Un nouveau plan de sûreté pour les ports de Laâyoune et Dakhla

Un nouveau plan de sûreté pour les ports de Laâyoune et Dakhla

Afin de garantir la sûreté des échanges maritimes, de prévenir et de lutter contre les actes illicites de malveillance, de terrorisme à l’encontre des navires, de leur équipage, mais aussi des installations portuaires, l’Organisation maritime internationale (OMI) a décidé en décembre 2002 de modifier la convention Solas en y ajoutant un chapitre XI-2 intitulé «Mesures spéciales pour renforcer la sûreté maritime». Ce chapitre fait obligation aux États d’appliquer un code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires : le code ISPS.

Ce code s’applique aux navires effectuant des voyages internationaux ainsi qu’aux installations portuaires fournissant des services à de tels navires qui effectuent des voyages internationaux. Il est entré en vigueur depuis le 1er juillet 2004.

En 2004, le Maroc a mis en place les modalités du code ISPS conformément aux exigences de l’OMI. Parmi les nouvelles mesures, la réalisation des évaluations de sûreté et l’élaboration des plans de sûreté des ports de commerce.

Ces ports commerciaux, gérés depuis 2005 par l’ANP comme autorité portuaire en vertu de la loi 15/02 de tous les ports marocains à l’exception du port de Tanger Med, ont subi en 2008 et 2009 une réévaluation en matière de sûreté en tenant compte des investissements réalisés en moyens humains et matériels pour renforcer la sûreté des ports d’une part, et la régularisation des installations portuaires d’autre part. Ainsi l’ANP a de nouveau déclaré ses ports et leurs installations portuaires conformes au code ISPS.

Ces déclarations de conformité arriveront à leur terme au cours de 2018. En effet, l’ANP a décidé de procéder à une révision des évaluations et l’élaboration de nouveaux plans de sûreté de ses ports, compte tenu des fluctuations de la menace de sûreté et des changements affectant les ports et leurs installations, et capitaliser sur l’expérience des ports pour faire face aux menaces de sûreté depuis la mise en œuvre du code ISPS.

Au niveau des provinces du Sud, l’ANP vient de lancer un appel d’offres pour la réalisation d’une étude d’évaluation et l’élaboration du plan de sûreté des ports de Laâyoune et Dakhla en deux lots séparés, et qui porte sur l’établissement d’un diagnostic et l’état des lieux en matière de sûreté de chaque port, la réalisation d’une action de formation au profit des agents chargés de la sûreté et la mise en œuvre d’un plan d’action pour chaque port en tenant compte des axes et des priorités découlant de cette étude.

Pour rappel, le port de Laâyoune, situé à 25 km de la ville, reste le seul port polyvalent de la région. Construit en 1987, il assure l’essentiel des échanges, que ce soit l’export des produits phosphatiers, du sable et des produits de pêche, ou l’approvisionnement de la région en produits pétroliers et autres marchandises. Alors que Dakhla est dotée d’une infrastructure portuaire importante à vocation de pêche et de commerce, composée d’un ancien et d’un nouveau port, situés tous les deux à proximité de la ville.

Publier Le 07/09/2018                                   

Source web par: Aujourd'hui Le Maroc

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Tanger Med cartonne en 2017

Tanger Med cartonne en 2017

Le port de Tanger Med a enregistré une progression des différents indicateurs de l'activité portuaire au cours de 2017, en traitant 51.328.150 tonnes de ...