Coupe du monde 2026 : Sepp Blatter soutient le Maroc

Coupe du monde 2026 : Sepp Blatter soutient le Maroc

C’est dans un Tweet que l’ancien président de la FIFA lance la balle : c’est au tour du continent africain d’accueillir une nouvelle fois l’événement footballistique et le Maroc serait, selon lui, « l’hôte logique ». Il en profite d’ailleurs pour rappeler la décision de la Fédération, prise en 2004, de bannir dans son règlement les dossiers de co-organisation.

Sepp Blatter affiche ouvertement son soutien à la candidature du Maroc dans l’organisation de la Coupe du monde 2026 : « Le Maroc serait l'hôte logique! Et il est de nouveau temps pour l'Afrique! », plaide-t-il après avoir fait allusion à la décision de la FIFA, en 2004, de bannir les candidatures conjointes – à l’instar, justement, du dossier commun Etats-Unis-Canada-Mexique, candidats face au Maroc – après le fiasco Corée du Sud-Japon. En effet, la Coupe du monde 2002, organisée par les deux pays asiatiques, avait été ponctuée par nombre de déboires et de polémiques reposant essentiellement sur la rivalité historique entre les deux pays organisateurs et la distance géographique qui avaient causé bien des soucis logistiques et organisationnels. Suite à cela, la FIFA avait officialisé l’interdiction des « doubles candidatures » dans son règlement en 2004.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Sepp Blatter se montre favorable à la candidature du Royaume. Bien avant, en 2013, l’ancien président de la FIFA avait mis en lumière, dans une conférence de presse téléphonique, les efforts du Maroc dans la poursuite de la construction et l’amélioration de ses infrastructures sportives et ce, malgré sa défaite face à l’Afrique du Sud dans l’organisation de la Coupe du monde 2010. « Les stades d’Agadir et Marrakech sont parmi les meilleurs stades en terme de qualité », avait-il notamment fait remarquer.

Soutien symbolique en pleine polémique « Cosafa »

Le soutien symbolique de Sepp Blatter arrive à point nommé pendant la polémique « Cosafa » qui secoue la candidature du Maroc depuis plusieurs jours. En effet, le 2 février dernier, la Confédération Africaine de Football (CAF) avait reçu l’ordre directement de Gianni Infantino, Président de la FIFA, de ne pas afficher publiquement son soutien au dossier marocain lors de sa 40ème assemblée générale tenue à Casablanca. Il avait d’ailleurs émis son souhait de respecter le principe de neutralité via une circulaire qui appelait les 211 représentants des fédérations membres de « s’abstenir de faire des déclarations écrites ou orales à propos des candidats et de ne pas donner leurs impressions personnelles quant aux mérites des uns ou des autres ».

C’est donc dans cette optique que le président de la FIFA avait interdit la présentation du dossier marocain devant la CAF pour rester en cohérence avec les règles préétablies.

Pourtant, deux semaines plus tard, le dossier USA-Canada-Mexique avait bel et bien été présenté devant le Conseil des associations de football en Afrique Australe sous l’égide de la CAF (Cosafa), ce qui avait déclenché une vive polémique et fait émerger nombre de théories conspirationnistes balayées d’un revers de la main par Gianni Infantino.

Tout en rappelant le règlement strict et la nécessité d’un aval de la FIFA avant toute présentation de candidature aux événements des confédérations – aval qui n’aurait pas été demandé par le Maroc, raison pour laquelle sa présentation devant la CAF aurait été refusée – le président de la FIFA a tenté de calmer le jeu. « La Cosafa nous a assuré qu’ils vont donner la possibilité au Maroc de présenter sa candidature afin que tous les candidats soient traités de la même façon » a promis Gianni Infantino.

Le Maroc pourrait donc présenter son dossier, dans un souci d’équité et au même titre que ses concurrents, devant la CAF. Rappelons que le choix du pays hôte sera fixé le 13 juin à l’issue du vote des 211 associations membres de la FIFA.

Le 22 février 2018

Source Web : Les Infos

Les tags en relation

 

Les articles en relation