Rkia Alaoui : « Notre objectif est d’atteindre un taux d’occupation régional moyen de 43% à l’horizon 2023 »

Rkia Alaoui : « Notre objectif est d’atteindre un taux d’occupation régional moyen de 43% à l’horizon 2023 »

Les indicateurs du secteur touristique sont en constante amélioration dans toute la région. Le tourisme d’affaires a boosté les indicateurs de performance des destinations. Rkia Alaoui, Présidente du Conseil régional du Tourisme (CRT), nous éclaire sur l’évolution d’un secteur névralgique pour la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima.

EcoActu.ma : L’un des moteurs de croissance de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima est le secteur touristique. Comment se porte l’activité touristique dans la région ? Quels sont les segments touristiques qui ont le vent en poupe ?

Rkia Alaoui : Les indicateurs sont en constante amélioration dans toute la région. Plusieurs segments connaissent un développement de plus en plus accru. Pour Tanger, le positionnement city break se confirme, notamment avec le lancement de Al Boraq et l’important effet d’attrait que celui-ci a permis d’avoir sur les touristes marocains au départ de Casablanca et Rabat. Tétouan jouit d’un positionnement culturel, qui sera davantage valorisé quand les travaux dans l’ancienne Medina prendront fin. Le reste de la province de la région continuent à attirer chacune selon ses spécificités, que ce soit balnéaires, naturelles, sportives ou culturelles.

La Région a connu un essor économique remarquable durant ces deux dernières décennies. Au cours de cette période quelles sont les principales mutations qu’a connues la Région ou plus précisément a-t-elle vu naitre l’émergence d’un tourisme d’affaires ?

Le tourisme d’affaires s’est avéré être une bouée de sauvetage hors saison pour les différents établissements. La saisonnalité étant un problème qui impacte toute la région, le tourisme d’affaires vient booster les indicateurs de performance des destinations.

Dans ce sens et dans le cadre de notre plan d’actions 2019, nous travaillons sur le lancement de la plateforme web du « Tanger Convention Bureau », qui est une plateforme de promotion et de développement du tourisme d’affaires et de MICE auprès des clients marocains et internationaux.

Est-ce que le secteur du tourisme suit l’émergence que connaît la Région ? Quelles sont les actions à mener pour réduire les disparités entre les différentes provinces ?

L’essentiel du flux touristique est à Tanger, puisque c’est la capitale de la région et elle a connu le plus important nombre d’investissements publics et privés. Elle s’accapare plus de 75% des arrivées touristiques de la région.

Afin de réduire les disparités dans les différentes provinces et selon les capacités de chacune, il faut aller dans le développement de segments alternatifs et attirer par des niches qui touchent des besoins et demandes spécifiques des touristes et mieux vendre les destinations de la région entre-elles.

Quels sont les défis à relever pour faire de la région TTA une destination à l’image des destinations européennes ? Quels sont les atouts de la région à mettre en valeur pour consolider davantage l’offre touristique ?

Nous voulons faire ressortir le meilleur de chaque destination de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima et le promouvoir auprès de sa clientèle cible. Les atouts ne manquent pas, mais il faut « brander » et « packager » ces atouts. La plus belle des destinations ne se vend pas à un important nombre de touristes sans un positionnement clair et une marque dont les caractéristiques qui vendent. Tout aussi important, une destination doit assurer un minimum de moyens de confort pour les touristes afin de pouvoir en attirer. La base est la disponibilité de l’hébergement, le transport et l’accessibilité (aérien, maritime, terrestre) et les restaurants. Autrement, tout effort aura un résultat très limité.

Nous voulons ainsi vendre chaque destination selon ses meilleurs atouts mais aussi sa capacité réelle à accueillir des touristes et à les servir. Et c’est de cette manière que nous comptons vendre les 8 provinces de la région.

Fraîchement nommée à la tête du CRT, quelle est votre vision pour promouvoir davantage la Région qui regorge de richesses et lui rendre ses lettres de noblesse ?

Mon rôle est de participer au développement de la promotion touristique, la connectivité aérienne, le produit et la formation. Mes objectifs à l’horizon 2023 sont d’avoir un taux d’occupation régional moyen de 43% et de réaliser + 4 million de nuitées et 1,6 million d’arrivées touristiques par an.

Un travail de fond nous attend afin de tirer vers le meilleur nos destinations, mais je reste persuadée que nous y arriverons avec tout le développement que continue de connaitre la région et bien entendu avec le concours de l’ensemble des intervenants de la chaîne de valeur touristique.

Source web Par spéciaux ecoactu

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Tourisme: L’effet COP se craquelle

Tourisme: L’effet COP se craquelle

Sauf l’euphorie des 15 jours, les marchés émetteurs toujours en berne Brexit, agendas électoraux et les affaires Lamjarred et Fikri rendent difficile un...