Journée d’étude sur le développement de Ouarzazate

Journée d’étude sur le développement de Ouarzazate

Comme prévu, le coup d’envoi de la Journée d’étude sur le développement de Ouarzazate a été donné la matinée du 4 novembre à l’hôtel Berbère Palace, avec la présence du ministre du Tourisme, du Transport Aérien, de l’Artisanat et de l’Economie Sociale, de la Secrétaire d’Etat au Tourisme, du ministre de la Culture et de la Communication, du Ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau…, de l’ONMT, du Directeur Général du Centre Cinématographique Marocain, des hauts fonctionnaires des Administrations Centrales, des élus ainsi que des Représentants du secteur privé et du monde associatif.

Plusieurs chantiers de développement de premier plan sont, donc, au rendez-vous afin de doter la région d’infrastructures viables permettant le déclenchement d’une nouvelle dynamique économique régionale, conformément aux Hautes Directives Royales et aux aspirations de la population locale.

Les débats ont, en effet, à identifier les niches de développement tout en mettant en exergue les moyens permettant d’accompagner cet élan, à travers les interventions de qualité des panelistes consistant à aborder la problématique de l’enclavement terrestre et aérien, la relance du secteur touristique et cinématographique ainsi qu’une réflexion sur les pistes de création d’un écosystème autour de l’industrie, de l’énergie solaire et de l’agriculture.

Et à raison, Ouarzazate regorge d’immenses potentialités et dispose de grands atouts pour le développement du tourisme et de la production cinématographique.

Le premier à intervenir est Mohammed Benamour, Président du CDS, qui prononça une allocution d’ouverture, rappelant que cette journée de réflexion sur les chantiers de développement intervient deux jours avant la célébration de la glorieuse marche Verte. « C’est une nouvelle Marche Verte qu’il nous faut. Non seulement pour défendre les territoires de nos pères mais aussi pour nos enfants face à la compétition mondiale. Tous les atouts sont entre nos mains pour confirmer notre développement : nos richesses du terroir, notre jeunesse et le positionnement stratégique de notre pays, à la charnière du nord et du sud, de l’Orient et de l’Occident », a-t-il déclaré. Il n’a pas manqué non plus d’attirer l’attention sur les atouts historiques, culturels et touristiques de la destination, en mettant l’accent sur sa position géographique exceptionnelle, comme sur ses spécificités socio-culturelles et humaines, contribuant ainsi à la configuration millénaire du pays. « Le désenclavement de Ouarzazate devient une urgence qu’il faudrait prendre en compte, car la destination a longtemps souffert de son enclavement, ralentissant sérieusement son développement économique. Constituée en majorité d’un immense territoire à vocation rurale, gardien de notre mémoire, elle connaît toutefois un important déficit dans les domaines de l’accès à l’école, de l’eau potable, de la santé, de l’électrification et de l’emploi. D’où la nécessité de déployer, sans langue de bois, beaucoup d’efforts permettant à la population locale d’avoir une vie décente et dans la dignité, une dignité qui constitue d’ailleurs le socle de la philosophie du règne de SM le Roi », a-t-il affirmé, en appelant les différents acteurs à réfléchir, avec des approches novatrices, à l’identification des niches de développement ressentis, surtout en industrie du tourisme et du cinéma, principal revenu des populations locales, à travers des programmes réalistes et pragmatiques. « Sans financement, sans mesures incitatives, sans logistique, sans dessertes et sans infrastructures, le développement de Ouarzazate ne peut être ce qu’il doit être », a-t-il souligné.

Il a notamment insisté sur la mise en place d’une nouvelle politique aérienne en direction de Ouarzazate ainsi que les actions programmées dans sa promotion, communication et commercialisation, la mobilisation soutenue des réseaux sociaux et de distribution ainsi que la communication digitale. A cet effet, il déclare que le CPT Ouarzazate, le Conseil de la Ville et le Conseil Régional devront penser à organiser le Festival des Symphonies du Désert, un événement qu’il qualifie de grande envergure et qui avait connu auparavant un succès éclatant, grâce à la participation de l’orchestre philarmonique de Londres. « La résurrection de ce festival s’avère capitale dans la promotion de la région. Il est également temps que Ouarzazate ait son festival du film, vu qu’elle comporte des studios de standard international. Il faut aussi penser à la mise des musées et des espaces d’animation aux mains de spécialistes, ainsi que la réalisation d’un golf de 18 trous dont la programmation figure déjà dans l’agenda de la Mairie », affirme t-il.

