Transport routier: dialogue de sourds entre le ministère du Transport et les professionnels

Transport routier: dialogue de sourds entre le ministère du Transport et les professionnels

Quelle solution à la fin des négociations? C’est la question que se posent de nombreux professionnels du transport routier, vu que les pourparlers avec le ministère du Transport, concernant plusieurs points clés du secteur, ont du mal à aboutir.

Entre le ministère de l’Equipement, du transport, de la logistique et de l’eau et les professionnels du transport routier, c’est un dialogue de sourd. Aujourd’hui Le Maroc, qui s’intéresse au sujet dans son édition du jour, indique que les deux parties sont engagées dans des pourparlers concernant des questions épineuses, et que la tutelle vient de faire un bilan sur l’avancement des négociations.

On apprend ainsi qu’il a été convenu, suite à une rencontre entre les deux parties le 5 février dernier, de tenir des réunions avec chaque catégorie de représentants des professionnels, afin d’enrichir les propositions qui portent sur la carte professionnelle, la charge, la procédure de renouvellement du parc, le régime fiscal et le contrat-programme. Depuis, plusieurs réunions ont été menées sous la présidence du ministre Abdelkader Amara.

Le quotidien précise que toutes ces réunions visent surtout à permettre au ministère de présenter sa vision et la stratégie sur lesquelles sont axés la modernisation et le développement du secteur du transport routier, en particulier la poursuite du dialogue, pour trouver des solutions aux différentes problématiques relatives au transport routier au Maroc. On peut déjà dire que ces diverses rencontres ont donné lieu à la présentation de quelques propositions portent sur la charge, la carte professionnelle, la procédure de renouvellement du parc, le régime fiscal et le contrat-programme.

Ainsi, pour les catégories des transporteurs exploitant des véhicules de moins de 19 tonnes, on apprend que la tutelle s’est engagée à activer les précédentes circulaires émises en 2003, 2007 et 2010, permettant à un certain nombre de transporteurs de bénéficier de l’augmentation de la charge de leurs camions, et à la généraliser pour ceux qui n’en avaient pas bénéficié, dans le cadre des contrôles réglementaires et techniques tenant compte de la sécurité des usagers de la route. Aujourd’hui Le Maroc indique toutefois que la série de réunions initiées a permis d’apaiser la tension entre les deux parties.

Le 04/03/2019

Source web Par Le 360

AMDGJB

Plaquette de l'AMDGJB-Geoparc Jbel Bani

Les tags en relation

 

Les articles en relation