Le Roi Salmane entre un projet de séjour à Tanger et des rumeurs d'abdication

Le Roi Salmane entre un projet de séjour à Tanger et des rumeurs d'abdication

Le Roi Salmane arrivera-t-il lundi 24 juillet à Tanger? Lecture du contexte intérieur saoudien qui entoure ce projet de visite à haute portée politique et diplomatique. L’Arabie saoudite vit des jours difficiles. Le contexte régional s’aggrave avec la guerre civile en Syrie, la longue agonie de Da’ech, la rivalité avec l’Iran, la guerre du Yémen et maintenant les mesures de rétorsion contre le Qatar. Tout cela dans un contexte économique de réformes draconiennes et d’austérité imposées par la chute des cours du pétrole. Comme si tout cela ne suffisait pas, les changements à la tête de l’Etat saoudien engendrent un climat d’incertitude et d’attentisme. Le puissant MbN (Mohamed Ben Nayef) a été évincé de son poste de Prince Héritier au profit de MbS (Mohamed Ben Salmane), le fils du Roi Salmane. Depuis cette date, les rumeurs se multiplient autour d’une possible abdication de Salmane au profit de son fils. C’est dans ce contexte qu’intervient l’incertitude qui entoure le séjour du Roi saoudien à Tanger. Cette année, il n’y a encore que des spéculations, malgré les réservations effectuées pour des centaines de chambres d’hôtel au profit de la suite du Roi. La source que suit une grande partie de la presse internationale est… anonyme. Il s’agit du fameux Mujtahidd. Il a été longtemps présenté comme un proche de la famille royale saoudienne. Mais les autorités de Ryad l’accusent d’être un compte créé et alimenté par les services spéciaux du Qatar. Lorsqu’on déroule ses tweets depuis la crise avec le Qatar, son parti-pris contre Ryad et la famille royale saoudienne est évident. Le fameux Mujtahidd a donc annoncé que “l’arrivée du Roi Salmane est reportée de 3 jours, du 21 au 24 juillet et que MbS pourrait annoncer l’abdication de son père avant son départ“. Deux infos évidemment contradictoires et pour le moment invérifiables.

Il publie également des photos de centaines de voitures parquées dans les hôtels de Tanger dans l’attente de la suite du Roi et notamment les hôtels Farah, Grand Mogador, Solazur, Royal Tulipe, Hilton Garden Inn et Mirage.

L’auteur de ces tweets reprend des informations diffusées dans une forme très prudente par des médias américains ainsi que par Reuters.

Reuters, connue pour sa rigueur, a oublié une longue dépêche faisant le récit du changement de Prince Héritier et qui … a été mise à jour à au moins trois reprises. C’est dire la sensibilité du sujet.

En plus du récit, la longue dépêche de Reuters apporte deux infos essentielles: MbN a été démis en raison de son addiction aux “calmants“ ce qui trouble son jugement et le Roi Salmane lui-même est malade et pourrait abdiquer d’ici septembre, voire avant.

MbN qui était Prince Héritier, a été convoqué au milieu de la nuit au quatrième étage du palais royal de La Mecque. Salmane lui ordonne alors, selon ce récit, de “se retirer en faveur de MbS“.

Les sources saoudiennes citées par Reuters indiquent que cette question de dépendance s’était aggravée au fil des années et que MbN prenait ces calmants [morphine et cocaïne] pour combattre les douleurs provoquées par les conséquences d’une attaque terroriste armée dont il avait été la victime.

Quoi qu’il en soit, il arrivait que MbN s’endorme au cours d’une réunion officielle et cela était de notoriété publique.

Salmane, selon les mêmes sources, lui avait donné plusieurs avertissements, sans succès.
Dans la même dépêche, une source proche de MbN nie totalement cette version d’addiction.
Différentes sources ont rapporté à Reuters que le conseil d’allégeance a été réuni en l’absence de MbN, isolé, sans téléphone et coupé du monde. Une lettre du Roi Salmane a été adressée au conseil, expliquant que dans l’intérêt du pays, MbN devait se retirer. 31 des 34 membres du conseil ont alors signé.

Mohamed Ben Nayef est en ce moment assigné à résidence, poursuivent les mêmes sources.

Reuters conclut en citant une source saoudienne qui indique que “Salmane a signé un document où il abdique en faveur de son fils et que cette abdication pourrait être annoncée à tout moment d’ici septembre“.

C’est dans ce contexte que circulent les informations les plus contradictoires concernant un séjour du Roi Salmane à Tanger. Un séjour de vacances certes, mais à haute portée politique et diplomatique.

Le 23 Juillet 2017
SOURCE WEB Par Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation