Un nouveau portail pour mieux vendre la destination

Un nouveau portail pour mieux vendre la destination

    Visitagadir.com, une plateforme évolutive et interactive en trois langues

    Un investissement de 1,1 million DH

Récemment a été mise en place une stratégie digitale triennale et le lancement d’un nouveau portail visitagadir.com, un projet qui a vu le jour grâce à l’appui financier (1,1 million DH) du Conseil communal d’Agadir dans le cadre du plan conjoint Commune/Conseil régional de tourisme (CRT).

La plateforme, à la fois évolutive et interactive, est réalisée avec le système de gestion de contenu «Drupal», pour sa puissance, ses nombreuses fonctionnalités et son interface facile d’utilisation.

Conçu par l’entreprise Void d’Agadir, le portail propose un contenu varié couvrant l’ensemble du territoire de la région Souss Massa avec des reportages photos, des vidéos thématiques… Il est actuellement disponible en français, anglais et arabe, la version allemande étant en cours. Les visiteurs sont invités à contribuer à la richesse du site par le biais de la publication de commentaires, de photos ou de partage sur les réseaux sociaux.

Les professionnels ne sont pas en reste puisqu’ils peuvent accéder à un espace membre, via un extranet qui apporte toute l’information disponible en termes de statistiques et de communication spécialisée. Cet outil va de même devenir un moyen de communication efficace entre les structures hôtelières, qui disposent chacune d’une page propre modifiable grâce à des codes d’accès. Une formation sera d’ailleurs dispensée aux professionnels prochainement, est-il indiqué.

    Stratégie numérique

    «Ce portail est un premier pas réussi dans le cadre d’une stratégie numérique globale», se félicite Asma Oubou, Directrice du CRT. «La prochaine étape est le management collectif et collaboratif de la plateforme par les professionnels qui sont appelés à s’impliquer pour le développement numérique cohérent de la destination», a-t-elle ajouté.

    Dans le détail, la stratégie digitale du CRT se décline en 4 axes. Il s’agit de réaffirmer la stratégie online/offline de la destination, promouvoir la destination et renforcer sa bonne visibilité sur Internet, d’améliorer l’accueil numérique et faciliter l’accès à l’information avec la création d’une «smart city» (accès wifi public, bornes interactives, QR codes…) Et enfin, de mettre en place des outils de gestion de la e-réputation.

De bons scores mais peut mieux faire

agadir-tourisme

    La barre des 4,3 millions de nuitées franchie durant les 11 premiers mois de 2017

    Les commerces ne profitent pas vraiment des arrivées touristiques

Le Maroc, la France et l’Angleterre sont les marchés qui ont permis à la destination Agadir de terminer l’année 2017 sur une note positive (Statistiques sur les 11 mois de 2017)

Le secteur touristique dans la destination Agadir clôture l’année 2017 dans le vert. En effet, l’augmentation est de +8,60% pour les arrivées et de +11,35% pour les nuitées comme le fait ressortir l’analyse du cumul enregistré dans les hôtels classés de la ville durant les 11 premiers mois de 2017, en comparaison avec la même période en 2016.

Avec 915.420 touristes reçus, la barre de 4,3 millions de nuitées a été franchie, selon les données statistiques du Centre régional de tourisme (CRT) d’Agadir Souss Massa. Sans surprise, le marché national vient en tête avec 339.853 Marocains ayant visité le Chef-lieu du Souss en 2017, soit une hausse de 4,32%. Il est suivi par le marché français avec 133.058 visiteurs reçus, soit plus de 14,44% par rapport aux onze premiers mois de 2016.

Le marché allemand performe quant à lui avec 113.955 touristes reçus, ce qui représente une augmentation de 32,77%. L’Angleterre, la Pologne et le Canada sont parmi les autres marchés en évolution avec respectivement une variante de +17,01%, +27,81% et +41,64% par rapport à 2016. D’autres marchés sont toutefois en baisse.

Cas de la Belgique et de l’Arabie Saoudite, avec respectivement -2,69% et -18,98%. Mais la régression la plus spectaculaire est enregistrée par le marché russe (moins 43,09%!) et dont la progression spectaculaire enregistrée en 2016 n’est plus aujourd’hui que de l’histoire ancienne.

Le peu de fidélisation des touristes belges, saoudiens et russes représente une perte de près de 152.000 nuitées.

Par ailleurs, la durée moyenne de séjour durant les 11 premiers mois de 2017 a enregistré une augmentation de 4,77%, contre 4,65% en 2016. Quant à lui, le taux d’occupation marque une hausse de +10,04%. Il est vrai que de manière globale, les statistiques de la destination Agadir sur les onze premiers mois de 2017 sont en évolution, mais la performance que mérite la ville est encore loin malgré la sécurité, des kilomètres de sable fin et 360 jours ensoleillés par an.

«Ces touristes à badges que la destination reçoit restent confinés dans leurs hôtels étant donné le mode de séjour pour lequel ils ont opté», déplore cet artisan en pointant du doigt la formule du all inclusive.

«Notre commerce en pâtit, c’est la léthargie… sachant que nous sommes positionnés en zone touristique», a-t-il ajouté.

Les autres commerces, restaurants, salons de coiffure… ne sont pas mieux lotis. D’ailleurs, c’est surtout grâce aux nationaux qu’ils continuent de tourner, nous indique-t-on. Mais le All inclusive n’est pas le seul à incriminer, la destination traînant d’autres boulets: un vieux parc hôtelier, des établissements hôteliers en difficulté, peu d’animation, manque d’éclairage dans les rues et les principales artères… en plus du manque d’hygiène dans certains cafés et restaurants de la place.

L’urgence aujourd’hui est d’abord d’optimiser l’existant et de mener une réflexion commune afin de redorer le blason de la destination, d’autant plus qu’elle est coursée par des pays comme la Tunisie et la Turquie. L’implication de tous est nécessaire, professionnels, opérateurs, élus, acteurs associatifs… et surtout universitaires.

Le 11 Janvier 2018

Source Web : agadirmichelterrier

Les tags en relation

 

Les articles en relation