Un symposium international pour un tourisme durable

Un symposium international pour un tourisme durable

Le symposium international du tourisme, organisé mercredi 11 avril à Rabat par le think tank "Conseil du développement et de la solidarité" en partenariat avec la CGEM, a clôturé ses travaux après de longues discussions.

De  nombreuses personnalités, ministres, opérateurs privés, diplomates... étaient invitées au forum pour faire des propositions afin que le Maroc devienne "une destination de pointe" et que le secteur se transforme en "fer de lance de l'économie marocaine".

Selon Mohamed Benamour président du Conseil de développement social (CDS) « le tourisme constitue un réel enjeu national. Il est une activité transversale qui  concerne tous les secteurs. Tous les acteurs - pouvoirs publics, structures privées, associations militantes et administrations locales, doivent participer au fonctionnement des projets sur le terrain ».

Les différents intervenants lors du symposium, ont pointé du doigt les difficultés que rencontre le secteur car l'industrie touristique est en stagnation. En plus, les objectifs de la stratégie gouvernementale "Vision 2020" n’ont pas été réellement atteints.

Selon Miriem Bensalah-Chaqroun, présidente de la CGEM, depuis 2010, le secteur est négligé par l'exécutif et souffre d'incohérence des politiques publiques. Ajoutant que le Maroc attire certes 11 millions de touristes et reste la première destination en Afrique, mais n’arrive pas à percer.

Pour la présidente de la CGEM, « le secteur est en roue libre », la preuve c'est que le Conseil stratégique du tourisme ne s’est réuni qu’une fois en six ans et les Conseils régionaux du tourisme ont été déjoués de leur rôle initial.

Une chose rare chez les ministres en charge du dossier, Mohammed Sajid ministre du Tourisme,  reconnait l’échec de la stratégie balnéaire. "Le Plan Azur, avec six énormes stations balnéaires, n'a pas bien fonctionné", ajoutant  que les  plans stratégiques  n’ont pas été réajustés pour devenir plus pragmatiques.

Ont participé à cet événement en plus de Mohamed Benamour, Président du CDS, Miriem Bensalah, présidente de la CGEM, Luc Chatel, ancien ministre du Tourisme et porte-parole du gouvernement français, Fathallah Oualalou, ancien ministre de l’Economie, des Finances, de la Privatisation et du Tourisme et des professionnels du secteur.

Le 12 Avril 2018

Source Web : Lecourrierdelatlas

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Les travers du non-droit

Les travers du non-droit

Les violations du Code du travail font perdre 0,5 point de croissance au Maroc Censés contribuer à entretenir des relations sociales saines et propices au ...