Union africaine: le Maroc s’installe confortablement, le Polisario aux abois

Union africaine: le Maroc s’installe confortablement, le Polisario aux abois

Six mois seulement après son retour au sein de l’Union africaine, le Maroc est déjà en train de réussir ce qu’il n’a pu réaliser en 34 ans de politique de la chaise vide: pousser le Polisario vers la porte de sortie de l’organisation panafricaine.

A la sagesse diplomatique marocaine qui a décidé de reprendre sa place au sein de l’Union africaine, répond celle du reste de la famille continentale. Tout un chacun est désormais conscient que «l’erreur d’Edem Kodjo» (du nom du secrétaire général de l’OUA sous le mandat duquel le fantôme de la «RASD» a été admis au sein de l’organisation panafricaine) doit être réparée au plus vite.

Revenant sur les résultats du dernier sommet de l’Union africaine, qui s’est achevé mardi dernier à Addis Abéba, plusieurs médias nationaux ont été unanimes sur les grands acquis que le Maroc y a engrangés, tant le changement de ton à l’égard du royaume a été sans précédent.

C’est ainsi que dans son édition du jeudi 6 juillet, le quotidien Assabah annonce «la débâcle du polisario au sein de l’Union africaine». En effet, les nombreux soutiens du Maroc, soit l’écrasante majorité des membres de l’organisation panafricaine, ont décidé de jeter aux orties la logorrhée du soutien aux prétendus «mouvements de libération», en adoptant un ton conciliant à l’égard du dossier du Sahara marocain. Ils ont ainsi décidé de laisser cette affaire prendre son cours normal devant les instances onusiennes en vue de parvenir à un accord politique acceptée par toutes les parties en conflit. Et dont la base la plus logique ne pourrait être que l’initiative proposée par Rabat, et bien accueillie par la communauté internationale qui la juge sérieuse et crédible, à savoir une large autonomie sous souveraineté marocaine. Exit donc la coquille vide mise en place par Alger et Johannesburg, à savoir la nomination, en 2014, de l’ex-président mozambicain Joaquim Chissano au poste de soi-disant «envoyé spécial de l'Union africaine au Sahara Occidental».

C’est ce qui fait écrire à Al Ahdath El Maghribia, dans son édition du 6 juillet, que le texte adopté il y a sept ans sous la pression de l’Algérie, et qu’on réchauffait à l’occasion de chaque sommet de l’UA, a tout simplement disparu des radars. Ainsi, on n’entendra plus jamais, dans les communiqués finaux de l’UA, des termes pompeux du genre «surveillance des droits de l’Homme dans les territoires occupés de la RASD», ou de «l’occupant marocain»…

Pour résumer ce changement radical, Al Ahdath souligne que le Maroc a marqué, à Addis-Abeba, trois précieux points contre ses adversaires. A savoir que l’UA s’en tient désormais à la compétence exclusive de l’ONU sur le dossier saharien, appelle à une solution strictement politique et expurge de son lexique toute la terminologie algéro-polisarienne hostile au Maroc.

Le 06 Juillet 2017

Source Web Par Le 360

Les tags en relation

 

Les articles en relation