CNT/Collectif des 5 : En attendant Père Noël

CNT/Collectif des 5 : En attendant Père Noël

Le 20 décembre sera la date butoir pour les professionnels marocains, CNT et collectif des 5 fédérations, de s’affranchir et d’user de bon sens pour ressouder leurs rangs, à travers une nouvelle configuration espérée de leur corporation à soumettre au président de la Cgem, grand arbitre conciliateur du désaccord entre les deux camps. A ne pas se méprendre, tous les deux aspirent à une issue équitable pour la bonne marche de la machine touristique et animés par une bonne volonté de bien faire.

Pour ce faire, les égos devraient rester dans les vestiaires pour un match amical mais à prendre au sérieux. Car, jusqu’ici, la gouvernance a toujours constitué la pomme de discorde compliquée à élucider. Pourtant, les deux camps comptent des valeurs sûres de la profession imbues certainement de citoyenneté pour ce qui est de l’image qu’ils donnent de l’exercice professionnel et qu’ils donnent du produit Maroc aux yeux de la communauté des marchés. Mais est-ce la bonne image digne d’un produit jalousé ? D’un Maroc de croissance ? Malheureusement, les prises-de-bec, les guerres à répétitions d’égos et la compétition d’hommes risquent de sacrifier cette belle image et constituent une insulte à leur intelligence, alors qu’ils sont capables de belles œuvres comme ils le sont dans le quotidien de leurs affaires.

Puisse le 20 décembre soit la date de la réconciliation, du bon sens et de la solidarité. Assez de meurtrissures qui occultent les choses urgentes auxquelles ils devraient vaquer, comme faire le ménage qu’il faudrait au sein de la profession : la mise à jour des associations régionales en mal de structuration, des fédérations de métiers qui ne sont plus que le fantôme d’elles-mêmes, des CRT qui naviguent à vue car devenues caduques et dont les candidats à la présidence ne se bousculent pas au portillon, etc. Bien entendu, des courriers seraient transmis aux Fédérations et Associations pour examiner les dossiers juridiques par le Ministère du Tourisme et ainsi exiger les mises à niveau dans les plus brefs délais pour établir une liste des professionnels en règle avec les statuts et les objectifs. Mais le nettoyage est-il pratiquement possible?

C’est pour dire qu’il y a un réel malaise et un ras-le-bol professionnel auquel la communauté professionnelle, au sein de la corporation, devrait faire face en recollant les morceaux, être à l’écoute des discours constructifs et non pas de circonstance, dépasser les divisions d’amour propre en se dotant d’une logique semblable à celle d’entreprise pour avancer en vue de devenir une force de décision pour des questions capitales d’avenir de toutes les professions constitutives de l’industrie touristique nationale. Pour ne pas dire une force de lobbying pour contrecarrer tout ce qui peut nuire aux intérêts des professionnels, comme celle, regrettable, d’adoption de la nouvelle loi sur les agences de voyage (licence B)qui est une véritable menace aux agences de voyages structurées, autorisant l’épicier du coin à vendre des packages sur l’inde, de la quincaillerie d’en face à réserver des billes d’avion sur Kuala Lumpur et au boucher du quartier de vendre des safaris en Tanzanie, sans toutefois avoir l’expertise de l’agent de voyages ni de conseil. N’est-ce pas l’absurde qui prend le dessus en l’absence d’une voix professionnelle commune pour se faire entendre? Là n’est qu’un petit exemple mais qui fera assurément de gros dégâts.

Toutefois, l’espoir est toujours permis pour entamer une 2019 avec optimisme et une nouvelle énergie de cohésion sous une même bannière, celle du salut de la profession. De leur côté, le Ministère du Tourisme et la Cgem vont être enfin un excellent moteur associé à une stratégie de représentativité de véritables professionnels – propriétaires de leurs activités et en phase avec les décisions à prendre sans concession, ni ordonnance de diverses parties externes, pour le développement durable et responsable du secteur. Toutefois, le principe sera-t-il accepté de part et d’autre ? A voir !

Puisse Si Mezouar être ce bon père Noel samaritain, distributeur de beaux cadeaux aux uns et aux autres pour en faire des heureux sous un seul et même toit !

Le 14 Décembre 2018

Source web Par Premiumtravelnews

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Conseil d’Administration de la FNAVM

Conseil d’Administration de la FNAVM

Le Conseil d’Administration de la FNAVM, tenu sous mandat du Président Khalid Benazzouz, a eu lieu le 30 janvier au Sofitel Rabat Jardin des Roses sous le si...