Le Tourisme va-t-il prendre acte du Discours de Sa Majesté ?

Le Tourisme va-t-il prendre acte du Discours de Sa Majesté ?

Le discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion de la fête du Trône était très attendu… Et le moins que l’on puisse dire, c’est que notre Roi nous a offert un discours nouveau qui sonne le glas… Un diagnostic sans concession diront les analystes.

Sa Majesté a, en effet, livré plusieurs messages forts sur la moralisation de la vie publique, sur la responsabilité de nos politiques et de nos fonctionnaires.

Il a également réitéré a plusieurs reprises que le progrès doit concerner toutes les régions du Maroc. « …ce à quoi Nous nous attachons, dans toutes les régions du Maroc, c’est à impulser concrètement ta nouvelle marche; elle ambitionne la réalisation du développement humain et social, l’égalité et la justice sociale, au profit de tous les Marocains. Pour Nous, en effet, il est inconcevable que ce progrès ne soit pas commun à l’ensemble des régions de notre pays, sans exclusive. » a souligné notre Roi.

En d’autres termes, il n’y pas de distinction entre les régions et  l’on ne doit pas accorder plus d’importance à une région qu’à une autre.

Ce qui soulève une question assez cruciale pour le Tourisme… L’étude du cabinet BCG que le nouveau ministre du Tourisme et sa secrétaire d’Etat ont ressortit des tiroirs et  qu’ils sont entrain de traduire en feuille de route, souligne explicitement que les efforts doivent être focalisés essentiellement sur deux régions du Maroc, à savoir Marrakech et Agadir…. Une suggestion que la nouvelle équipe du département du Tourisme a partagé avec les opérateurs du Tourisme et semble être aujourd’hui leur cheval de bataille…

Les opérateurs avertis avaient, dés lors, trouvé cette décision « grotesque » même si la raison invoquée, par le département de tutelle, était qu’il n’y avait pas assez de moyens pour investir toutes les régions et qu’il était préférable de se focaliser sur deux régions.

Que fait-on alors  pour Ouarzazate ou Dakhla, pour Tanger ou Fès, pour Meknès ou Essaouira, pour El Hoceima ou Saidia… ??? Toutes ces villes n’ont-elles pas le droit d’atteindre une masse critique en terme d’investissement touristique ou de flux aérien ?

Aujourd’hui, à l’heure ou plusieurs régions sont en souffrance, et pas seulement El Houceima, le discours de Sa Majesté Mohammed VI vient rappeler que le Maroc doit avancer d’un même pas, en ville comme en campagne, du nord au sud et de l’Est à l’Ouest, sans aucune distinction. Les efforts doivent être déployés partout et avec les mêmes moyens.

Un nouveau point où l’étude du cabinet BCG nous démontre, une fois encore, ses limites…

Le 31  juillet 2017

SOURCE WEB Par Tourisma Post

Les tags en relation

 

Les articles en relation

La lente décrépitude d’Essaouira

La lente décrépitude d’Essaouira

Depuis plusieurs années, la ville est au centre d’un projet destructeur favorisant la médiocrité et semant la confusion “Une visite Royale». Une dol...