Automobile. Les détails des écosystèmes "Valéo" et "câblage & connectique"

Automobile. Les détails des écosystèmes

A eux seuls, ces deux écosystèmes totalisent un investissement de près de 128 millions d’euros permettant la création de 4.770 emplois directs et indirects. En quoi consistent-ils? Et quelle est la logique derrière leur lancement? Explications.

Sur les 26 investissements signés devant le Roi le 11 décembre 2017, deux concernent l’écosystème Valéo et 5 celui du câblage et de la connectique.

Leur particularité: ce ne sont pas des écosystèmes constructeurs contrairement à Renault et PSA déjà installés. 

"Valéo a désormais son propre écosystème en tant que gros équipementier multifonctions. Nous nous sommes dit, si Valéo a déjà un écosystème dans son pays, il est donc possible d’en avoir un au Maroc et nous avons foncé", a déclaré Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, à Médias24, en marge d'une conférence de presse tenue le 11 décembre.  

Selon les informations supplémentaires obtenues par Médias24, dans le cadre de l'écosystème signé récemment, Valéo à lui seul investit plus de 80 millions d’euros au Maroc, générant  600 emplois direct et plus de 1.400 emplois indirects.

Systèmes de navigation (GPS et autres), alternateurs, lève-vitres électriques… sont concernés.

"Pendant les négociations, nous avons convenu avec Valéo de monter un véritable écosystème autour de ses fournisseurs. En plus de ceux qui sont déjà installés, Valéo s'est engagé à ramener cinq autres fournisseurs parmi lesquels trois ont déjà confirmé leurs investissements. Ils sont en discussion avec Tanger Automotive City pour l’accès au foncier. L’objectif est d’atteindre 10 fournisseurs au minimum et de réaliser un taux d’intégration de 60% dans les deux à trois années suivant le démarrage de l’activité", nous confie Abdelouahed Rahal, directeur automobile au ministère de l’Industrie

Connectique. Le Maroc importait pour 300 M€ par an

Le câblage et la connectique ont également leur écosystème répondant à une logique sectorielle. Le montant total investi atteint 42,82 millions d’euros (avec un premier investissement pour TE Connectivity et des extensions pour quatre entreprises déjà existantes).

"Il est rare de trouver un véhicule dans le monde qui n’est pas équipé d’un câble fabriqué au Maroc. Les grands players de câblage sont déjà installés au Maroc. En créant un écosystème propre à la filière, le Maroc a voulu mettre en place un environnement encore plus favorable aux câbleurs facilitant l’installation de leurs fournisseurs", explique Abdelouahed Rahal.

"Avant de constituer l’écosystème, nous avons d’abord commencé par identifier les besoins des câbleurs installés au Maroc. Nous les avons rencontrés séparément. C'est alors que nous nous sommes rendu compte qu’ils s’approvisionnaient auprès des mêmes fournisseurs en matière d'intrants, connecteurs compris. Nous sommes ensuite partis à la rencontre de grands opérateurs leur expliquant qu’un business existait au Maroc. La convention signée avec TE Connectivity illustre cette démarche", raconte monsieur automobile au ministère de l’Industrie.

Le Maroc importait jusqu’ici 300 millions d’euros par ans de connecteurs, selon les chiffres révélés par M. Elalamy.

"Quand la connectique sera fabriquée au Maroc, le taux d’intégration des câbles passera de 50% à 60% en 2020. Il était d'à peine 25% il y a quelques années", souligne pour sa part M. Rahal.

"Un changement majeur s'est opéré dans la filière. Au-delà de l'assemblage du câble et de l'intégration de la connectique et du fil en cuivre, les câbleurs se lancent aujourd'gui dans la recherche et développement de produits. Un centre d’ingénierie est également en cours de constitution. Le Maroc gagne ainsi en pouvoir de persuasion à l'international pour que le câble soit fabriqué au Maroc plutôt qu’ailleurs", poursuit-t-il.

Rappelons que depuis leur lancement en octobre 2014, les écosystèmes automobile ont permis la création de plus de 80.597 emplois, soit 90% de l’objectif à horizon 2020.  Ils ont généré en 2016, un chiffre d’affaires à l’export de 60 milliards de DH, en hausse de 50% par rapport à 2014.

Le 19 Décembre 2017

Source Web : Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation

La BEI soutient le secteur automobile

La BEI soutient le secteur automobile

La Banque européenne d’investissement (BEI) a signé un protocole d’accord avec l’Association marocaine pour l’industrie et la construction de l’auto...

L’export finit l’année en trombe

L’export finit l’année en trombe

A fin novembre, la progression est de 9,4% Le textile se greffe à l’automobile, l’aéronautique et aux phosphates Le déficit commercial est aggravé...