Affaire Khashoggi: les Etats-Unis vont sanctionner l’Arabie saoudite

Affaire Khashoggi: les Etats-Unis vont sanctionner l’Arabie saoudite

Les Etats-Unis ont décidé de sanctionner les Saoudiens suite à l’affaire Khashoggi. Première mesure annoncée: les visas des Saoudiens impliqués seront révoqués. Une annulation qui concerne 21 personnes “qui se voient révoquer leur visa ou interdit d’en demander un”, a déclaré Heather Nauert, porte-parole du département d’État, citée par l’AFP. “Ces sanctions ne seront pas le dernier mot des États-Unis sur ce dossier ”, a affirmé le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

Mardi, Donald Trump a dénoncé les agissements de l’Arabie saoudite dans l’affaire du journaliste Jamal Khashoggi, évoquant une “dissimulation” de Riyad. Le président américain a évoqué un “fiasco total” des Saoudiens.

Trump a ajouté que le prince héritier MBS, lui a assuré “ne pas être impliqué dans le meurtre du journaliste” et que “c’était à un niveau inférieur”.

Rappelons que le roi Salmane d’Arabie saoudite et le prince héritier Mohammed ben Salmane (MBS) ont reçu, mardi 23 octobre au palais royal à Ryad, deux membres de la famille du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué au consulat d’Istanbul en début du mois.

Il s’agit, selon l’agence officielle saoudienne SPA, d’un fils du journaliste assassiné, appelé Salah, et d’un de ses frères, nommé Sahel, à qui le roi et MBS ont présenté leurs condoléances.

Par ailleurs, le gouvernement saoudien à l’issue de sa réunion hebdomadaire, a déclaré ce mardi que les toutes les personnes impliquées dans le meurtre du journaliste devront rendre des comptes, “peu importe qui elles sont”.

“Des mesures ont été prises par le royaume pour découvrir la vérité et punir les responsables impliqués directement (dans le meurtre) et les personnes qui ont failli à leurs responsabilités”, selon une déclaration publiée par cette même agence.

Rappelons également que le président turc Recep Tayyip Erdogan a tenu un discours ce mardi après avoir promis de livrer «toute la vérité» sur la disparition de Khashoggi.

La Turquie avait affirmé que le meurtre du journaliste saoudien avait été “sauvagement planifié”.

“Nous sommes face à une situation qui a été sauvagement planifiée et des efforts conséquents ont été déployés pour dissimuler” ce meurtre, a déclaré Omer Celik, porte-parole de l’AKP, parti au pouvoir en Turquie, cité par l’AFP.

Abdulkadir Selvi, éditorialiste proche du pouvoir turc, a livré des révélations macabres sur la disparition du journaliste. Il a affirmé dans les colonnes du journal Hurriyet que ce dernier a été immédiatement conduit vers le bureau du consul où il a été «étranglé» par les agents saoudiens. Une “opération” qui a duré “entre 7 et 8 minutes”, a-t-il précisé.

Et d’ajouter que le corps a été «coupé en 15 morceaux» par un médecin légiste faisant partie du commando saoudien, puis sorti du consulat.

Pour sa part, CNN a diffusé des images de vidéosurveillance montrant un des agents saoudiens quittant le consulat par une porte arrière et portant les vêtements dont était vêtu Khashoggi à son arrivée, ainsi qu’une barbe factice, pour faire croire que le journaliste avait bel et bien quitté le bâtiment comme l’avait affirmé Ryad après l’éclatement de l’affaire.

Reuters a indiqué, quant à elle, que l’un des principaux conseillers du prince saoudien Mohamed Ben Salmane (MBS), aurait assisté via Skype à l’interrogatoire de Khashoggi au consulat. Il s’agit de Saoud al-Qahtani, limogé samedi dernier.

Après avoir insulté le journaliste à maintes reprises, al-Qahtani aurait ordonné aux agents saoudiens de l’exécuter. Il n’aurait pas cependant assisté à l’ensemble de la scène. L’enregistrement de cette conversation Skype aurait été remise au président turc, toujours selon Reuters.

Dimanche, le ministre saoudien des Affaires étrangères a indiqué que Khashoggi avait été victime d’un “meurtre”. Une “opération non-autorisée” par le pouvoir, dont MBS n’était “pas informé”, selon lui. Ce que réfute la presse turque, affirmant que le chef du commando saoudien qui tué le journaliste, a été directement en contact avec le bureau de MBS, après les faits.

Pour rappel, l’Arabie Saoudite a finalement admis, samedi dernier, que Jamal Khashoggi a été tué au consulat saoudien d’Istanbul, selon l’agence de presse saoudienne SPA.

“Les discussions entre Jamal Khashoggi et ceux qui étaient avec lui au consulat à Istanbul ont terminé en rixe, ce qui a provoqué sa mort”, a affirmé l’agence.

L’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi continue de faire couler beaucoup d’encre. Le quotidien turc Yeni Safak a annoncé mercredi 17 octobre qu’il a eu accès à un enregistrement sonore des faits.

D’après l’enregistrement, Jamal Khashoggi préparait son mariage et s’était rendu le 2 octobre au consulat de son pays en Turquie pour des démarches administratives. C’était la dernière fois que le journaliste a été vu.

Le journal a ainsi confié que Jamal a été torturé au cours d’un interrogatoire et que ses doigts ont été coupés avant d’être entièrement décapité, vivant, par des agents saoudiens à l’intérieur du consulat.

Le 24 octobre 2018

Source Web : Le Site Info

Les tags en relation

 

Les articles en relation