Une embellie économique mondiale teintée de risques à plus long terme

Une embellie économique mondiale teintée de risques à plus long terme

La Banque mondiale est plus optimiste sur la croissance économique autour du globe cette année mais elle demeure réservée sur la capacité de la soutenir à long terme face à la tentation du protectionnisme et aux tensions géopolitiques.

Le produit intérieur brut (PIB) mondial devrait progresser de 3,1% cette année, après +3% en 2017. C'est 0,2 point de pourcentage de plus que ses prévisions de juin pour 2018.

"La croissance mondiale est plus forte que ce que nous avions prévu", a déclaré à l'AFP Ayhan Kose, économiste à la Banque mondiale qui a aussi rehaussé de 0,3 point son évaluation de l'expansion pour l'année dernière.

Et 2018 a de "bonnes chances" d'être la première année depuis la crise financière où l'économie mondiale tournera à plein régime ou presque, a noté cet expert, principal auteur de ce rapport semestriel sur la conjoncture internationale.

La croissance est tirée par les investissements, le secteur manufacturier et les échanges commerciaux tandis que les pays exportateurs de matières premières bénéficient d'un raffermissement des prix, résume l'institution basée à Washington.

L'embellie profite en outre à toutes les régions du monde, à commencer par les "trois grandes": les Etats-Unis, la zone euro et le Japon, observe Ayhan Kose.

D'après ces nouvelles projections, les Etats-Unis devraient en effet voir leur croissance économique accélérer à 2,5% contre 2,2% attendu en juin. Le PIB de la zone euro devrait croître de son côté de 2,1%. Quant au Japon, la croissance est anticipée à 1,3%.

La Banque mondiale, qui prévoyait un léger ralentissement de la croissance de la Chine en 2017, a finalement estimé que celle-ci avait accéléré de 0,1 point de pourcentage à 6,8% et table sur une légère décélération cette année à 6,4%. Et l'autre géant, l'Inde devrait voir sa croissance rebondir à 7,3% en 2018 après 6,7% l'an passé.

Les deux grands pays émergents, le Brésil et la Russie, qui ont renoué en 2017 avec la croissance (+1,7% et +1%) après deux années de récession, devraient en outre poursuivre leur reprise avec des hausses respectives attendues de 1,7% et 2% en 2018.

"La reprise de la croissance mondiale est encourageante, mais l'heure n’est pas à l'autosatisfaction", a toutefois prévenu le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim. Car un resserrement abrupte des conditions financières mondiales pourrait compromettre l'expansion.

Le 10 Janvier 2018

Source Web : Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation