Où est la Richesse: lancement d'un débat national par la société civile

Où est la Richesse: lancement d'un débat national par la société civile

77 intellectuels, journalistes et politiques d'horizons différents ont signé un appel dans lequel ils demandent l'ouverture d'un débat national sur la richesse du Maroc et sa répartition.

Suite au discours royal du 30 juillet qui a posé la question de la richesse et de sa répartition, un ensemble de personnalités intellectuelles, politiques et médiatiques ont demandé, dans un appel, à ouvrir un débat national sur « le mal développement au Maroc ». Parmi la liste de ces personnalités, figurent Mohammed Bensaïd Aït Idder, Najib Akesbi, Abdelaziz Aftati, Ahmed Reda Benchemsi, Omar Iharchane, Karim Tazi, Maati Monjib etc. (voir liste ci-dessous).

Dans cet appel, les signataires constatent que « la croissance économique au Maroc reste insuffisante et trop volatile, handicapée principalement par la faible compétitivité de ses secteurs productifs ».

Cette faible croissance s’explique, selon ces personnalités, par la répartition inéquitable des richesses produites qui sont captées par les riches et les puissants, surtout ceux qui gravitent autour du pouvoir. De même que les services sociaux connaissent des régressions significatives, comme c’est le cas pour l’accès généralisé aux soins de base. Le net recul du Maroc en matière de développement humain a été souligné par les signataires.

Impliquer le peuple

Pour le moment, le seul membre du PJD qui figure parmi les signataires est Abdelaziz Aftati. La raison qui a mené celui-ci a signé cet appel est que « cette initiative n’est pas que du ressort du gouvernement. Cette question urgente concerne tous les Marocains afin de mettre un terme à l’amnistie dont bénéficient les puissants qui décrochent, seuls, les gros marchés ».

Suivant cette logique, Aftati voit donc que « même si les personnes signataires ne sont pas du même bord politique, elles veulent construire un front commun pour dénoncer les dérives de la répartition des richesses et savoir qui décide pour le développement du Maroc ».

En pratique, ce débat national se traduira par l’organisation de conférences et de meetings où le « peuple » sera invité à participer. « L’élément-clef pour répondre à cette question de la richesse du pays est d’inclure le peuple dans la vie politique afin qu’il puisse avoir son point de vue sur ce sujet et donner lui-même des propositions », argumente Aftati.

Une collaboration avec le CESE est envisageable

Les signataires de cet appel n'ont pas exclu le fait que le Conseil économique, social et environnemental (CESE) se joigne au débat. « Nous avons eu des échanges officieux avec des membres du CESE, qui travaille actuellement sur le patrimoine immatériel du Maroc et ils sont également invités au débat dans la mesure où ils ont produit par le passé d'excellents rapports sur la jeunesse, le système fiscal et autres », nous confie le militant associatif Karim Tazi.

Toutefois, Tazi indique qu'au-delà de cette collaboration, un rapport indépendant va être élaboré exclusivement par les signataires. Ce rapport, qui va être mis à la disposition du grand public, sera la résultante des meetings et des conférences qui vont être organisés durant toute l'année avec la participation des citoyens.

Sanction pour les responsables

Outre les raisons menant à cette problématique de la répartition des richesses, les signataires émettent les recommandations qui, selon eux, pourraient sortir le Maroc de cette mauvaise pente. Ces derniers appellent au plus vite à la clarification des responsabilités institutionnelles et politiques pour les choix stratégiques de l’État, exigeant des responsables qu'ils rendent des comptes et des sanctions pour les responsables.

Ils appellent également à l’évaluation indépendante et publique des programmes sectoriels et de la dette publique et leur assujettissement à un débat national. La réhabilitation de la valeur travail et la culture du travail font aussi partie des propositions des signataires. Enfin, ils demandent l’établissement d’un moratoire sur les dépenses sujettes à caution tels que les programmes gigantesques de création d’énergies renouvelables.

Liste des signataires :

  • Fouad Abdelmoumni
  • Karim Tazi
  • Mohammed Madani
  • Abdellah Hammoudi
  • Najib Akesbi
  • Maati Monjib
  • Mohammed Bensaïd Aït Idder
  • Youssef Belal
  • Omar Iharchane
  • Abdelaziz Nouaydi
  • Mohammed Hafid
  • Mohammed Sassi
  • Omar Balafrej
  • Abdelkader Berrada
  • Ahmed Assid
  • Saïd Saâdi
  • Nabila Mounib
  • Abderrahmane Benameur
  • Abdeslam Al Aziz
  • Mohammed Larbi Messari
  • Mounir Bensalah
  • Mohammed Marouani
  • Abderrahim Jamaï
  • Khalid Sefiani
  • Sion Assidon
  • Ahmed Reda Benchemsi
  • Ali Anouzla
  • Driss Ksikes
  • Abdelhak Serhane
  • Ouidade Melhaf
  • Mehdi Lahlou
  • Hassan Tariq
  • Omar Brouksy
  • Azzedine Akesbi
  • Omar Mahmoud Benjelloun
  • Fatima Ifriqi
  • Abderrahim Amri
  • Kamal Mesbahi
  • Mohammed Larbi Benothmane
  • Mustapha Meftah
  • Mounia Bennani Chraïbi
  • Hicham Almiraat
  • Ahmed Bouzfour
  • Assia Akesbi
  • Dounia Benqassem
  • Rida Benothmane
  • Abdullah Abaakil
  • Amane Jareoud
  • Hasnae Quetny
  • Farida Bennani
  • Khadija Moustahssane
  • Hasnae Abouzaïd
  • Hakima Naji
  • Mohamed El Amine Ragala
  • Hamza Mahfoud
  • Tayeb Belghazi
  • Mohammed El Amri
  • Bichr Bennani
  • Ahmed Bouz
  • Rachid Belghiti
  • Mohammed El Hamdaoui
  • Bouchta Moussaïf
  • Mina Tafnout
  • Taoufik Bouachrine
  • Omar Bendourou
  • Youssef Magouri
  • Abdesslam Bekkali
  • Mustapha Manouzi
  • Mustapha Bouaziz
  • Larbi Maaninou
  • Saïd Fawzi
  • Aziz Benabderrahmane
  • Ahmed Bouachrine Ansari
  • Hassan Bennajeh
  • Abderrahim Benbarka
  • Abdelaziz Aftati
  • Hamid Aba Karim

Le 06 Juillet 2017

SOURCE WEB Par Telquel

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Monde rural : L’alerte du CESE

Monde rural : L’alerte du CESE

Evaluer les potentialités du monde rural pour en faire un moteur de développement, tel est le vœu du Conseil économique, social et environnemental (CESE) qu...