Mondial 2026 : Passée son indifférence, Donald Trump opte pour le chantage sur Twitter

Mondial 2026 : Passée son indifférence, Donald Trump opte pour le chantage sur Twitter

Le Président américain a menacé, dans un tweet, de « lâcher » les pays qui refuseraient de soutenir la candidature nord-américaine. Une sortie « étonnante » après une longue période d’indifférence au cours de laquelle Donald Trump a été vivement critiqué.

Donald Trump, adepte des déclarations choc sur Twitter, a menacé ce vendredi de lâcher ses alliés s’ils ne soutenaient pas la candidature du trio nord-américain.

trump

« Les États-Unis ont fourni une candidature SOLIDE avec le Canada et le Mexique. Ce serait une honte si les pays que nous soutenons toujours militaient contre la candidature américaine. Pourquoi devrions-nous soutenir ces pays si eux ne nous soutiennent pas (aussi bien aux Nations Unies) ? », lance-t-il sur le réseau social.

Si cette sortie, loin d’être étonnante compte tenu du caractère imprévisible du Président américain, fait mouche, elle serait une réponse aux critiques qui ont ciblé Donald Trump ces derniers mois.

En effet, le président américain a été vivement critiqué, de toutes parts, sur son indifférence quant à la candidature du trio nord-américain pour l’organisation du Mondial 2026. D’ailleurs, les promoteurs du dossier américain ont été contraints, au début du mois en cours, de faire appel au Congrès américain pour « réveiller » le président. Cet appel du pied insuffisant, des sénateurs ont alors adressé une missive, signée de 44 mains, à la Maison Blanche pour sommer Donald Trump d’apporter son soutien et de réagir.  Et c’est, semble-t-il, chose faite. Fidèle à ses sorties souvent choquantes, le président américain a opté pour le chantage. La messe est dite.

La candidature américaine soutenue, en catimini, par la FIFA ?

Longtemps seul candidat pour l’organisation du Mondial 2026, le trio USA-Canada-Mexique a vu le dossier marocain se greffer à la course et compromettre quelque peu ses chances de décrocher l’événement mondial. De plus, cette nouvelle n’était pas sans contrarier un Gianni Infantino qui déclarait, avant l’arrivée du Maroc, voir en l’alliance du trio un « message fort », surtout dans un contexte où Donald Trump parlait de construire un mur de séparation avec ses voisins mexicains. Pour couronner le tout, la FIFA – en disgrâce chez les Américains depuis la « trahison Qatar 2022 » - comptait se racheter en offrant sur un plateau d’argent l’organisation de la Coupe du Monde aux Américains.

Mais, la candidature du Royaume n’est pas l’unique ombre au tableau pour la candidature adverse. La politique de Donald Trump tant sur le plan économique que migratoire pourrait grandement pénaliser le trio. Entre propos racistes, mesures discriminatoires, Gianni Infantino avait lui-même reconnu la fragilité du dossier américain. « Il est clair qu'en ce qui concerne les compétitions de la FIFA, toutes les équipes qui se qualifient pour la Coupe du monde, y compris leurs supporters et dirigeants, doivent avoir accès au pays, autrement il n'y a pas de Coupe du monde. C'est une condition obligatoire. Ensuite chaque pays peut prendre ses décisions et être candidat ou pas en fonction des conditions requises » avait déclaré le patron de la FIFA.

Cette sortie de Donald Trump, en réponse à ses détracteurs, enfonce le clou quant à son caractère imprévisible. Si le Maroc n’est pas disqualifié avant le vote des confédérations le 13 juin prochain, il reste un adversaire sérieux pour les nord-américains.

Le 27 Avril 2018

Source Web : Les Infos

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Twitter

Twitter

Twitter est un réseau social dit de « microblogging » qui permet de communiquer sous la forme de messages courts ne dépassant pas 140 caractères appelés ...