France: Hommage aux soldats marocains tombés lors de la première bataille de La Marne

France: Hommage aux soldats marocains tombés lors de la première bataille de La Marne

Une cérémonie en hommage aux soldats marocains tombés lors de la première bataille de La Marne, a été organisée samedi 8 septembre à Penchard dans la communauté d'agglomération du pays de Meaux (région Île-de-France), à l’occasion du centenaire de la Grande Guerre (1914-1918).

La cérémonie s'est déroulée en présence de l’ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa, du président de la communauté d’agglomération du pays de Meaux, maire de Meaux, Jean-François Copé, de la vice-présidente de la communauté d’agglomération du pays de Meaux, maire de Penchard, Anne Dumaine, d'élus, de nombreuses associations d’anciens combattants et de personnalités françaises et marocaines.

Cette cérémonie, qui s’inscrit dans le cadre de la commémoration du centenaire de la première guerre mondiale, a été marquée par un hommage solennel rendu aux vaillants soldats marocains morts pour la France ainsi que par le dévoilement d’une plaque, en langue arabe et en français, à ''la mémoire des officiers, sous-officiers et tirailleurs des premier et deuxième régiments de chasseurs indigènes à pied de la Brigade marocaine qui, les 5 et 6 septembre 1914, lors des combats pour la prise du Bois du Télégraphe et de Penchard ont fait le sacrifice de leur vie sur le sol de France. En hommage aux 146 tirailleurs marocains tombés en territoire penchardais".

Les 5 et 6 septembre 1914, des combats entre les troupes françaises de la 6ème armée (armée de Paris) sous les ordres du Général Maunoury et celle de la première armée allemande commandée par le général Von Kluck ont eu lieu pour la prise du Bois du Télégraphe et de Penchard et marquent le début de la bataille de l’Ourcq, prologue à la bataille de la Marne, à laquelle participent la brigade marocaine, d'environ 4.300 hommes. Les pertes témoignent de la violence des combats: seuls 800 soldats sortent indemnes des combats; 3.500 sont tués ou blessés. Ces combats ont été décisifs et marquent le point d'arrêt de l'avancée des troupes allemandes sur Paris. À la fin de la guerre, les régiments formant la Brigade marocaine sont cités à l'ordre de l'Armée.

Publier Le 09 Septembre 2018                        

Source web par: medias24

Les tags en relation

 

Les articles en relation