Historique. Les énergies renouvelables bientôt toutes compétitives

Historique. Les énergies renouvelables bientôt toutes compétitives

 

En avril 2017, lancement des travaux à Ouarzazate, de réalisation de la Centrale Noor IV, ultime étape du plus grand complexe énergétique solaire au monde dont la capacité totale atteindra 582 MW. (Photo MAP)

Les coûts de l'éolien et du solaire vont encore baisser fortement ces prochaines années au point que ces deux énergies seront globalement moins chères que les énergies fossiles (fuel, gaz, charbon), mais les autres énergies vertes progressent également rapidement, selon une étude publiée samedi.

Ce changement complet de modèle économique est une très bonne nouvelle pour le Maroc, qui vient conforter le choix inattendu qui avait été effectué par le Roi Mohammed VI dès 2008. A l'époque, la tendance générale était au nucléaire civil pour produire de l'éectricité. Les fournisseurs internationaux ne lésinaient pas sur les crédits fournisseurs pour vendre leurs équipements.

C'est à ce moment que le Roi du Maroc avait pris de court le gouvernement et les milieux de l'énergie, en décidant d'opter pour les énergies renouvelables. Dans le domaine du solaire notamment, et un peu moins dans l'éolien, le Maroc apparaît aujourd'hui dans le top 5 des pays qui ont eu une stratégie volontariste dans ce domaine, à côté des Emirats, du Chili, du Mexique et de l'Afrique du sud.

L'information que vient d'apporter l'Agence internationale des énergies renouvelables (Irena) conforte donc cette stratégie marocaine: "En 2020, toutes les énergies renouvelables seront compétitives par rapport aux énergies fossiles", écrit l'agence dans un rapport qui vient d'être publié et qui porte sur l'évolution du prix de revient en 2017..

"Toutes les technologies renouvelables seront compétitives par rapport aux énergies fossiles en 2020", estime l'Agence internationale des énergies renouvelables (Irena) dans un nouvelle étude sur les coûts des énergies vertes.

Les coûts moyens des renouvelables devraient atteindre entre 3 et 10 dollars le mégawattheure (MWh) en fonction des technologies (éolien, solaire, géothermie, biomasse, etc.), quand les énergies fossiles affichent des coûts entre 5 et 17 dollars le MWh, note l'étude.

Ils varient en fonction des pays, selon les gisements en énergie ou les réglementations.

Déjà en 2017, les coûts moyens des nouveaux projets de parcs d'éolien terrestre et de centrales solaires ont fluctué entre 6 et 10 dollars le MWh, avec plusieurs records en dessous de cette moyenne.

Cela a été le cas aux Emirats arabes unis, au Chili, au Mexique et au Pérou dans le solaire.

Dans l'éolien, des projets sont déjà régulièrement mis en service avec un coût de 4 dollars le MWh.

irena1

La capacité solaire marocaine (source: Irena)

evolution32

La baisse du prix de revient de l'énergie produite par solaire CSP (source: Irena)

Les baisses de coûts sont tirées par l'amélioration constante des technologies mais aussi une concurrence qui s'accentue avec de nombreuses entreprises qui développent des projets d'énergies renouvelables, remarque l'étude.

"Se tourner vers les renouvelables (...) n'est plus simplement une décision faite au nom de l'environnement mais, de plus en plus largement, une décision économique intelligente", selon Adnan Z. Amin, directeur général de l'Irena, cité dans le communiqué.

Les "meilleurs" projets éoliens terrestre et solaire pourraient ainsi produire une électricité à un coût de 3 dollars par MWh, voire moins dans les deux prochaines années.

Et cette baisse des coûts s'observe aussi pour les autres énergies renouvelables, note l'Irena. L'an dernier, des projets dans la géothermie, la biomasse ou l'hydroélectricité se sont développés avec des coûts autour de 7 dollars le MWh.

Le solaire à concentration et l'éolien en mer font également des progrès et certains projets qui seront mis en service d'ici 2020 et 2022 coûteront entre 6 et 10 dollars le MWh, prévoit l'Irena.

"Cette nouvelle dynamique témoigne d'un changement significatif de modèle énergétique", selon M. Amin. (Avec AFP)

Le rapport de l'Irena est consultable ici (executive summary) ou ici (rapport complet).

Le 14 Janvier 2018

Source Web : Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Inondations mortelles dans le Sud

Inondations mortelles dans le Sud

Les inondations provoquées par les fortes pluies qui se sont abattues ces derniers jours à Taroudant et Ouarzazate ont causé la mort de six personnes, selon ...