Présidentielle au Mali : IBK sort vainqueur, le Maroc saura-t-il renouer les liens ?

Présidentielle au Mali : IBK sort vainqueur, le Maroc saura-t-il renouer les liens ?

Sans surprise, Ibrahima Boubacar Keita sort vainqueur de son duel du 12 août, face à Soumaila Cissé. Il remporte le 2e tour de l'élection présidentielle malienne avec 67,17% des voix selon les résultats officiels communiqués ce jeudi. Son adversaire n’a récolté que 32,83%. La défaite de l’opposant est due, en partie, aux refus de certains candidats éliminés au lendemain du 1er tour de donner des consignes de votes à leurs électeurs en sa faveur.

Cette victoire n’annonce pas de changement dans la politique marocaine du président Keita. L’influence de l'Algérie reste prépondérante chez son voisin du sud.

En février 2017 alors qu’il effectuait une tournée en Afrique, Mohammed VI avait annulé l'étape malienne de son agenda. C’est son secrétaire particulier Mounir Majidi et le patron de l’OCP, Mustapha Terrab, qui avaient inauguré à sa place la «Clinique prénatale Mohammed VI» à Bamako, entièrement financée par le royaume. Le souverain s’était déplacé au Mali en 2013, à l'occasion de la cérémonie d'investiture d'IBK, puis en 2014.

Ce vendredi, le roi Mohammed VI a adressé un message de félicitations à M. Ibrahim Boubacar Keïta à l'occasion de sa réélection président de la République du Mali.

"Cette réélection consacre l'adhésion du peuple malien frère aux efforts soutenus que vous déployez sans relâche en faveur du développement économique et social du Mali, de son unité et de sa stabilité", souligne le souverain.

Mohammed VI assure Boubacar Keïta du soutien constant du Royaume au Mali et aux efforts visant à préserver son intégrité territoriale et à restaurer la paix et la sécurité dans toute la région sahélo-saharienne.

Le 16 août 2018                                  

Source web par : yabiladi    

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Enseignement: la semaine de la colère

Enseignement: la semaine de la colère

Une circulaire du ministre de l’Education nationale, relative à la gestion des ressources humaines, a mis dans l’embarras plusieurs partis politiques, synd...