Licenciement de 3.000 fonctionnaires fantômes

Licenciement de 3.000 fonctionnaires fantômes

Le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, indique que 3.000 fonctionnaires fantômes ont été révoqués depuis l’époque du gouvernement Benkirane. Certaines sources évoquent l’existence de 100.000 fonctionnaires fictifs parmi les 800.000 exerçant dans la fonction publique.

Le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a livré des chiffres inquiétants relatifs à une «armée» de fonctionnaires fantômes qui ont été révoqués. Il s’agit de 3.000 fonctionnaires (hommes et femmes) qui ont été congédiés depuis le mandat du gouvernement Benkirane. Ce dernier avait publié un décret stipulant que tout ministère doit, au cours du mois de janvier, adresser la liste des noms de ses fonctionnaires à la trésorerie générale. Cette dernière procédera à la révision de cette liste et, en l'absence des noms des fonctionnaires fantômes, elle procédera à leur radiation définitive.

Selon des informations recueillies par le quotidien Assabah au sein du ministère de la fonction publique, il existe près de 100.000 fonctionnaires fantômes parmi les 800.000 qui exercent au sein de l’administration publique. C’est le ministère de l’Intérieur qui abrite le plus grand nombre de fonctionnaires fictifs, notamment au sein des collectivités locales. Un phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur à cause du laxisme administratif de certains présidents qui cherchent ainsi à récolter des gains électoralistes.

Le quotidien Assabah rapporte, dans son édition du vendredi 26 avril, que ce nombre colossal de fonctionnaires fantômes cause, annuellement, des pertes financières importantes au budget général de l’Etat. Ce qui est encore plus étonnant, c’est que le gouvernement reconnaît l’existence de ces fonctionnaires fantômes qui perçoivent leurs salaires alors qu’ils sont installés à l’étranger. Certains d’entre eux seraient même morts. Cette liste ne se limite pas aux petits fonctionnaires, mais englobe des «hauts cadres» qui sont couverts par certains ministres. Ces derniers les enregistrent dans la liste qu’ils envoient chaque année à la trésorerie générale pour qu’ils ne soient pas révoqués.

Beaucoup d’observateurs considèrent que le phénomène des fonctionnaires fantômes est dû à l’absence d’une véritable volonté politique d'assainir les administrations et les établissements publiques. Car, malgré les discours du gouvernement appelant à la moralisation de la vie publique et les menaces proférées contre les fonctionnaires fictifs, le résultat demeure très en deçà de l’objectif escompté. Ce qui pose beaucoup d’interrogations sur la capacité du gouvernement à mettre en exécution les avertissements qu’il a lancés via une publication signée par le chef de l’Exécutif. Autant dire que les autorités gouvernementales n’ont pas réussi à endiguer ce phénomène et à récupérer les millions perçus par des fonctionnaires qui ne bougent pas de leur maison ou qui ont quitté leur pays pour aller s’installer ailleurs.

Le 25/04/2019

Source web Par Le 360

Les tags en relation

 

Les articles en relation