’il y a cent ans : la France reverdit !

Deux fois plus de forêts qu’il y a cent ans : la France reverdit !

Malgré ce qu'on entend, les forêts françaises se portent plutôt très bien. Démonstration avec Jean-Daniel Bontemps, grand spécialiste de la question.

Contrairement aux idées reçues, les forêts françaises ne reculent pas. Au contraire, elles progressent, et pas qu’un peu. Jugez plutôt : entre 1912 et 2016, leurs surfaces totales ont carrément doublé ! Un phénomène bienvenu qui mérite toute notre attention… mais aussi tous nos soins. Explications.

Dimanche 4 juin, sur France Inter, l’émission Les Savanturiers recevait Jean-Daniel Bontemps, directeur à l’Institut national de l’information géographique et forestière. Un invité précieux qui a mis en lumière tout un tas de statistiques passionnantes et inattendues.

Au micro de la journaliste Fabienne Chauvière, cet éminent spécialiste des arbres a notamment souligné que les forêts connaissaient un essor très net :

    « La forêt française s’agrandit, et depuis longtemps (…) Ça concerne toute l’Europe qui est, de ce point de vue, un continent singulier : c’est le seul espace mondial où la forêt s’accroît à la fois en surface et en stock. »

danieljean

Pour ce qui est de la France en particulier, les chiffres parlent d’eux-mêmes, et ils sont sans appel : en à peine plus d’un siècle (de 1912 à 2016), les surfaces couvertes de forêts ont doublé, passant de 8 millions à 16,5 millions d’hectares !

Et ce retour de la nature ne date pas d’hier. Jean-Daniel Bontemps pense que l’Hexagone a connu son minimum forestier à l’époque de la Révolution française, soit il y a près de 230 ans !

Mais alors, comment expliquer ce renouveau des forêts ? Plusieurs facteurs entrent en jeu. La lutte contre les incendies par exemple, mais aussi (ou surtout) l’abandon de terres autrefois consacrées à l’agriculture.

arbres-jean-daniel-bontemps

Reste aujourd’hui à se montrer à la hauteur du défi qui s’annonce. Car, si le progrès des forêts est une bonne nouvelle, encore faut-il lui assurer un avenir et gérer cela avec raison. Or, en France, les trois quarts des forêts appartiennent à des propriétaires privés qui n’exploitent pas toujours leur patrimoine comme il le mériterait.

Le 06 Juin 2017

SOURCE WEB Par Positivr

Les tags en relation

 

Les articles en relation