Concernant l’offre touristique de la région, il précise que le parc hôtelier et le palais des congrès demeurent pour la plupart fermés, nécessitant une mise à niveau urgente, en vue de constituer un outil de promotion permettant à la destination d’avoir la quote-part qui lui revient.

Mohamed Sajid, ministre du Tourisme, du Transport Aérien, de l’Artisanat et de l’Economie Sociale, a, de son côté, rappelé les richesses touristiques et d’artisanat de la région qui demeurent, selon lui insuffisamment exploitées. « Le taux d’occupation dans les établissements d’hébergement touristique est faible (20%) par rapport à la moyenne nationale. Ce qui devrait nous porter à assurer une bonne connectivité de la destination, tant sur le plan de l’aérien que terrestre. Le fameux projet du tunnel routier devant relier Marrakech à Ouarzazate tarde toujours à voir le jour, pourtant son intérêt dans le décloisonnement de la ville est immense en retombées touristiques et flux des voyageurs. Encore faut-il que les opérateurs locaux du tourisme pensent à améliorer la qualité de services offerts, sachant que nous sommes à pied d’œuvre pour encourager de nouvelles dessertes aériennes. Si la capacité d’accueil et la qualité ne suivent pas, les efforts de promotion ne serviraient à rien. Encore faut-il se pencher sur la politique aérienne à développer : donner la priorité au réseau national ou, au contraire, encourager les vols provenant d’autres pays. Peut-être qu’il faudrait penser à encourager et subventionner des compagnies aériennes étrangères pour installer leurs bases aériennes au Maroc et étudier, en termes de co-marketing, les opportunités qui peuvent être exploitées dans la desserte de Ouarzazate, par exemple », a-t-il fait remarquer.

Intervenant à son tour, le ministre de la Culture et de la Communication a annoncé que son département dispose d’une nouvelle feuille de route pour le développement culturel et la sauvegarde du patrimoine. A cet égard, il déclare que « Ouarzazate bénéficie d’un intérêt particulier de la part de son ministère vu la richesse de son patrimoine matériel et immatériel, à travers l’identification de plusieurs sites historiques. La cérémonie de signature aujourd’hui d’une convention de création d’un centre culturel à Ouarzazate témoigne de notre volonté de déployer tous nos efforts pour perpétuer le rayonnement culturel et civilsationnel de la destination. Dans le même ordre, les semaines prochaines verront la mise sur pied d’une direction régionale de la communication, étant donné le rôle primordial de celle-ci dans le développement des réseaux de communication entre les différents acteurs gouvernementaux et économiques, accompagnant l’essor de développement. Sans oublier les efforts déployés par notre département en vue d’inciter les investisseurs à s’intéresser au secteur du cinéma dans la région. Ouarzazate est aussi connue par ses studios de cinéma, à travers les nombreux films internationaux qui y ont été tournés. Une reprise dans ce secteur passe par une mise à niveau technologique, par l’établissement d’un climat de confiance entre réalisateur et producteur et par des programmes de formation aux différents métiers du cinéma.

Ouarzazate a la faveur des grandes productions grâce à des collaborations avec des studios comme la 20th Century Fox, Disney ou encore les studios Universal. Les films tournés au Maroc s’offrent donc parfois des budgets conséquents, qui se comptent en centaines de millions de dollars. On est bien loin de l’époque où Orson Welles finançait avec ses propres fonds le tournage d' »Othello » à Essaouira.

