Une quarantaine d'espèces animales en voie d'extinction au Maroc

Une quarantaine d'espèces animales en voie d'extinction au Maroc

La gazelle dama est menacée de disparition.

Plusieurs espèces animales sont en voie d'extinction au Maroc. Certaines ont déjà disparu, notamment le Lion de l'Atlas, aperçu pour la dernière fois en 1930, et l’aigle impérial, éteint entre 1960 et 1980. Les détails.

Différents animaux ont vu leur nombre baisser ces dernières années. En cause, la pression faite sur leur habitat naturel (exploitation forestière, incendies, défrichement à des fins agricoles, et surpâturage du bétail), le braconnage, ou encore le trafic d'espèces menacées, explique à Médias 24 Zouhair Amhaouch, chef de la division des Parcs et réserves naturelles au sein du Haut Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification.

Dans la catégorie des mammifères, "six espèces, toutes de grande taille, ont disparu du Maroc, entre 1925 et 1956". Il s’agit de quatre Ongulés (l’oryx algazelle, l’addax, la gazelle leptocère et le bubale) et deux carnivores (le lion de l’Atlas et le serval).

"Le dernier lion de l’Atlas a, quant à lui, été vu en 1930 dans le Moyen Atlas".

D’autres espèces sont menacées de disparition, nous confie M. Amhaouch. Il s’agit du porc-épic, de la hyène rayée, de la gazelle dama, du phoque moine, du lynx caracal, du chat sauvage, du ratel et de l’ecureuil du Sénégal.

Chez les oiseaux, au moins une dizaine d’espèces nidificatrices ont disparu depuis le début du XXe siècle. Les extinctions les plus récentes concernent l’autruche à cou rouge (1960 – 1980), l’erismature à tête blanche (probablement à la fin des années 1950), la pintade sauvage (vers 1975), l’aigle impérial (1960 – 1980), la grue demoiselle (vers 1985), le vautour oricou (1955 - 1970), le vautour moine (1950 – 1975) et la guifette moustac (1950 – 1960).

Une trentaine d’autres espèces d’oiseaux sont aujourd’hui menacées d’extinction. Les plus remarquables en sont: l’ibis chauve, le vautour fauve, la grande outarde, l’outarde houbara et le cormoran huppé.

"Si l’on connaît bien la composition de la faune herpétologique du Maroc, on ne sait pas grand-chose sur le rythme de la raréfaction des espèces", déclare-t-il.

"D’après les spécialistes, deux espèces de reptiles, spectaculaires et recherchées par les herpétologues et les terrariophiles, sont au bord de l’extinction dans la plaine du Souss et ont déjà disparu de plusieurs autres régions".

Le crocodile du Nil est la seule espèce de reptiles qui est considérée comme définitivement éteinte au Maroc. Il se trouvait encore dans les années 1930, dans certaines gueltas du bas Drâa.

Le 02 mars 2018

Source Web : Médias 24

Les tags en relation

 

Les articles en relation

La lente décrépitude d’Essaouira

La lente décrépitude d’Essaouira

Depuis plusieurs années, la ville est au centre d’un projet destructeur favorisant la médiocrité et semant la confusion “Une visite Royale». Une dol...