Pourquoi le tourisme mondial progresse plus vite que prévu

Pourquoi le tourisme mondial progresse plus vite que prévu

Le nombre de touristes a bondi de 6% en 2018, franchissant le cap des 1,4 milliard de voyageurs avec deux ans d’avance. Cette accélération du tourisme mondial s’explique par de multiples facteurs.

Nous sommes de plus en plus nombreux à boucler nos valises pour découvrir un pays étranger. Le nombre de touristes internationaux dans le monde a en effet continué de croître en 2018. Selon les dernières estimations de l’OMT, leur nombre était de 1,4 milliard l’an dernier, soit une progression de 6% du tourisme mondial.

Il s’agit du deuxième plus fort taux de croissance depuis 2010, souligne l’OMT. “Dans son étude prospective à long terme publiée en 2010, l’OMT s’attendait à franchir le cap de 1,4 milliard en 2020. Or, c’est avec deux ans d’avance que ce total a été atteint, les arrivées internationales ayant affiché des niveaux remarquables de croissance ces dernières années.” Une accélération qui s’explique par une forte expansion économique, des tarifs aériens plus abordables des changements technologiques, des nouveaux modèles d’activité économique et des progrès en matière de facilitation de la délivrance des visas à travers le monde, détaille l’OMT.

Gérer cette croissance de manière durable                       

« La croissance du tourisme observée ces dernières années confirme que le secteur est, aujourd’hui, l’un des moteurs les plus puissants de la croissance économique et du développement. Il nous incombe de gérer cette croissance sur un mode durable et de la convertir en retombées concrètes pour tous les pays, en particulier pour toutes les populations locales, par des créations d’emploi et des possibilités d’entrepreneuriat, sans faire de laissés-pour-compte », a déclaré le secrétaire général de l’OMT, Zurab Pololikashvili. « C’est pour cette raison que l’OMT placera 2019 sous le signe de l’éducation, de l’acquisition de compétences et de la création d’emplois. »

En détail, les performances de 2018 ont notamment été tirées par les touristes se rendant en Europe du Sud (+7%). Globalement, le nombre de touristes venus en Europe a lui progressé de 6% à 713 millions de personnes en 2018. La France reste la première destination mondiale, avec des arrivées en progression, comme les Etats-Unis, un de ses concurrents sur le podium des premières destinations mondiales. L’Espagne, 2e en 2017, enregistre une progression plus timide.

Le Moyen-Orient, qui a poursuivi son redressement, a été également l’une des destinations ayant tiré la croissance (+10% à 64 millions de touristes). Tout comme l’Afrique qui a enregistré une hausse de 7% (10% en Afrique du Nord et 6% en Afrique subsaharienne) à 67 millions de touristes. La Turquie, l’Arabie saoudite et l’Égypte ont enregistré des progressions très nettes du nombre de visiteurs, selon les données encore partielles dont dispose l’OMT. L’Asie Pacifique a elle reçu 343 millions de touristes (+6%) et le continent américain 217 millions (+3%).

En 2019, l’OMT mise sur une croissance de 3 à 4%, soit un niveau plus conforme aux tendances historiques de croissance. “De façon générale, la stabilité des prix du carburant rend les tarifs de transport aérien plus abordables et, dans le même temps, la connectivité aérienne ne cesse de s’améliorer dans de nombreuses destinations, permettant de diversifier les marchés émetteurs, décrypte l’OMT.

Des tendances à suivre de près

Les tendances font également apparaître des volumes importants de tourisme émetteur en provenance des marchés émergents, en particulier de l’Inde et de la Fédération de Russie, mais aussi de marchés émetteurs plus modestes d’Asie et de pays arabes. Parallèlement, le ralentissement de l’économie mondiale, les incertitudes entourant le Brexit et les tensions géopolitiques et commerciales peuvent inciter les investisseurs et les voyageurs à adopter une attitude attentiste.”

“Globalement, 2019 devrait confirmer certaines tendances que l’on voit apparaître chez les consommateurs, en quête, par exemple, de voyages qui les transforment et transforment leur manière de voir ; la recherche d’activités plus saines comme le tourisme de randonnée, de bien-être ou sportif ; les voyages multi générationnels, du fait des changements démographiques ; et les voyages plus responsables”, prévoit aussi l’OMT.

« La numérisation, les nouveaux modèles d’activité économique, le coût plus abordable des voyages et les changements sociétaux devraient continuer à modeler notre secteur. Les destinations, comme les entreprises, doivent s’adapter pour rester compétitives », ajoute le nouveau secrétaire général de l’organisme des Nations Unies.

Le 22/01/2019

Source web : lecho touristique

 

AMDGJB

Plaquette de l'AMDGJB-Geoparc Jbel Bani

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Le Maroc a gagné avec 76 voix

Le Maroc a gagné avec 76 voix

Communiqué MAECI Brillante élection du Maroc pour abriter la 24ème Assemblée Générale de l’Organisation Mondiale du Tourisme Le Royaume du Maroc a...