Le beau temps et les arthropodes font bon ménage

Le beau temps et les arthropodes font bon ménage

La maladie de Lyme dont la tique est le vecteur est très sous-estimée au Maroc faute de documentation

Avec l’arrivée des beaux jours au Maroc, c’est le début du pic d’activité d’une multitude de bestioles qui font partie de l’embranchement des invertébrés d’insectes et d’arachnides dont les fameuses tiques et puces pour limiter à l’infiniment petit le nombre de ces arthropodes (plus de la moitié de l’espèce animale) qui nous importunent dès les beaux jours revenus. C’est que de leurs morsures, elles peuvent nous transmettre de nombreux germes de graves maladies dont elles portent les virus ou bactéries, à l’image de celle de Lyme, fatale pour l’espèce humaine. Les animaux, domestiques ou pas (chats, chiens, chevaux, bétail… ou vivant aux côtés de l’homme, rats, souris, oiseaux, gibiers et autres) sont naturellement les hôtes nourriciers de ces vecteurs de maladies graves et inoculateurs de bactéries comme la Borrelia burgdorferi (Lyme) quand la tique ou autre en est contaminée. Ces arthropodes hématophages parasitent la quasi-totalite? des vertébrés sans différence d’espèces.

La maladie qui, faute d’infos et d’études, semble-t-il, ne touche que les pays du Nord : au Maroc, à défaut de chiffres, elle n’est pas réellement référenciée ou répertoriée, en raison du désintéressement de la chose et d’une soi-disant sous-estimation du nombre de cas. Elle est même considérée comme une maladie rare par les soignants de l’autorité de notre santé. C’est ainsi que les morsures de tiques et leur incidence ne font donc pas comme sous d’autres cieux que le nôtre, l’objet d’une surveillance. Existe-t-elle seulement ? En tout cas le vecteur, Ixodes ricinus est certifié pre?sent en Afrique du Nord même si aucun cas de maladie de Lyme n’a encore été documente?, que ce soit chez nous, en Algérie, en Tunisie ou en Egypte et en Libye. Aussi le plus urgent actuellement pour rester fidèle au fameux dicton ‘’mieux vaut prévenir que guérir’’ est d’admettre que la borréliose de Lyme peut dégénérer et devenir chronique et prendre des mesures adéquates à sa prophylaxie.

Qu’à cela ne tienne ! S’il est un fait avéré, c’est que l’agent pathogène (Borrelia burgdorferi) en plus de la maladie de Lyme est responsable de plusieurs infections plus ou moins dangereuses pour la santé de l’homme. Cette maladie chronique évolue en trois phases sachant en cela que le nombre de symptômes provoqués n'aide pas à sa reconnaissance. La première phase, survenant une a? trois semaines après la morsure, n’est que cutanée. La seconde se manifeste par des atteintes neuro-me?ninge?es et articulaires tandis que la troisième associe la persistance de l’infection a? des réactions inflammatoires et trouble le fonctionnement du système immunitaire. Le traitement repose essentiellement sur les antibiotiques. Il n’y a toujours pas à ce jour de vaccin disponible. Une antibiothérapie préventive et systématique est souhaitable chez l’enfant de moins de 2 ans et chez la femme enceinte après piqure de tique.

De là à nous priver, ici-bled, de randonnée en campagne ou en forêt, de jardinage ou de la présence de nos compagnons domestiques, il n’y a qu’un pas à ne pas franchir. Car en effet, même si la saison de ces bestioles bat son plein, et qu’elle est propice à la prolifération des chiques et des poux ou puces de chiens, il est dit, foi de nos responsables sanitaires, que ces arthropodes aient des velléités de migrants avec un déplacement accentué vers le Nord. Au Canada, aux Etats-Unis, en Europe dans les pays scandinaves, leur croissance sur le terrain est de quelque 50 kilomètres septentrionaux chaque année, et ce malgré les climats froids que pourtant ils n’apprécient guère. Un fait en partie lié au réchauffement climatique.

Le 22 Avril 2018

Source Web : Libération

Les tags en relation