CNT: Reconfiguration tous azimuts

CNT: Reconfiguration tous azimuts

Trois fédérations métiers seront expulsées

Une décision entérinée lors du conseil d’administration du 30 mai

L’un des chantiers prioritaires du nouveau binôme qui sera élu le 19 juin

Le 19 juin prochain, date fixée pour l’élection du nouveau binôme, scellera-t-il la fin des luttes intestines au sein de la Confédération nationale du tourisme (CNT)?  Rien n’est sûr. Et pour cause, les résolutions prises lors du dernier conseil d’administration, tenu le 30 mai dernier à Casablanca, rajoutent de l’huile sur le feu.

Les administrateurs ont décidé d’une nouvelle reconfiguration de la CNT. Finalement seuls quatre corps de métiers seront représentés au sein de la confédération. Il s’agit d’hôteliers, d’agents de voyages, de restaurateurs et de guides dont la fédération sera bientôt créée. Exit donc l’Association nationale des investisseurs touristiques (ANIT) présidée par Jalil Benabbés-Taarji, la Fédération nationale de transport touristique (FNTT) chapeautée par Othmane Cherif Alami ou encore la Fédération des loueurs de voitures sans chauffeur (FLASCAM) dont le président est Tarik Dbilij.

«Ces derniers n’ont qu’à s’adresser à leurs ministères de tutelle qui sont l’Habitat et le Transport», précise l’actuel président de la CNT, Abdellatif Kabbaj. «Nous avons récupéré la CNT avec beaucoup de problèmes. En trois ans, nous avons arrondi les angles, chose qui a été perçue comme une faiblesse. Maintenant, il est temps d’assainir», insiste Kabbaj.

BinômeAbdellatif Kabbaj-Hamid Bentahar

Pour Fouzi Zemrani, vice-président général de la CNT: «L’Anit est à l’origine de l’idée de réintégrer la CGEM en tant que fédération interne afin de prendre le contrôle du secteur touristique et marginaliser les fédérations métiers. Le rapprochement avec les autres fédérations est un arrangement de circonstance, contre-nature et limité dans le temps». L’AG du 11 mai a validé la décision d’indépendance.

«Nous tenons à rester en tant que fédération externe forte. D’ailleurs, la CGEM compte 24 fédérations externes membres contre 9 internes. Nous estimons que la CNT a atteint sa maturité. Nous sommes à jour de nos cotisations et aspirons à un retour en force dans les prochaines instances élues par la CGEM», explique Abdellatif Kabbaj.

La reconfiguration de la confédération sera l’un des chantiers prioritaires auxquels devra s’atteler le nouveau binôme, qui sera élu le 19 juin prochain. D’ailleurs, la décision de restructuration a été entérinée lors du dernier conseil d’administration.

«Cette résolution ne pourra être contestée par les réfractaires. Croyez-moi, si l’assemblée générale du 11 mai était non réglementaire, les fédérations suspendues se seraient donné un plaisir de l’annuler. Or, nous étions dans notre plein droit. Lors du dernier conseil d’administration, le quorum a été atteint avec 28 voix sur 35 éligibles», martèle Abdellatif Kabbaj, lors d’une conférence de presse tenue à Casablanca, à l’issue du conseil d’administration.

Les élections annoncées auparavant pour le 21 juin ont été avancées au 19 juin. Le dernier délai de dépôt de candidature est fixé au 12 juin à 18h. L’appel à candidature, quant à lui, a été lancé le 1er juin. Abdellatif Kabbaj confirme sa candidature avec son binôme Hamid Bentahar. Il a invité les présidents  des 5 fédérations métiers (FNAVM, ANIT, FLASCAM, FNTT, FNR), suspendues par la CNT pour faute de paiement, à se présenter.

«La porte est ouverte, mais à condition que les fédérations payent leurs arriérés», précise Kabbaj. Par ailleurs, un comité ad-hoc a été désigné pour préparer les prochaines élections. Il est composé de Oumani, Bsit, Azzouzi et Lamrani. Un comité de validation des candidatures délibérera le 14 juin et rendra son verdict à midi.

Pour l’heure, aucun nouveau binôme ne s’est manifesté. Il faudra attendre encore un peu. Le duo Abdellatif Kabbaj-Hamid Bentahar a déjà entamé sa campagne. Il mise sur le développement de l’aérien en maintenant Royal Air Maroc.

«Si nous sommes élus, nous allons reprendre le contact et renforcer nos liens avec le ministère du Tourisme et la CGEM. Aussi, nous avons besoin de 8 compagnies régionales low-cost d’un capital de 200 millions de DH chacune financé par l’Etat et la région», avance Abdellatif Kabbaj. Il mise sur le développement de l’aérien pour bien alimenter les unités hôtelières qui peinent à être remplies. Kabbaj appelle également à la révision de l’installation de nouvelles capacités hôtelières.

«A Marrakech, il existe 350 lots, il en faut 500 pour absorber toute la demande», précise le patron de la chaîne Kenzi. Il se dit contre la création de sociétés de développement local (SDL) régionales telles que définies actuellement. «Soit les professionnels sont majoritaires au sein de ces SDL soit non», précise le président sortant de la CNT.

Notons que la mission du futur binôme comprend également la création de 12 fédérations régionales de tourisme dont les efforts devront être mutualisés dans le cadre d’un écosystème. Il devra chapeauter la mise en œuvre des contrats-progrès pour la mise en œuvre de la Vision 2020. Un chantier qui demandera plus de transparence, de synergies et de concertations.

    Le rapport du comité d’experts divise encore!

    La nouvelle équipe devra présenter à la tutelle les résultats de l’étude commanditée par la CNT et menée par le comité d’expert chapeauté par Amyn Alami. «C’est à la CNT de présenter ce rapport et non à Amyn Alami et Jalil Benabbés-Taarji qui ne représentent pas le secteur et n’ont aucune légitimité. C’est le fruit d’un travail collectif», martèle Abdellatif Kabbaj. L’actuel binôme accuse Amyn Alami d’avoir été derrière le retard de la finalisation de l’étude qui devait être présentée à Lamia Boutaleb, secrétaire d’Etat chargée du Tourisme en septembre dernier. Ce qui porte un coup dur à leur crédibilité. Des déclarations qui illustrent parfaitement les luttes intestines et les problèmes d’ego. En dehors de la partie gouvernance, qui fâche, les membres de la CNT sont quasiment d’accord sur le diagnostic réalisé.

Le 04 Juin 2018

Source Web : L’économiste

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Ils ont marqués l’Année 2017

Ils ont marqués l’Année 2017

Opérateurs du public ou du privé, ils ont tous un point commun : la passion pour le Tourisme. Un des rares secteurs dans lequel on ne peut avancer sans passio...

La CNT : Pour des lendemains meilleurs !

La CNT : Pour des lendemains meilleurs !

Nouvelle ère dans la politique touristique marocaine, avec l’investiture de Mohammed Sajid à la tête du ministère du Tourisme, assisté par une secrétair...

Tourisme: Fortes inquiétudes

Tourisme: Fortes inquiétudes

Les attentats de Bruxelles et Istanbul compliquent la relance de la destination Le repli des arrivées persiste: -7,7% au 1er trimestre de l’année Les ...