Racisme, révolte, retraites onéreuses et résistance féminine : Le Maroc vacille !

Racisme, révolte, retraites onéreuses et résistance féminine : Le Maroc vacille !

Chers lecteurs, 

J’espère que vous allez bien et que la chaleur ne vous fait pas perdre la raison. Moi, les quelques neurones qui me restent en stock se battent en duel, mais bizarrement, ma bonne humeur est intacte. Prise dans un tourbillon virtuel de publications plus farfelues les unes que les autres, j’ai décidé de prendre les choses avec philosophie et ne plus prêter attention aux délires collectifs. Ou presque …

Lundi, les médias et réseaux sociaux étaient en ébullition. La France, bien tricolore, a gagné la coupe du monde. Il n’en fallait pas moins pour que nombre de nos compatriotes, africains jusqu’à la moelle, aillent jusqu’à en réclamer la paternité. Parce que oui, si la France a gagné, c’est grâce à l’Afrique. Point. Pas la peine de chercher midi à quatorze heures ni de tergiverser sur la question. Bon, il est vrai que les bleus ne sont pas tous d’apparence gauloise, mais de là à étiqueter les joueurs selon leur couleur de peau … faut arrêter de fumer des herbes hallucinogènes ! À mon humble avis, et ceci n’engage que ma piètre personne, ceux qui s’amusent à renvoyer les joueurs à leurs origines ne sont pas mieux que ceux qu’ils critiquent. Oui l’Hexagone est critiquable, et à bien des égards, mais venir nous enquiquiner avec ces histoires de races, tout en comparant des footballeurs à des terroristes ( !), il faut oser. Mais là où je suis d’accord, c’est que la France se doit de comprendre que ses enfants de l’immigration sont Français avant tout, et que dans le meilleur comme dans le pire, ses médias et autres politiciens doivent cesser de renvoyer à leurs origines ceux qui ne lui font pas honneur. On ne peut pas garder le bon et rejeter le pire, on assume et on prend ses responsabilités. Peut-être que la diversité des bleus leur fera saisir l’ampleur de la problématique … ou pas. On peut s’attendre à tout après tout.

Mardi, pendant que Nordin Amrabat réalisait le Bullshit de sa carrière en rejoignant très officiellement un club saoudien inconnu au bataillon (« c’est normal pour un joueur proche de la retraite », merci, je le sais, mais il méritait mieux), une polémique éclatait du côté de la ville d’Agadir. Pour vous faire un topo rapide : Le conseil de ladite ville a décidé, en son âme et conscience, de donner des noms de villes palestiniennes à 44 rues du quartier Al Qods. Une décision qui a fortement énervé les Gdiris qui ont crié à l’atteinte à leur amazighité sacrée. Mais bon, comme l’histoire du Maroc n’a connu aucun résistant qui mériterait tant d’honneurs, il est tout à fait normal que le conseil de l’une des villes les plus touristiques du royaume importe la cause palestinienne dans ses rues. Je suis sûre qu’après ce pas majeur, notre sœur Palestine sera enfin libre. L’hamdoullah, applaudissons, la fin du calvaire est proche et bientôt nous pourrons dire que nous avons bu un bon café à Bethléem. Elle n’est pas belle la vie ?!

Mercredi, alors que Hervé Renard jurait fidélité au Maroc et s’indignait des ragots colportés par la presse (il ne peut en vouloir qu’à lui-même, depuis la fin du Mondial, il s’amuse à publier des textes ambigus, j’en suis témoin), nous assistions au rétropédalage un chouïa risible des partis de la majorité et du PJD en tête du peloton. Ainsi, après avoir tenu des propos populistes disant qu’ils étaient des anti-retraites convaincus, ils ont tout simplement fait marche-arrière en expliquant qu’ils maintiendront lesdites pensions par respect pour les positions des partis de la majorité. Les efforts du député de la gauche démocratique, Omar Balafrej, auront été finalement vains avec tous ses collègues qui s’accrochent à leur confort comme des sangsues et peu leur importe si l’opinion publique est en colère de les voir s’occuper de leurs petites affaires au lieu de s’attaquer à des questions plus vitales. Non mais ils semblent oublier que depuis plusieurs mois les Marocains tentent de se faire entendre avec leur mouvement de boycott et que cette fois-ci, ils n’oublieront pas ni ne passeront à autre chose. Alors, leurs retraites et autres problèmes personnels attendront. En d’autres termes, perso, je suis contre leurs retraites et je me fous de leurs états d’âmes comme de l’an 40. Merci.

Jeudi, la révolte des femmes (et mêmes des hommes, que je salue bien cordialement) du Maroc a atteint son pic. Non contentes que de sombres faquins s’amusent à lancer des mouvements sur leurs façons (diverses donc) de s’habiller, elles ont décidé à leur tour de renvoyer chez eux ces curieux personnages en les invitant, virulemment, à aller se faire cuir un œuf. À coups de Hashtags et de publications énervées, où le politiquement correct est tout bonnement passé à la trappe, l’heure était à la résistance. C’est habillées comme elles le décident qu’elles sortiront et gare à ceux qui tenteront un quelconque geste menaçant, ils risqueront de le payer cher. C’est dit. Bon, il est vrai que ce n’est pas très sérieux que les uns menacent les autres, mais que voulez-vous chers lecteurs, quand les autorités ne bougent pas le petit doigt pour remettre à leurs places ceux qui veulent imposer leurs propres lois, il est normal de se défendre soi-même. En tout cas, moi je salue mes compatriotes, elles ne se laissent pas faire et ce bras-de-fer n’en devient que succulent. Je déguste mon pop-corn et admire toutes ces femmes, voilées et dévoilées qui résistent. Merci à elles !

Enfin, vendredi, nous apprenons que le dossier pour l’organisation du Mondial 2030 sera probablement déposé conjointement par les pays du Maghreb. La FIFA privilégiant dorénavant ce type de candidature, peut-être assisterons-nous (enfin !) à un rabibochage entre les « frères ennemis » … du moins, je le souhaite ! Fumons le calumet de la paix chers lecteurs et donnons-nous rendez-vous vendredi prochain !

Salut !

Le 20 juillet 2018

Source Web : lesinfos

Les tags en relation

 

Les articles en relation