El Othmani prend des décisions pour la langue amazighe

El Othmani prend des décisions pour la langue amazighe

Le chef du gouvernement, Saâd Dine El Othmani, a tenu, vendredi à Rabat, une rencontre de communication avec le recteur et les responsables de l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), consacrée à la question de la mise en oeuvre de l’officialisation de la langue amazighe.

Lors de cette réunion tenue au siège de l’IRCAM en présence, notamment, du ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laâraj, le chef du gouvernement a indiqué avoir pris personnellement des mesures concrètes en faveur de la promotion de la langue amazighe, et ce dans l’attente de la publication des deux lois organiques relatives au caractère officiel de l’amazigh et au Conseil national des langues et de la culture marocaine.

A cet égard, El Othmani a rappelé avoir adressé une circulaire portant sur l’utilisation de l’arabe et de l’amazigh dans les administrations publiques, et qu’il a proposé une formule portant sur l’utilisation de ces deux langues dans les correspondances et documents officiels administratifs.

Il a également évoqué un certain nombre de mesures prises par l’Exécutif pour promouvoir la langue amazighe, dont notamment la résolution de la question des enseignants de cette langue, qui sont désormais dispensés d’enseigner une quelconque matière outre l’amazigh, ainsi que l’émission d’une circulaire pour enseigner la langue amazighe dans plusieurs instituts d’enseignement supérieur.

Le chef du gouvernement a, par ailleurs, salué les efforts déployés par l’IRCAM et son rôle dans l’accompagnement du débat relatif à la question amazighe et des chantiers qui lui sont associés.

A cet effet, il a appelé à intensifier la cadence des réunions rassemblant l’Exécutif et l’IRCAM, soulignant que “le gouvernement doit tirer profit de l’expertise de l’IRCAM et accompagner le débat portant sur les diverses questions intéressant la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe”.

Dans une déclaration à la presse en marge de cette rencontre, le ministre de la Culture et de la Communication a noté que l’officialisation de la langue amazighe figure parmi les acquis consacrés par la constitution de 2011, laquelle constitution a notamment prévu l’élaboration d’une loi organique relative au caractère officiel de l’amazigh.

“Nous œuvrons à l’aboutissement de la loi organique relative à la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe, d’autant plus que cette loi est une concrétisation des dispositions de la constitution, et qu’elle est en mesure d’initier des perspectives d’avenir pour l’officialisation de cette langue au sein de l’administration ainsi que dans tous les aspects de la vie publique”, a fait valoir Laâraj.

Pour sa part, le recteur de l’IRCAM, Ahmed Boukous, a relevé que cette rencontre a pour objectif de procéder à un bref survol des réalisations les plus marquantes en la matière lors de la période s’étalant de 2011, date de l’élaboration de la constitution, et 2019.

“Nous voulons discuter avec le chef du gouvernement et la délégation l’accompagnant de la question des lois organiques, et ceci est une opportunité pour relever l’essentiel des contraintes et difficultés rencontrées en la matière”, a-t-il dit.

Le 16 mars 2019

Source web : le site info

La diplomatie américaine sous Trump s’est départie de sa réserve des premiers mois à l’égard du royaume pour ne plus jurer que par la politique de juste équilibre qui semble avoir ses faveurs à Washington.

Depuis les développements intérieurs en Algérie et le raidissement du pouvoir contre le mouvement de colère qui a suivi la candidature du président Bouteflika à un cinquième mandat, la diplomatie américaine et les conseillers à la défense de Trump, ont revu l’importance stratégique du Maroc à la hausse pour mieux apprécier sa stabilité. Il ne se passe plus un jour sans que des gestes significatifs et des commentaires élogieux ne soient avancés à l’égard du royaume et sa politique.

L’on a pu en faire le constat ces derniers jours quand les américains ont été les premiers à féliciter rabat pour avoir procéder aux premiers rapatriements de Syrie de ses ressortissants ayant combattu pour Daech. Plus récemment le département d’état a félicité le Maroc pour sa politique migratoire et affiché sa satisfaction pour la manière avec laquelle est menée la gestion de la question des droits de l’homme dans les provinces sahariennes. Ces nouveaux indicateurs sont les preiers à être retenus par les observateurs pour conclure à un changement d’approche à l’égard de Rabat alors que Washington montre plus de bienveillance à l’égard de la position marocaine sur le Sahara, notamment au conseil de sécurité de l’ONU.

Le 14/03/2019

Source web : Actu-Maroc

AMDGJB

Plaquette de l'AMDGJB-Geoparc Jbel Bani

Les tags en relation

 

Les articles en relation