La centrale thermique de Safi va démarrer avec d'énormes problèmes d'approvisionnement en charbon

La centrale thermique de Safi va démarrer avec d'énormes problèmes d'approvisionnement en charbon

La nouvelle et énorme centrale thermique de Safi est en phase de démarrage. Mais ce démarrage est affecté par un problème inédit: le quai à charbon du nouveau port n'est pas opérationnel et personne ne sait à quelle date il le sera. Les travaux sur le quai ont été arrêtés à cause de la découverte de fissures dans cet ouvrage. Comment faire fonctionner une centrale électrique nécessitant 10.000 T. de charbon par jour sans quai de déchargement?

La nouvelle et énorme centrale de Safi, dont la production représentera 20% des besoins d’électricité du Royaume, ne peut utiliser son système d'approvisionnement. Elle est obligée de se faire alimenter par un ballet incessant de camions, qui peinent à couvrir ses énormes besoins: 5.000 tonnes de charbon par jour pour la première unité! Et 10.000 T. au démarrage de la deuxième.

La première unité doit démarrer le 10 février. Les essais pour la seconde unité démarrent "incessamment" selon une source autorisée, pour une mise en service en mars. Chacune de ces unités représente une capacité de production de 693 MW. L'ensemble fait donc 1.384 MW, une capacité énorme à l'échelle du Maroc. L'investissement lui-même est signficatif: 23 milliards de DH.

Le chantier de construction du nouveau port de Safi a été lancé en avril 2013 par le Roi Mohammed VI. La première partie devait être livrée en 2017.

En juillet 2017, le conseil de gouvernement a approuvé la prolongation de la durée de vie de la direction provisoire créée au sein du ministère de l'Equipement et chargée de superviser les travaux du port de Safi. Une prolongation jusqu'en juillet 2019. Ce fut le premier signal du retard de travaux, passé plutôt inaperçu.

En aout 2017, M. Amara visite le chantier. Un communiqué viendra annoncer un état d'avancement global de 75% pour le port et de 65% pour le quai charbonnier. Là encore, la petite phrase passe inaperçue: "M. Amara, a fait remarquer que dans ce genre de projets structurants, des difficultés surviennent et c’est tout à fait normal, mais grâce à nos rencontres et réunions avec les experts et les parties impliquées, on trouvera à ces difficultés les solutions appropriées". Bref, Amara est rassurant. La suite ne lui donnera pas raison. De plus, le ministère s'enferme dans le mutisme total. Une pratique répandue dans les départements dirigés par ce ministre.

Depuis cette date, des rumeurs de plus en plus persistantes, parlent d’une suspension partielle des travaux, à cause de fissures parues dans les fondations sous-marines du quai.

Des sources internes, chez l’adjudicateur du projet, la société SGTM, contactées par Médias24, ont reconnu l'existence des fissures, tout en relativisant le problème: «Le quai charbonnier n’est qu’un module de l’immense chantier. Il ne représente que 4% de l’envergure totale du projet, estimée à plus 4 MMDH

Ce montant correspond toutefois aux trois phases du projet. Rapporté à la première phase dont il fait partie, la part de ce premier quai charbonnier (un second est prévu dans la deuxième phase) est autrement plus importante. Surtout, la livraison de ce quai est indispensable au démarrage normal de la centrale Safiec.

D’après le magazine Telquel (N°796, du 26 janvier 2018) qui a révélé l'affaire, ce sont des contrôles de routine, qui ont permis la découverte des fissures. Des sources internes au sein de Safiec rapportent à Medias24, que c’est un bureau de contrôle mandaté par leur société, qui a découvert l’incapacité du quai à supporter les portiques nécessaires au déchargement des navires de charbon.

Safiec est le nom de la centrale thermique adossée au port. Le démarrage effectif de sa première unité de production est prévu pour ce 10 février et celui de sa seconde unité le sera en mars 2018. Sa mise en marche avait rencontré en 2017 certains soucis (fuites du réservoir de fuel et accidents de travail sur le chantier), mais ses équipes ont mis les bouchées doubles et ont fini par récupérer leur retard initial.

Un consortium à parts égales, entre Nareva filiale de la SNI, Mitsui du Japon et Engie de France, est derrière cet important investissement (23 MMDH). En échange, SAFIEC bénéficie d’une concession de trente ans, durant laquelle l’ONEE achètera la totalité de la production électrique de la centrale.

Quand cette centrale tournera à plein régime, elle pourra couvrir 20% des besoins du Maroc en électricité. C’est donc un euphémisme que de dire, qu’elle constitue une pièce maîtresse dans la politique d’approvisionnement de l’ONEE.

