78% des femmes imputent la responsabilité du harcèlement sexuel aux femmes

78% des femmes imputent la responsabilité du harcèlement sexuel aux femmes

L’ONU femmes a publié une étude sur « les masculinités et l’égalité des sexes », menée dans la région Rabat-Salé-Kénitra, qui laisse transparaître des chiffres inquiétants. Si les violences sont parfois légitimées par les hommes, les femmes ne sont pas en reste. Explications. 

« IMAGES », une étude effectuée par l’ONU femmes en 2016 (et rendue publique ce 27 février, NDLR) dans la région Rabat-Salé-Kénitra - dans le cadre de son programme « Hommes et femmes pour l’égalité des sexes »-, vise à comprendre les attitudes des hommes et des femmes vis-à-vis des normes de genre, des dynamiques dans le couple et la famille, des politiques d’égalité et les rapports des deux genres aux libertés individuelles. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le tableau brossé par l’organisation internationale est plutôt inquiétant.

Les violences tolérées par les femmes

Près de la moitié des femmes interrogées, soit 46%, estiment qu’une femme devrait tolérer la violence pour maintenir la cohésion familiale (contre 62% chez les hommes). 20% d’entre elles estiment que les femmes « méritent d’être battues » et 38% des hommes abondent dans ce sens.

D’ailleurs, selon l’étude, la violence à l’encontre des femmes est très commune tant au sein des ménages que dans les espaces publics. La violence psychologique est, quant à elle, la plus courante : 51% des hommes reconnaissant y avoir recours et 61% des femmes avouant l’avoir subie au cours de leur vie.

Aussi, si les hommes sont à 40% convaincus que le support des charges du foyer « oblige » leurs conjointes à céder aux rapports sexuels « quand ils veulent », les femmes ne sont pas loin derrière, avec 38%, à approuver cette vision.

Le harcèlement sexuel, véritable fléau au Maroc qui a enfin vu naître des lois l’incriminant, a été subi par 63% des femmes. Les interrogées disent avoir notamment fait l’objet de regards insistants, de commentaires à connotation sexuelle voire à des traques dans les espaces publics. 78% des femmes estiment que la responsabilité de tels agissements est imputée aux femmes. Elles incitent, selon leurs explications, d’une façon ou d’une autre, les hommes à les harceler. Pire, 42% d’entre elles qualifient le harcèlement comme une « attention » appréciable.

Quant aux hommes, ils sont 53% à avouer avoir déjà harcelé, 35% d’entre eux l’ont fait au cours des trois derniers mois, et la majorité d’entre eux qualifie ces agissements « d’amusement ». 60% des hommes précisent qu’une tenue vestimentaire jugée provocante constitue une raison suffisante de violence sexuelle. Même topo pour celles qu’ils croisent à des heures tardives de la nuit, elles mériteraient tout autant les violences sexuelles.

Le patriarcat, les femmes aux idées plus émancipées

70% des hommes interrogés estiment que la principale responsabilité des femmes est d’entretenir leurs ménages et que c’est à eux de prendre les plus grandes décisions au sein du foyer.

54% des femmes estiment que s’occuper des enfants n’est pas de leur responsabilité exclusive et que les hommes doivent, eux aussi, changer les couches, faire la toilette et nourrir leurs enfants. 72% des hommes pensent que ces tâches sont du ressort des femmes.

Plus ouvertes, 80% des femmes affirment qu’une femme non mariée a le droit de vivre toute seule, contre 53% des hommes interrogés.

Quant à la carrière, les réponses des hommes sont mitigées. 54% d’entre eux estiment que le mariage est plus important que la carrière pour les femmes, et pourtant 61% d’entre eux considèrent qu’il est important que la future conjointe travaille après le mariage. Pour l’égalité des salaires, 80% des hommes y sont favorables quand il s’agit des mêmes postes, contre 93% des femmes. Aussi, 70% des hommes ne voient pas d’inconvénients à travailler sous les ordres d’une femme, même si 41% estiment que les femmes sont beaucoup trop émotives pour être à la tête de grands postes.

Au-delà du constat alarmant qui met en lumière des femmes qui légitiment les violences et des hommes pour qui le patriarcat est une norme, force est de constater qu’au niveau du travail des femmes par exemple, des salaires et des carrières de manière générale, les hommes s’ouvrent davantage et tendent de plus en plus à être d’accord avec l’égalité des salaires, entre autres.

Le 01 Mars 2018

Source Web : Les Infos

Les tags en relation

 

Les articles en relation