Les sociétés de financement optimistes pour l'année 2019

Les sociétés de financement optimistes pour l'année 2019

Malgré une conjoncture très difficile marquée, en 2018, par une montée des créances en souffrance, les opérateurs estiment que l’année 2019 s'annonce prometteuse.

Les sociétés de financement misent sur 2019, rapporte Aujourd’hui Le Maroc qui, dans sa livraison du jour, indique que la nouvelle année s'annonce prometteuse pour les opérateurs, malgré un niveau inquiétant de créances en souffrance. Le journal explique que cet optimisme puise sa force dans les récentes mesures prises par le ministère de l’Economie et des finances, notamment en matière de réduction de délais de paiement.

L’Association professionnelle des sociétés de financement (APSF), qui a récemment tenu son conseil d’administration, pointe notamment du doigt cette problématique qu'elle considère comme l’une des principales causes des difficultés des entreprises du secteur. Lors de ce conseil d’administration, ajoute le quotidien, la rentabilité des sociétés de financement a aussi été évoquée comme une problématique à laquelle il faut trouver des solutions. Cela passe, selon les professionnels, par une juste rémunération du crédit et du risque, ainsi que par une maîtrise des coûts de gestion.

On note aussi que l’APSF a arrêté son plan d’action pour l’année 2019. Cette feuille de route place la gouvernance comme priorité. Aujourd’hui Le Maroc souligne ainsi que l’association entend mettre l’accent sur les relations établies avec les partenaires opérationnels des sociétés de financement, notamment les prescripteurs au sens large, les partenaires institutionnels comme Bank Al-Maghrib et les décideurs comme les ministères de la Justice et du transport.

Le 25 Décembre 2018

Source web Par Le 360

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Jouahri dément les rumeurs

Jouahri dément les rumeurs

Le gouverneur de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri, a démenti les rumeurs concernant sa possible nomination comme conseiller du roi Mohammed VI. "Aucun...