En effet, l’ONEE, déjà lourdement déficitaire, supporte des surcoûts, générés par des différentiels de prix, car il doit importer de plus en plus, une partie de ses besoins, d’Espagne ou d’Algérie. En 2015, ses importations représentaient déjà plus 13% de l’électricité appelée.

L’apport de Safiec ne vise donc pas à couvrir les besoins futurs du Maroc en électricité, mais à combler le déficit chronique de ces dernières années et à se substituer aux onéreuses importations. Chaque semaine de retard dans la mise en marche de la nouvelle centrale sont des semaines de trop pour l’office national. La même impatience doit régner dans les quartiers généraux des trois investisseurs, au regard de l’effort financier consenti.

Dès que les fissures ont été constatées et que le retard est devenu inéluctable, un stock de 450.000 T. de charbon a été constitué à proximité de la centrale. 450.000 T., c'est beaucoup dans l'absolu. Mais dans la pratique, ce ne sont que 45 jours de consommation de la centrale.

L'objectif aujourd'hui, selon une source sûre, est "de sécuriser l'approvisionnement de la centrale en charbon jusqu'à la fin de l'année". Entre les lignes, cela signifie qu'il n'y aura pas de quai fonctionnel (réparé ou reconstruit), avant la fin de l'année 2018 au plus tôt.

Depuis mai 2017, c’est un ballet incessant de camions qui alimente le stock de la centrale, à partir de Jorf Lasfar. C’est la première solution trouvée pour faire face à l’impossibilité actuelle d’installer le système d’alimentation, par convoyage, à partir du quai charbonnier défaillant, jusqu’aux entrepôts de la centrale.

Cette solution peine à couvrir les besoins quotidiens de la première unité en production. De plus, 70 DH/tonne est le coût imprévu et supplémentaire (+10%) qui doit être supporté pour acheminer le charbon vers la centrale.

La seconde solution qui va être mise en place est d'utiliser le quai de service, afin d’accueillir des mini-vraquiers, selon une source sûre. Mais la capacité maximale de ces derniers est de 2.500 tonnes. Il faudrait donc opérer 24 chargements au port du Jorf pour pouvoir décharger les super navires réservés au transport du charbon (capacité de 60.000 tonnes minimum). A Safi, il faudra traiter 2 mini-vraquiers par jour, pour coller à la cadence de consommation de la première unité, qui entrera incessamment en production. Tout cela génère beaucoup de «ruptures de charges» et des surcoûts y afférant.

Les problèmes sérieux commenceront quand la deuxième unité sera mise en marche (au mois de mars prochain): les besoins quotidiens de la centrale doubleront pour atteindre 10.000 tonnes par jour. Les stocks déjà constitués se consumeraient en 30 jours à peine!

Plusiuers questions restent à ce stade sans réponse: les contrats prévoient-ils des pénalités à payer à l'Etat? à Safiec? qui est réellement responsable de ces fissures? à quelle date le nouveau quai charbonnier sera-t-il opérationnel? Médias24 suivra ce dossier au plus près et vous informera.

>SGTM construit également le port Nador West Med.

En groupement avec le turc STFA et le luxembourgeois JDN, SGTM a remporté l’appel d’offres relatif à la réalisation des travaux de construction des infrastructures du port Nador West Med. L’offre du groupement STFA-SGTM-JDN a été retenue pour un montant d’environ 7,61 milliards de DH.

>Une centrale "respecteuse de l'environnement"

"Cette centrale de dernière génération, qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale visant la satisfaction de la demande croissante d’électricité au moindre coût et dans le respect de l’environnement, se caractérise par une optimisation des performances environnementales et un rendement élevé en comparaison avec des centrales conventionnelles. Elle permettra ainsi une baisse significative des émissions de CO2 et une réduction des coûts associés au combustible.

"En effet, cette centrale, qui respectera les dernières directives environnementales applicables en la matière, sera notamment dotée d’un système d’électrofiltre à étages multiples pour le captage des poussières et des particules fines, d’un équipement de désulfurisation des gaz de combustion à l'eau de mer (FGD) pour la capture du dioxyde de souffre et d’un système de réchauffage des gaz de combustion (GGH) pour l’élimination de l’impact visuel. La centrale sera construite par l’équipementier sud-coréen Daewoo Engineering & Construction Co".

[Source: Communiqué conjoint Nareva-GDF Suez-Mitsui. Le 10 septembre 2013]Les intervenants dans le chantier

>Les intervenants dans le chantier [source: ministère de l'Equipement]

-SGTM

Créée en 1971, la SGTM a réalisé une partie non négligeable des chantiers du Maroc. Elle a été fondée et est dirigée par les frères Ahmed (président) et M’Hamed Kabbaj (Directeur général).

