Les aéroports régionaux d’Errachidia et de Zagora transformés en infrastructures internationales

Les aéroports régionaux d’Errachidia et de Zagora transformés en infrastructures internationales

La nouvelle aérogare de l'aéroport d'Errachidia a ouvert ce jeudi 31 janvier, et celle de l'aéroport de Zagora lundi 4 février. Les travaux d’extension qui ont augmenté la capacité d’accueil annuelle de ces aéroports permettront de désenclaver ces portes du désert pour les nationaux tout en développant le tourisme international.

Quelques jours après l’inauguration royale du terminal 1 de l’aéroport Mohammed V et de la nouvelle aérogare de l’aéroport de Guelmim, l’ONDA multiplie les ouvertures d’infrastructures rénovées.

Ainsi, en attendant le lancement du chantier d’extension de l’aéroport de Rabat qui verra sa capacité d’accueil annuelle passer de 1,5 à 4 millions de passagers, les travaux de rénovation viennent de s’achever dans les aéroports des villes d’Errachidia et de Zagora.

Errachidia : 82 MDH pour atteindre une capacité annuelle de 300.000 passagers

Les nouvelles installations aéroportuaires Moulay Ali Cherif de la ville d’Errachidia ont été mises en service ce jeudi 31 janvier.

La construction d’une nouvelle aérogare dotée d’équipements modernes s’inscrit dans le cadre de la stratégie de l’ONDA visant à accroitre les capacités d’accueil des aéroports régionaux.

Une transformation radicale pour ses installations qui s’étendent désormais sur 3.500 m2 contre 240 avant les travaux et qui permettra d’atteindre une capacité annuelle de 300.000 passagers, soit une augmentation de 1500% de sa superficie d’origine.

Hormis l’extension du terminal, le chantier a porté sur la réalisation d'un parking d'une capacité 375 véhicules et agrandi le parking aérien pouvant accueillir 6 avions ATR et dont les pistes peuvent désormais recevoir des B.737.

En termes d’équipements, l’aérogare comprend 4 comptoirs d’enregistrement, 12 postes d’immigration, 15 écrans d’informations, un système de traitement des bagages …

Le développement de toutes ces infrastructures a nécessité une enveloppe budgétaire de 82,10 MDH, totalement autofinancée par l’ONDA.

Relié aux villes de Casablanca et de Fès par des vols réguliers, il offre également des liaisons charters vers Madrid et Barcelone en attendant de développer sa connectivité internationale.

Cet aéroport rénové pourrait devenir dans les prochaines années une des trois portes d’entrée (avec ceux de Guelmim et Zagora) des touristes étrangers amateurs d’excursions dans le désert.

Zagora veut également drainer 250.000 visiteurs aériens par an

Pour sa part, l'aéroport de Zagora qui a aussi été complètement rénové sera inauguré lundi 4 février.

A l’image de son voisin d'Errachidia, cet aéroport dont la superficie totale était de 240 m2 s’étend désormais sur 2.700 m2 ce qui lui permettra d’atteindre une capacité annuelle de 250.000 passagers.

Le développement des installations aéroportuaires de Zagora s’inscrit dans le cadre d’un partenariat entre l’ONDA, la région Sous Massa et la province de Zagora visant à promouvoir l’activité touristique.

Cet investissement a nécessité une enveloppe budgétaire de 106,03 MDH, financée par l’ONDA (86,03 MDH), la Région Sous Massa (10 MDH) et la province de Zagora (10 MDH).

Elle a financé la reconfiguration de son terminal, la construction d’une tour de contrôle, l’allongement et l’élargissement de la piste d’envol (portant ses dimensions de 1800 x 30 m à 3000 x 45 m), l’extension du parking avions (6.000 à 15.000 m²) pour le traitement simultané de 2 vols moyen-courrier (B737).

Grâce à ses nouveaux équipements aux normes internationales, l’aéroport qui ne propose pour l’instant que des vols intérieurs (Casablanca et Marrakech avec RAM et Air Arabia) se positionne pour accueillir, à terme, de nouvelles compagnies aériennes et liaisons en provenance du vieux continent.

Reste à espérer que les destinations d’Errachidia et de Zagora feront l’objet de grandes campagnes (ONMT et ministère du Tourisme) pour attirer davantage de visiteurs internationaux, prélude au lancement de nouvelles dessertes aériennes.

D’ici là, ces aéroports qui ont toujours une vocation régionale auront le mérite de désenclaver cette région reculée du Maroc.

Le 31 Janvier 2019

Source web Par Médias 24

AMDGJB

Plaquette de l'AMDGJB-Geoparc Jbel Bani

Les tags en relation

 

Les articles en relation