Céréales: une récolte exceptionnelle

Céréales: une récolte exceptionnelle

La campagne céréalière a atteint un niveau remarquable. La diminution des surfaces a été largement compensée par l’augmentation du rendement. Les détails.

La production céréalière au titre de l’actuelle campagne agricole devrait atteindre le niveau exceptionnel de 98,2 millions de quintaux, soit une hausse de 3% par rapport à la campagne précédente, rapporte Les Inspirations Eco dans son numéro du 30 mai.

Le quotidien souligne que ces prévisions dépassent celles établies par la loi de Finances 2018. Le département des Finances tablait, en effet, sur une campagne 2017-2018 assortie d’une production céréalière de 70 millions de quintaux. La progression de la valeur ajoutée agricole devrait faire mieux que le 1,1% prévu par le HCP. Le chef de l’Exécutif est ainsi revenu sur les principaux chiffres liés à la commercialisation des produits agricoles.

La bonne performance de la récolte céréalière s’explique grâce à un rendement moyen record de 21,8 Qx/ha, en augmentation de 23% par rapport à la campagne précédente. Pourtant, les superficies ont connu une baisse de 12%. Cette production a été réalisée sur une superficie emblavée en céréales principales de 4,5 millions d’hectares en 2016-2017, soit moins de 12% par rapport à la campagne précédente.

Concernant la commercialisation des produits agricoles, le Plan Maroc Vert accorde une grande importance à la commercialisation et à la valorisation des produits agricoles et fait face à plusieurs défis, notamment à la désorganisation des marchés et à la multitude des intermédiaires entre le producteur et le consommateur, une situation qui affecte négativement la qualité du produit et des services. Une stratégie a donc été adoptée pour développer la commercialisation des produits par la mise à niveau du marché national, l’encouragement des producteurs, la réforme globale du marché de gros, la modernisation des infrastructures, la mise en place d’un modèle de gestion efficient, le codage des produits agricoles et, enfin, l’adoption du regroupement agricole, pour assurer l’approvisionnement régulier d’unités valorisées en produits de haute qualité.

Le 29 Mai 2018

Source Web : Le 360

Les tags en relation

 

Les articles en relation