Pour M. le Gouverneur, Ouarzazate aura quand même connu d’importants investissements, notamment dans le domaine touristique, en saluant en premier le courage militant de Mohammed Benamour pour avoir fait confiance à la destination malgré les risques relatifs au retour sur investissement. Il a notamment rappelé l’initiative royale de doter la ville du plus grand site de production solaire multi-technologique au monde. « Le plan solaire Noor prévoit la construction d’une série de centrales solaires plus petites. Le lancement de ces projets énergétiques vise à atteindre l’objectif de porter la part des énergies renouvelables dans le mix électrique marocain à 52% à l’horizon 2030 », a-t-il noté. Avant d’ajouter que le triptyque Tourisme, Cinéma et Energie constituent le trio de tête de la locomotive de développement de la destination, en plus de la richesse biologique et végétale de la région.

Le Président du Conseil Communal a, pour sa part, indiqué qu’il est désolant que la ville, classée jadis troisième dans les plans de développement gouvernementaux soit reléguée à la seizième place, attirant l’attention sur la précarité de la situation, due à la désaffection de l’infrastructure touristique malgré l’embellie constatée. « Nous avons déjà créé en 2013 une cellule de veille, rassemblant les différents intervenants de la région pour étudier les moyens de renaissance et limiter les dégâts. Nous avons, ensuite, soumis au Chef de Gouvernement en mars 2013, une mouture de nos doléances où sept ministères se sont dits impliqués, mais seule la Direction Générale des Collectivités Locales s’est vraiment investie à nos côtés», soulève t-il.

Et de poursuivre, sur un ton plus optimiste, que les appels au désenclavement de Ouarzazate a trouvé bon entendeur, en rappelant que l’ONMT et la RAM ont lancé une nouvelle route aérienne reliant Ouarzazate à Marrakech. De sorte que les opérateurs des deux destinations peuvent programmer des packages combinés. D’ailleurs, « cette nouvelle desserte rentre dans le cadre des actions menées par l’ONMT afin de renforcer l’attractivité de la région de Ouarzazate, et la rendre plus accessible au départ de Marrakech. Cette liaison permettra aux touristes étrangers d’enrichir leur séjour à Marrakech, par la découverte de la ville de Ouarzazate et profiter amplement des sites touristiques de la région tels que Kelaat M’Gouna, les Gorges du Dadès et Zagora. Mais seule une plus large ouverture aussi bien sur le plan national qu’international, permettra de désenclaver et relancer la destination, à travers des mesures concrètes et rapides à mettre en œuvre. La desserte aérienne, ainsi qu’un plan de communication et de promotion constituent ainsi des pré-requis urgents et des facteurs vitaux nécessaires à la relance de Ouarzazate, dont les atouts innombrables réconforteront son offre touristique».

Intervenant à son tour M.El Habib Choubani, président du Conseil Régional Drâa-Tafilalet a mis en valeur la nécessité de développer la connectivité aérienne Casablanca Ouarzazate. Ainsi, dit-il grâce à un accord avec Royal Air Maroc, nous avons pu baisser les tarifs si bien que le prix d’un aller Casa Ouarzazate est de 400 dirhams au lieu de 600 dirhams. Bien plus, nous avons pu augmenter les fréquences, de telle sorte que nous sommes passés de trois dessertes à 6 pour Errachidia,de 5 à 6 pour Ouarzazate, quant à Zagora nous continuons à négocier pour avoir 4 fréquences pour cette province au lieu de 2 tel que proposé par les gens de la RAM. Pour cela, la région a injecté 20 millions de dirhams au lieu 3 millions qui étaient décidés auparavant.

Aussi, la région précise-t-il, lancera une grande campagne de communication et de promotion, via divers canaux et outils dédiés à la communication, une campagne dont le pilotage sera confié à une agence spécialisée.

ouar

ouarzazate1

ouarzazate2

ouarzazate4

ouarzazate56

Le 03 Novembre 2017

Source Web : Tourisme Et Gastronomie

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Une affluence record pour le Fitur 2016

Une affluence record pour le Fitur 2016

La 36ème édition du Salon Fitur a démarré hier à Madrid. Lahcen Haddad, ministre du Tourisme y est présent ainsi qu’une importante délégation d’opé...

Tourisme. Pourquoi le Maroc stagne ?

Tourisme. Pourquoi le Maroc stagne ?

Alors que la stratégie touristique 2020 visait 20 millions de touristes, le Maroc est encore loin du compte avec seulement 11 millions d’arrivées. La digita...