Combustibles propres «Le Maroc peut exporter de l'hydrogène d'ici 2030»

Combustibles propres «Le Maroc peut exporter de l'hydrogène d'ici 2030»

Pour pouvoir produire et stocker des combustibles propres, il faut disposer d'un mix énergétique adéquat ce qui est le cas du Maroc avec le solaire et l'éolien. Ph. DR

Pour la production de combustibles propres, comme l’hydrogène et l’ammoniac, l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles a lancé deux études avec la coopération allemande et le ministère de l’Énergie. Les résultats de ces études, qui seront dévoilés début 2019, serviront de feuille de route pour la mise en œuvre de cette nouvelle stratégie, Power to X. Badr Ikken, directeur de l’Institut, est convaincu que le Maroc est en mesure d’exporter des combustibles propres d’ici à 2030.

La production d’énergies renouvelables pour en faire des combustibles propres est primordiale. Car pour les petites puissances et les courtes durées, le stockage de l’énergie se fait dans les batteries, pour les puissances plus importantes on recourt au thermique comme cela se fait à Ouarzazate. Mais sur les longues durées et grandes puissances, il faut mettre au point de nouvelles possibilités de stockage et de production de combustibles propres, c’est le concept appelé «Power to X». Badr Ikken, directeur de l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (Iresen), était à Katowice, où s’est déroulée la COP 24 jusqu’au 14 décembre, pour évoquer le «Power to X» marocain. Selon différentes définitions, le «Power to X» consiste à transformer l’électricité en une autre énergie, telle que la chaleur (Power to Heat) ou le gaz (Power to Gas). L’électricité sans carbone participe ainsi à la décarbonation des autres énergies». Pour se mettre à jour au Maroc, les résultats de deux études réalisées par l’Iresen, la coopération allemande et le ministère de l’Énergie, qui seront dévoilés début 2019, serviront à doter le Maroc d’une feuille de route pour la production et le stockage de combustibles propre comme cela se fait en Allemagne et au Japon. «Nous nous attelons à la création d’un centre de recherches qui sera spécialisé dans les combustibles propres. Le démarrage des travaux, en partenariat avec un centre allemand, est attendu dans le courant de 2019. Les premiers pilotes, qui assureront une production constante, seront réalisés dans les 2 prochaines années», confie Badr Ikken. Cette prochaine structure de recherche et un mix énergétique renouvelable adéquat font du Maroc, selon M. Ikken, l’un des 3 ou 4 pays qui pourront sur le long terme exporter des combustibles propres notamment vers l’Allemagne.

«Ce qui est important, c’est d’arriver à la parité avec les exportations et produire des combustibles propres à coût abordable. En plus, il faut avoir un bon mix énergétique comme c’est le cas du Maroc avec le solaire et l’éolien». Ces nouveaux échanges énergétiques, poursuit Bad Ikken, pourraient même changer les équilibres géostratégiques de la région.

Le 17 Décembre 2018

Source web Par Le Matin

Les tags en relation

 

Les articles en relation