Les recommandations du CESE pour un nouveau modèle industriel au Maroc

Les recommandations du CESE pour un nouveau modèle industriel au Maroc

Institutionnalisation d'un organe de pilotage, priorité à l’emploi décent et généralisation de la couverture sociale... Le CESE vient de livrer ses recommandations pour une industrie dynamique au service d’un "développement soutenu, inclusif et durable".

Dans son dernier rapport sur le modèle industriel du Maroc, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à une nouvelle ambition basée sur un nouveau paradigme, qui ferait de l’industrie "un des piliers majeurs du développement du pays".

Le CESE estime que l’articulation entre quatre dimensions engagera l’industrie nationale sur la voie du futur:

Gouvernance lisible et responsable:

- Sanctuarisation, par les textes, de la représentativité et de la légitimité des fédérations sectorielles; et le renforcement des syndicats et de leur participation aux instances de représentation au sein des entreprises et des organes de pilotage des politiques industrielles;

- Institutionnalisation d’un organe de pilotage de haut niveau, comme plate-forme de concertation et de pilotage stratégiques;

- Favoriser l’émergence de locomotives nationales sectorielles, en mesure notamment d’être autant de "porte-étendards du dessein africain du Maroc".

Pacte social rénové pour une dynamique d’ensemble:

- Changer de paradigme: priorité à l’emploi décent et réforme du système de protection sociale pour une généralisation de la couverture à tous les citoyens;

- Aboutir à des accords forts pour une nouvelle dynamique, à la fois créatrice de richesses et d’emplois décents;

- Garantir l’adaptation et le renforcement des capacités techniques et sociales, avec un droit à la formation tout au long de la vie;

- Construire le système qui ferait de la couverture sociale, un droit pour tous les citoyens et non seulement pour les travailleurs;

- Favoriser le développement de la culture industrielle marocaine, pour l’émergence d’une "société industrieuse".

La région au cœur du développement industriel:

- Les régions devront jouer pleinement leur rôle à travers une large implication des acteurs et des représentants de la société dans tout le processus de développement;

- Lier les recettes de la région à la production de richesses sur son territoire;

- Une politique foncière proactive de l’Etat et des régions par le développement des zones d’activités et zones industrielles, et de logistique au niveau d’infrastructures stratégiques, sous la responsabilité directe des régions;

- Intégrer fortement la dimension durabilité et décliner l’ambition d’un Maroc "usine verte" dans une politique d’une nouvelle génération de zones industrielles;

- Créer un statut spécifique d’aménageur de zone industrielle et d’opérateur environnemental adapté aux vocations de ces dernières;

- Mettre fin aux redondances administratives en matière de pilotage, d’appui et de suivi des investissements.

Libération des énergies et des initiatives:

- Assurer l’effectivité du champ de l’investissement à de nouveaux profils d’acteurs industriels, afin de densifier le tissu industriel, diversifier l’offre et accroître la valeur ajoutée;

- Faire de l’amélioration de l’attractivité et du climat des affaires une priorité nationale, pour sortir d’une économie à prédominance rente vers une économie inclusive et plus productrice de valeur;

- Une réforme fiscale pour assurer la cohérence, donner de la visibilité et sortir des dérogations improductives au profit de l’investissement producteur de valeur ajoutée nationale et d’emplois;

- Adopter une politique nationale active et coordonnée d’innovation et de veille stratégique, pour une industrie nationale qui intègre les tendances fortes et se positionne durablement sur les chaines de production mondiales;

- Favoriser l’émergence de nouveaux instruments pour la mise à disposition de foncier industriel à prix compétitif;

- Renforcer l’accès aux financements, favoriser le capital développement, améliorer la trésorerie et rétablir les marges des entreprises;

- Faire de la digitalisation un axe majeur du développement de l’industrie;

- Encourager le développement d’une filière d’ingénierie nationale au service de la performance industrielle;

- Adapter, approfondir et généraliser la démarche de normalisation pour protéger le marché national et soutenir la compétitivité de l’offre marocaine;

- Faire de l’industrie un levier du soft power du Maroc et valoriser la marque "Made in Morocco".

Le 15 Janvier 2018

Source Web : Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation