Agadir : La pollinisation des abeilles pour appuyer le développement agricole durable

Agadir : La pollinisation des abeilles pour appuyer le développement agricole durable

Un forum organisé par l’Agence de développement agricole

Ce forum vise à mieux connaître l’état des populations des insectes pollinisateurs et à évaluer les risques que fait peser leur déclin sur la faune et la flore.

L’Agence de développement agricole (ADA) organise dans le cadre du projet «Une approche d’économie circulaire pour la conservation de l’agro-biodiversité dans la région du Souss-Massa au Maroc» un forum sur les services de pollinisation des abeilles à l’occasion de la Journée mondiale des abeilles du 10 au 12 mai à Agadir.

Ce forum international, qui regroupe des experts nationaux et internationaux, est une occasion pour l’échange d’expertises afin d’établir une charte de pollinisation d’abeilles comme moyen pour appuyer le développement agricole durable.

Selon les organisateurs, les abeilles domestiques et sauvages contribuent à la pollinisation de 80% des espèces de plantes à fleurs. Les travaux de ce forum visent notamment à mieux connaître l’état des populations des insectes pollinisateurs et à évaluer les risques que fait peser leur déclin sur la faune et la flore des milieux cultivés et naturels. Cet évènement intègre le projet EC-SM «Approche d’économie circulaire pour la conservation de l’agro-biodiversité dans la région du Souss-Massa au Maroc» s’inscrit dans le cadre de la coopération entre l’Agence pour le développement agricole (ADA) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) avec l’appui de l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (ANDZOA) et du Fonds pour l’environnement mondial (FEM).

L’objectif du projet est de conserver l’écosystème arganier d’importance internationale dans la région du Souss-Massa à travers le paiement des services écosystémiques (PSE) et l’utilisation durable de l’agro-biodiversité qui y est associée. Le projet agit à travers quatre composantes interconnectées. La première concerne la création d’un environnement habilitant pour l’introduction des PSE au Maroc en dressant les changements institutionnels, politiques et légaux nécessaires à la mise en place et le pilotage d’un tel mécanisme dans la région du Souss-Massa.

A travers la deuxième composante, le projet renforce les capacités techniques pour la mise en œuvre de modèles PSE dans cette région et prépare ainsi le terrain pour une réplication nationale des concepts et des outils PSE via la dissémination des leçons apprises et l’échange d’expériences avec d’autres projets et programmes.

Les activités de la troisième composante permettent de promouvoir une production organique, durable et respectueuse de la biodiversité via un schéma de labellisation et de commercialisation adapté aux produits de l’écosystème arganier. En capitalisant sur les trois premières composantes, le projet entamera ensuite un investissement pilote de type PSE à travers la quatrième composante en tant que moyen de promotion, de conservation et d’exploitation durable de la biodiversité et les services écosystémiques qui y sont associés dans l’écosystème arganier.

Le 13 Avril 2018

Source Web : Aujourd'hui le Maroc

Les tags en relation

 

Les articles en relation