Maroc: En visite à Laâyoune, des ambassadeurs africains saluent une région qui "se développe à grande vitesse"

Maroc: En visite à Laâyoune, des ambassadeurs africains saluent une région qui

Des ambassadeurs africains accrédités au Maroc, actuellement en visite à Laâyoune, ont salué l'envergure des chantiers socio-économiques lancés en faveur de la population de cette région qui "se développe à grande vitesse".

"A chaque fois que nous visitons la région, on découvre des mutations vraiment très sensibles et qui font que Laâyoune est entrain de se développer à grande vitesse", a déclaré à la presse l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République Centrafricaine auprès du Grand Maghreb, Ismaila Nimaga.

Egalement Doyen du corps diplomatique au Maroc, M. Nomaga a expliqué que l’objectif du déplacement de cette délégation d’ambassadeurs et de diplomates à Laâyoune "est de voir de visu le progrès réalisé par le Maroc, un pays en grand développement, dans sa grande diversité". Il s’est aussi félicité du fait qu’au Maroc, "le gouvernement, les entreprises et les ONG prennent leur part de responsabilité dans le développement de toutes les régions". Il s’agit là, a-t-il poursuivi, d’une "mise en application de la volonté de SM le Roi Mohammed VI pour harmoniser le niveau de développement dans toutes les régions du Maroc".

Ce genre de projets phares aura un impact positif sur la coopération entre le Maroc et ses frères africains, d'autant plus que la région de Laâyoune-Sakia El Hamra ambitionne de devenir un hub pour les échanges entre l'Europe et l'Afrique Subsaharienne, a fait observer le diplomate centrafricain.

La délégation s’est rendue notamment à la coopérative agricole Halib Sakia El Hamra, à une ferme expérimentale et au laboratoire d'analyse du sol et d'eau, à la technopole Foum El Oued, au complexe de l'artisanat de Laâyoune et au site Phosboucraâ, dans la commune urbaine Al-Marsa.

Pour sa part, l’ambassadeur du Nigeria à Rabat, Baba Garba, a mis en avant l’importance des programmes de développement en cours à Laâyoune dans les divers secteurs d’activité, louant à cet égard l’engagement social de certaines institutions économiques, dont l’OCP, à réalisé de plusieurs projets au profit de la population locale.

"Le Maroc est sur la bonne voie et fait le bon choix. Ce type de projet devrait être étendu à l’ensemble des pays africains afin d’améliorer le niveau de vie de certaines catégories sociales en situation difficile", a souligné M. Garba.

Compte tenu du fait que ce genre de projets est mis en œuvre dans des zones désertiques caractérisées par un climat rigoureux, "nous entendons recommander à nos gouvernements d’essayer de lancer de tels projets dans le cadre de la coopération sud-sud entre le Maroc et les pays africains, en particulier les pays d’Afrique subsaharienne et de l'Ouest", a-t-il fait valoir.

"Je suis très heureux que de nombreux projets de développement aient été réalisés en faveur des habitants de la ville", s’est réjoui de son côté l’ambassadeur du Ghana, Stephen Yakubu.

Le Maroc et le Ghana travaillent ensemble pour renforcer un partenariat mutuellement bénéfique, à la faveur de l’implémentation des accords signés en marge de la visite du Roi Mohammed VI, en février 2017 à Accra, a ajouté le diplomate ghanéen.

Arrivée vendredi soir à Laâyoune dans le cadre d’une visite organisée par la Fondation diplomatique, la délégation est composée des ambassadeurs et diplomates du Bénin, République Centrafricaine, Gabon, Congo Démocratique, Gambie, Ghana, Niger, Nigeria, Soudan, Libye, Tchad et Ukraine.

Ce déplacement a permis à la délégation de constater de visu le climat de sécurité, de quiétude et de stabilité prévalant dans la région et de prendre connaissance des potentialités que recèle cette région dans différents domaines et les opportunités d’investissement offertes notamment dans les secteurs de la pêche maritime, du tourisme, de l’élevage, de l’énergie et des mines, a souligné le président de la Fondation diplomatique, Abdelati Habek.

Il a fait savoir que l’accent a été, en outre, mis sur l’importance du modèle de développement des provinces du Sud, lancé par le Roi Mohammed VI, et ses impacts positifs prévus sur l’essor économique des provinces sahariennes, en général, et de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, en particulier.

Le 12 Novembre 2018

Source web Par Atlas Info

Les tags en relation

 

Les articles en relation