Affaire AMIP / Direction du Médicament / Luxe Radio et HACA La Justice interpellée

Affaire AMIP / Direction du Médicament / Luxe Radio et HACA La Justice interpellée

Ce n'est plus une affaire de personnes ou d'individus. C'est une affaire d'institutions, voire d'Etat. L'ancien directeur de l'Association Marocaine de l'Industrie Pharmaceutique (A.B.) accuse de corruption l'actuel directeur du médicament (O.B) au ministère de la Santé en direct sur la chaine LUXE Radio. Ce dernier rétorque en direct qu'il s'agit de diffamation. Cette accusation et la contre-accusation se sont déroulées en présence de témoins.

L'animateur de l'émission ainsi que le vice-président de l'Association Marocaine de l'Industrie Pharmaceutique (AMIP) n'ont pas pris position. Mais ces propos sont à analyser. Néanmoins, sur le plan juridique, aussi bien l'AMIP, la Direction du Médicament, LUXE Radio que la HACA, doivent réagir devant cette situation. L'AMIP en tant qu'instance associative qui représente l'industrie pharmaceutique nationale. Il s'agit de sa réputation. Va-t-elle soutenir son ancien directeur ? Quelle est sa version des faits ? La Direction du Médicament pourra-t-elle réfuter cette accusation ? Car, cela engage la réputation et la crédibilité du Ministère de la santé, qui vient de sortir d'une grave crise, par le limogeage de son ancien ministre. Et l'actuel ministre n'a pas à être éclaboussé par un nouveau scandale, d'autant plus qu'il est en train de constituer sa nouvelle équipe. LUXE Radio n'a pas le droit de rester dans l'expectative. Elle est à l'origine du déclenchement de cette affaire devant le public et l'Etat marocain. Que dit la loi marocaine ? Si jamais il y a plainte devant la justice, est-ce que LUXE Radio peut être appelée à la barre pour faire son témoignage ? Quelle est la position de la HACA (Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle) lorsque deux responsables d'institutions, l'une associative et l'une étatique, s'échangent des accusations de corruption et de diffamation ?

Lors des premières assisses des médicaments organisées en 2015, qui sont le théâtre de ses accusations, l'AMIP a-t-elle apporté un soutien financier ? Si oui, à qui ? Théoriquement, cela ne peut être fait au nom du ministère de la Santé. La loi l'interdit. Une société a-t-elle été créée à cette occasion ? Quelle est l'avis des multinationales du médicament au Maroc, qui sont regroupées au sein d'une association qui porte le nom de LEEM (Les Entreprises du Médicament au Maroc) ? Cette association a-t-elle été sollicitée par la Direction du Médicament pour le financement d'une activité organisée par le ministère de la Santé ?

Ce sont quelques-unes des questions qui sont posées dans l'affaire impliquant l'Association Marocaine de l’Industrie Pharmaceutique, la Direction du Médicament du ministère de la Santé, LUXE Radio et la HACA. Cette affaire interpelle également le chef du gouvernement sur un plan éthique et déontologique de par sa casquette de médecin.

Le 05 mars 2018

Source Web : L’Opinion

Les tags en relation

 

Les articles en relation