Payés 78 fois le SMIG, les pilotes de RAM se mettent en grève !!!

Payés 78 fois le SMIG, les pilotes de RAM se mettent en grève !!!

Les voilà de retour, nos valeureux « saigneurs du ciel », ces pilotes et commandants de bord de la compagnie aérienne nationale, Royal Air Maroc, qui observent depuis le lundi 18 juillet une grève qui ne veut pas dire son nom, mais qui n’en est pas moins pendante.

Bien évidemment, ceux qui ont des salaires moyens mensuels compris entre 150 000 dirhams et 200 000 dirhams, (selon l’ancienneté et la qualification), soit 58 fois et 78 fois le SMIG marocain, se doutent bien que leur mouvement sera totalement incompris et rejeté par les plus larges couches de l’opinion publique.

Et c’est sans doute pour cela que la « courageuse » Association Marocaine des Pilotes de Ligne, AMPL, fer de lance de la contestation des nantis de l’air, observe un silence prudent.

Le management de RAM, par contre, ne s’est point privé de communiquer, par voie d’une lettre ouverte particulièrement bien sentie et très explicite, signée du PDG Hamid Addou et qui souligne les dangers graves que fait courir à RAM cette grève « underground ».

Selon les écrits de M. Addou, la grève a pris corps à la suite d’une AG de l’AMPL, tenue le 16 juillet dernier, et qui a rejeté en bloc les propositions de la compagnie, notamment celles relatives aux salaires et celles afférentes aux conditions de travail.

Et si l’AMPL se veut discrète sur ses revendications, se gardant bien d’en communiquer l’essence à la presse, des indiscrétions énoncent que les commandants de bord souhaitent une « revalorisation salariale » de 50 000 dirhams nets mensuels et leurs compagnons, les pilotes de ligne, se satisferaient quant à eux de 30 000 dirhams nets…

Une bagatelle qui plomberait de 200 millions de dirhams annuellement les caisses de la compagnie nationale, laquelle, quoique bénéficiaire au dernier exercice, ne serait pas dans la capacité de faire face à de telles nouvelles charges salariales récurrentes.

C’est d’ailleurs un cri d’alarme et même de détresse que pousse le PDG de RAM dans sa lettre ouverte, lui qui craint pour l’avenir de la compagnie nationale, soulignant au passage son incapacité à envisager, du fait de cette grève qui ne dit pas son nom, l’acquisition de nouveaux appareils pourtant indispensables pour le développement du trafic battant pavillon national.

Ce bras de fer entre les pilotes et le management de la compagnie intervient au beau milieu de la période estivale, au moment où les « machines » de RAM sont les plus sollicitées pour satisfaire la demande de dizaines de milliers de touristes ou de compatriotes Marocains du Monde qui désirent de rendre au pays.

Le 20 Juillet 2018

Source Web : Lnt

Les tags en relation

 

Les articles en relation

La RAM primée par Boeing

La RAM primée par Boeing

Royal Air Maroc a été récompensée, le 31 janvier 2019 à Londres, par l’organisme « Global Transport Finance », pour la transaction de financement d...

Rien ne s’arrange à Dakhla

Rien ne s’arrange à Dakhla

Les services de la Météorologie nationale signalent des tempêtes de sable dans la région de Oued Eddahab qui empêchent le décollage et l’atterrissage de...