Références:

* Barrages Lalla Takerkoust, Tiouine, Ahmed EL Hansali, Oued de Sebou et Abdelmoumen ;

* 2ème terminal de l’Aéroport Mohammed V à Casablanca, aéroport d’Oujda Angad ;

* Sites industriels de l’OCP, lots de génie civil pour la Grande Mosquée Hassan II, grand complexe hydraulique d’Ait Messaoud, viaducs pour l’ONCF et Autoroutes du Maroc ;

* Technopark, Morocco Mall, Tour Maroc Telecom, Twin Center, centre tertiaire du Port Tanger Med.

SGTM a remporté l'adjudication en groupement avec le turc STFA.

-STFA

Le groupe turc STFA a été créé en 1938. STFA offre des solutions intégrées dans les domaines de la construction maritime, du génie civil et travaux d’infrastructure, du pétrole, gaz et électricité, des sols et ingénierie des fondations, de l’Ingénierie et Management Consultancy. STFA intervient dans plusieurs projets structurants dans la région MENA. A ce jour, le Groupe a finalisé 360 projets, d’une valeur globale de 25 milliards de dollars sur les trois continents.

La structure organisationnelle de STFA est composée d’unités d’affaires spécialisées et régionales pour fournir des services flexible à ses clients, un savoir-faire spécialisé, des structures de coûts concurrentielles et des temps de réponse rapides.

-CID

Créée en 1982, CID est une société marocaine d’ingénierie pluridisciplinaire intervenant dans les projets de génie civil, de bâtiment, de transport et d’hydraulique.

CID dispose d’une équipe permanente de 350 ingénieurs et techniciens et assure les prestations de maîtrise d’œuvre (études techniques, études économiques, analyses environnementales, suivi des travaux de réalisation, ordonnancement) ; le pilotage et coordination (OPC), le management de la qualité, l’assistance à l’exploitation et à la maintenance ; les prestations d’assistance à maîtrise d’ouvrage (Planification des projets, préparation des termes de références, assistance pour l’évaluation des offres et à la sélection des entreprises, suivi et pilotage des études et de investigations, assistance sur les plans juridique et institutionnel).

-MedOcean                                            

MedOcean a été créée en 2008. L’entreprise dispose d’une expérience de plusieurs années dans les travaux hydrographiques au Maroc et à l’étranger, capitalisant sur une base de données géographique conséquente sur le littoral marocain et sur certaines zones côtières dans le monde. MedOcean a diversifié ses activités tant au milieu marin que terrestre. La réalisation des études et investigations terrestres et marines pour l’optimisation de la préparation, le suivi, le contrôle et la réception des projets réalisés, dans le respect des exigences, des Normes Qualité, Sécurité et Environnement en vigueur.

MedOcean intervient dans les domaines des études géotechniques, de l’auscultation des ouvrages, de la survey Multifaisceaux, du lasergrammétrie et de la Topo-Bathymétrie mono faisceau. MedOcean dispose de deux plateformes autoélévatrices pour les travaux de Géotechnique marine.

-LPEE (bureau de contrôle)

Le Laboratoire Public d’Essais et d’Etudes (LPEE) est une entreprise publique au statut juridique de société anonyme créé en 1947. LPEE offre des prestations de services dans les domaines du bâtiment et génie civil, de l’environnement, de l’hydraulique et des industries associées. Ses prestations couvrent aussi tout le cycle de vie des ouvrages de génie civil et des produits qui leur sont liés : conception, étude, essais, suivi et assistance, conseil et expertise. LPEE dispose d’implantations spécialisées à Casablanca et des représentations régionales sur tout le territoire marocain : 10 centres à Casablanca (Grands travaux, Géotechnique, Infrastructures de transport, Matériaux, Electricité, Métrologie, Hydraulique et Environnement); 12 Centres et laboratoires régionaux couvrant toutes les régions du Maroc et offrant un service de proximité aux professionnels.

-Artelia

Créé en mars 2010 par la fusion de Coteba et de Sogreah, le Groupe Artelia, détenu à 100 % par ses managers et salariés, fort de 3000 collaborateurs, affiche un chiffre d’affaires annuel de 317 millions d’euros et figure au premier plan des sociétés françaises d’ingénierie et de management de projet dans les secteurs de la construction, des infrastructures et de l’environnement. Artelia exerce ses missions dans neuf domaines d’activité: bâtiment, eau, environnement, énergie, maritime, ville, transport, industrie, multi-sites.

Le 03Février 2018

Source Web : medias24

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Gazoduc Nigeria-Maroc: un rêve africain

Gazoduc Nigeria-Maroc: un rêve africain

Lors de la signature, dimanche 10 mai 2018, de la déclaration conjointe entre le Royaume et le Nigéria sur le gazoduc régional, par Amina Benkhadra et Farouk...