Les enjeux de la transformation digitale et de l’économie numérique

Les enjeux de la transformation digitale et de l’économie numérique

Les temps changent, les modes de consommation suivent le pas. Dans une société entièrement tournée vers le numérique, la transformation digitale apparaît comme l’un des leviers de croissance privilégiés par les entreprises les plus innovantes. En France pourtant, les professionnels accusent le coup. Si la plupart des sociétés hexagonales ont lentement entamé le processus, beaucoup estiment qu’elles ont pris un retard certain par rapport à leurs concurrentes européennes. Pour pérenniser l’avenir économique du pays, il est donc temps de franchir un nouveau cap et de proposer des formations supérieures en adéquation avec les réalités du marché.

Transformation digitale, de quoi parle-t-on ?                             

La transformation digitale est le résultat direct de l’émergence des nouvelles technologies. Le XIXe siècle a été marqué par l’essor de la machine à vapeur. Le XXIe siècle est celui de l’ordinateur et de la digitalisation.

N’allez pas croire que la transformation digitale est uniquement liée à la démocratisation de l’ordinateur et du smartphone, bien que ces appareils participent activement à la révolution. C’est en fait tous les systèmes informatiques qui sont touchés. L’on pense bien évidemment à l’imprimante 3D, aux logiciels de CRM (customer relationship management) et aux applications CMS (content management system). N’oublions pas également l’importance des services dématérialisés, des softwares, des outils de gestion en ligne et des services de messagerie !

La transition digitale répond en fait à des enjeux stratégiques majeurs. Par son intermédiaire, c’est toute la chaîne de production ou de services qui s’en trouve modifiée. En tant qu’outil d’accélération de l’innovation, elle permet de réinventer les relations clients/partenaires, elle favorise l’autonomie des collaborateurs, elle décloisonne les services. Grâce à elle, les performances opérationnelles de l’entreprise s’accroissent, la rentabilité de la société augmente, les clients sont plus que jamais satisfaits.

De la nécessité de bien se former

La transformation digitale n’est pas qu’un simple outil que l’on vient greffer au fonctionnement vétuste de l’entreprise. Elle nécessite de repenser en profondeur l’organisation de la structure et requiert la création de nouveaux postes spécialisés. Pour qu’elle porte ses fruits, il est en fait capital de l’incorporer dès la création du projet, de façon à éviter d’avoir à subir les coûts humains et financiers d’une implémentation tardive.

La formation des futurs managers joue à ce titre un rôle fondamental. C’est pourquoi il est essentiel de bénéficier d’un parcours d’études supérieures adapté à l’évolution des pratiques professionnelles. Implémenté par emlyon business school, le Mastère Spécialisé ® Transformation Digitale, Marketing & Stratégie Est destiné aux étudiants soucieux de devenir les acteurs clés de la transformation digitale. D’une durée de 13 mois, il leur permettra de mieux comprendre les tenants et les aboutissants de cette mutation majeure et d’assimiler les compétences inhérentes. Il forme aux métiers impactés par les nouvelles technologies digitales, responsables de l’articulation de la chaîne de valeur de l’entreprise.

Pour leur permettre d’intégrer plus facilement le monde professionnel à la sortie de la formation, 6 mois de mission en entreprise sont prévus. Un trimestre optionnel à Shanghai est également proposé.

Le 18 janvier 2019

Source web : siecle digital

AMDGJB

Plaquette de l'AMDGJB-Geoparc Jbel Bani

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Le Maroc bleu sur TF1

Le Maroc bleu sur TF1

La chaine de télévision française TF1 a offert, samedi soir, aux téléspectateurs un voyage à Chefchaouen et à Tanger en braquant les projecteurs sur quel...

Barceló mise gros sur Marrakech

Barceló mise gros sur Marrakech

Le groupe hôtelier espagnol Barceló arrive à Marrakech. Après l’ouverture de trois nouveaux hôtels à Tanger, Agadir et Casablanca, il vient d’investir...

RAM : Une chaise contre un fauteuil

RAM : Une chaise contre un fauteuil

Le bras-de-fer opposant la  RAM à ses pilotes de ligne, se chiffrant à 20 millions de DH de pertes par jour, est autrement réglementaire. En sous-effectif e...